Workers packing plums in a packing line. Chile. Credit: Toby Adamson/Oxfam
Le commerce devrait être une solution à la pauvreté, pas une partie du problème

Commerce

Le commerce génère une incroyable richesse et relie la vie de chacun sur la planète. Cependant, des millions de personnes dans les pays pauvres sont perdantes. Pourquoi ? Parce que les règles contrôlant le commerce favorisent largement les pays riches qui définissent ces règles.

Il y a quelque chose qui ne va vraiment pas dans le commerce mondial. Des accords commerciaux et des subventions agricoles injustes entravent les efforts de réduction de la pauvreté dans les pays les plus pauvres.  Oxfam s’engage à lutter pour remédier à cela.

Un mouvement mondial

La campagne d’Oxfam sur le commerce – « Make Trade Fair » – insiste auprès des décisionnaires et des gouvernements pour l’établissement de nouvelles règles commerciales équitables, permettant de faire réellement la différence de manière positive dans la lutte contre la pauvreté.

Augmenter la pression signifie montrer qu'il y a un certain nombre de personnes qui se soucient du problème. Nous avons donc lancé une pétition mondiale pour la justice dans le commerce – « Big Noise » – pour nous aider à faire pression pour le changement.

Nous travaillons également avec d’autres organisations faisant également campagne afin de faire circuler le message et d’obtenir que des personnalités très connues attirent également l’attention sur le fabuleux potentiel du commerce.

Faire pression pour le changement

Oxfam fait des recherches de très haute qualité, et préconise des politiques responsables qui aident les pauvres à bénéficier du commerce international.

Par exemple, nous avons réussi à faire pression sur l’Organisation mondiale du Commerce – l’organisme qui fixe les règles commerciales – pour qu’elle arrête de subventionner et de déverser des exportations bon marché vers les pays en voie de développement, ce qu’elle a promis de faire d’ici à 2013.

Cependant, une augmentation de la pression sur les pays en voie de développement de la part des pays riches comme les États-Unis ou l’Union européenne, pour une négociation individuelle des transactions, ou par groupes beaucoup plus petits, signifie que nous devons continuer à exiger des accords commerciaux équitables.