Un centre d’approvisionnement alimentaire pour les réfugiés sahraouis

Centre d'approvisionnement alimentaire de Rabouni, Sahara occidental.
Le nouveau centre de Rabouni permet de conserver les aliments et d'organiser plusieurs distributions

Oxfam est active dans les camps de réfugiés depuis 1975. Notre programme humanitaire, mis en œuvre avec des partenaires locaux et financé par l’Union européenne, met l’accent sur la sécurité alimentaire. Un nouveau projet a vu le jour en juin 2014 : un centre d’approvisionnement alimentaire.

Depuis 1975, le Sahara occidental est officiellement un « Territoire non autonome en cours de décolonisation », réclamé par le Maroc d’une part et Le Frente Polisario (représentant du peuple Sahraoui) d’autre part, qui a établi un gouvernement en exil. Après près de 40 ans, le conflit est toujours dans l’impasse et une grande partie de la population sahraouie vit dans des camps de réfugiés au sud de l’Algérie.

Comment conserver les denrées quand il fait jusqu'à 50 degrés

Au sein de ces camps, notre action se concentre sur la distribution de produits alimentaires frais (pommes de terre, tomates, oignons…) en complément des aliments de base fournis par le Programme alimentaire mondial. Apportés depuis le nord de l’Algérie, ces produits parcourent chaque mois près de 2 000 kilomètres pour rejoindre les camps. Une fois arrivés, ils doivent immédiatement être distribués et les familles doivent les conserver elles-mêmes. Or peu d’entre elles disposent d’un réfrigérateur et en été les températures peuvent dépasser les 50 degrés.

Pour remédier à cette situation, un de nos collaborateurs a eu l’idée il y a environ dix-huit mois, de faire la distribution en deux fois. Pour ce faire, il fallait de créer un Centre d’Approvisionnement Alimentaire (C.A.A.), une collaboration entre Oxfam et le Croissant-Rouge Sahraoui. Situé à Rabouni, au cœur des camps de réfugiés sahraouis, le C.A.A a été inauguré le 15 juin 2014. Il fait 900 m2 et comprend huit chambres froides. Les produits pourront y être conservés de manière optimale et plusieurs distributions par mois pourront être organisées. Cela permettra aussi de diversifier les produits distribués, et d’acheter des produits de saison.

Renforcement des capacités et proximité

Ce centre représente 25 emplois et un vrai défi pour le faire fonctionner, selon Djawad Boukheddami, responsable de projet pour Oxfam. « La distribution à partir du C.A.A nous a demandé énormément d’effort en matière d’acquisition de compétences. En dehors de la gestion des stocks ou des transports, celle de l’entrepôt en lui-même – notamment les chambres froides, la conservation des produits, les opérations de manutention – représente un nouveau mode de fonctionnement. Pour autant, cela reste une énorme avancée sur le long-terme. »

Mais l’amélioration de la qualité des produits distribués n’est pas le seul avantage du CAA, la proximité qu’il permet entre les équipes et la population est aussi un atout : « Le fait d’opérer les distributions alimentaires à partir du CAA, lui-même situé au cœur des camps de réfugiés, nous permet de mieux faire notre travail : d’un bout à l’autre de la chaîne, nous sommes constamment en contact avec la population, que cela soit lors des séances de sensibilisation, des réunions d’informations ou lors de la distribution elle-même. Nous sommes plus à même de recenser les points positifs et négatifs exprimés par la population sur nos actions, afin de pouvoir agir rapidement et efficacement. »

Article publié initialement sur le site d'Oxfam Solidarité