Feed aggregator

PMEL MANAGER (Burkina Faso, Ouagadougou)

Intermon Oxfam - 25 juillet, 2014 - 16:15
Tipo  Plantilla Referencia  25/14-15

A Intermón Oxfam, nous croyons en la justice et la solidarité et nous travaillons pour changer le monde. Nous luttons contre les causes de la pauvreté et de l’injustice et pas seulement contre leurs conséquences. A partir d’une vision intégrale, nous agissons dans environ 50 pays en Afrique, Amérique Latine et Asie, où nous travaillons sur plus de 500 projets de Développement et d’Action Humanitaire et où nous promouvons le commerce équitable,le plaidoyer et la mobilisation sociale



Responsabilités


Pour notre mission dans le pays du Burkina Faso, nous recherchons un/e PMEAL :

Placée sous la responsabilité hiérarchique du Business Support Manager, et sous responsabilité fonctionnelle des deux postes complémentaires du Régional Fundraiser (RF) et du Gestionnaire de Subvensions (GS). il travaillera sous la tutelle d'Oxfam Intermón avec et pour sept (7) ONG (ACF, SoS Sahel International, GVC/Italia, OCADES/CARITAS, GRET, OXFAM, Christian Aid) et en appui technique au Secrétariat Exécutif du Conseil national de la Sécurité Alimentaire.

Coordonnera le suivi évaluation du programme (cadre commun) et assurera la Capitalisation des expériences et des bonnes pratiques pouvant être partagées dans une stratégie de plaidoyer.

Responsabilités:
Apporter l'Assistance technique aux membres du cadre commun à travers la mise en place d'un cadre commun de suivi-évaluation, Apprentissage et Recevabilité ;
-Coordonner l'élaboration d'un cadre logique commun avec indicateurs, sources de vérification, risques et hypothèses associé à un plan de gestion des risques ;
-Coordonner l'élaboration d'un Plan de Suivi et Evaluation avec Mode Opératoire du Calcul des Indicateurs (MOCI) et les PDM et l'évaluation finale des projets
-Faciliter le renforcement des capacités du personnel des organisations membres du Cadre commun, des structures nationales et autres partenaires afin de préparer une transition et une reprise des expertises technique par le gouvernement.

Capitaliser les expériences
-Coordonner l'organisation des exercices de capitalisation autour des expériences des interventions du Cadre commun et production des documents.
-Assurer la diffusion des documents de capitalisation au niveau de l'ensemble des acteurs (gouvernement, société civile, bailleurs, etc.) .Diffuser les rapports de suivi - évaluation, les leçons apprises et les études aux membres du cadre commun, aux donateurs et aux entités gouvernementales.

Coordonner l'élaboration et la mise en ouvre d'une stratégie de plaidoyer notamment pour l'internalisation des outils sur des filets sociaux par les différents acteurs : Gouvernement (Ministères de l'Agriculture, Action Sociale,) les autres bailleurs (BM, DFID, USAID, etc.) et le SNU (UNICEF, PAM, FAO, etc.)

Profil requis


Diplôme universitaire dans un des domaines suivants : Sociologie, Anthropologie, Economie, Agro- Economie, Socio-Economie
Expérience minimum de 5 ans dans l'appui aux politiques, programmes ou de projets de développement et d'aide humanitaire de préférence en Afrique subsaharienne
Français courant (écrit - parlé)
Bonne maîtrise des logiciels Word et Excel
Bonne connaissance du milieu des ONG, de la gestion du cycle de projet / approche cadre logique
Bonne connaissance des normes et standards Sphères, des programmes de transferts monétaires, filets sociaux en lien avec la protection sociale

Conditions


Type de contrat: Contrat de 7 mois
Rétribution: 32.829, 46 euros Brut/annuel
Le lieu de travail : Ouagadougou et visites au terrain au même pays.
Incorporation: Le plus tôt possible

Faites parvenir votre candidature (CV et lettre d'intérêt), en spécifiant la référence du processus : PMEAL BF 25/14-15 dans l'objet de votre courriel à: humanitarianstaff@oxfamintermon.org.
Date limite de réception des candidatures: 30.07.2014. Oxfam se réserve le droit de prolonger la date réception selon les circonstances.

Oxfam Intermón souscrit au principe de l'équité, de la diversité et de l'inclusion en matière d'emploi.

Procédure de Sélection


Les personnes intéressées peuvent envoyer leur candidature en cliquant sur ce link. La date de clôture pour les dépôts des dossiers de candidature est fixée au 30/07/2014.


RESPONSABLE D'ACTION HUMANITAIRE (Tchad)

Intermon Oxfam - 25 juillet, 2014 - 16:15
Tipo  Plantilla Referencia  13 /14-15

A Intermón Oxfam, nous croyons en la justice et la solidarité et nous travaillons pour changer le monde. Nous luttons contre les causes de la pauvreté et de l’injustice et pas seulement contre leurs conséquences. A partir d’une vision intégrale, nous agissons dans environ 50 pays en Afrique, Amérique Latine et Asie, où nous travaillons sur plus de 500 projets de Développement et d’Action Humanitaire et où nous promouvons le commerce équitable,le plaidoyer et la mobilisation sociale



Responsabilités


Placée sous la responsabilité hiérarchique du Directeur de Pays, et sous responsabilité fonctionnelle du Coordinateur Régional D'Action Humanitaire pour Afrique de l'Ouest et le Maghreb à Barcelone, la personne sélectionnée sera responsable de contrôler, définir, proposer et diriger les défis humanitaires de Oxfam Intermon (OI) dans le pays, en analysant le contexte et en proposant des projets et des programmes pertinents. Le lieu de travail sera N'djamena

Responsabilités
Surveiller le contexte politique, économique et social, la situation de sécurité et les effets sur la situation humanitaire de la population.

Concevoir, formuler et mettre en place la stratégie d'action humanitaire et la planification du plan de préparation, réponse humanitaire et gestion de risques.

Diriger le processus de planification, exécution et justification du Programme Humanitaire avec son équipe, et en particulier la réponse aux réfugiés procèdent de la crise humanitaire en Republique Centroafricaine (RCA).

En cas de crise et / ou détérioration de la situation actuel, réaliser une évaluation des besoins humanitaires et proposer, au Directeur du Pays et au Coordinateur Régional d'Action Humanitaire, une stratégie d'intervention.

Diriger les interventions humanitaires de préparation, DRR et réponse.

Veiller pour l'application des standards de qualité et instruments d'Oxfam International

Garantir la mise à jour du Plan de Contingence d'Oxfam au Tchad.

Représenter Oxfam dans les fora humanitaires nationales et régionales si nécessaire.
Suivre et garantir le respect des requêtes des bailleurs de fonds.

Assurer une bonne gestion des ressources d'AH (humaines, financières et matérielles).

Coordonner et diriger le développement des personnes qui font partie de l'équipe en garantissant le respect des normes et politiques de RH de l'organisation.
Veiller pour le respect des normes de sécurité des équipes d'action humanitaire sur le terrain en accord avec le guide de sécurité d'OI dans le pays et veiller pour le respect du Code de Conduite.

Profil requis


Diplôme universitaire : agriculture, élevage, socio-économie, Wash. Une formation complémentaire en Action Humanitaire sera un plus.

Connaissances du DHI, plans de contingence, de réponse humanitaire, de préparation, de mitigation et prévention de désastres.

Trois ans minimum d'expérience sur le terrain dans la gestion de programmes humanitaires dans des postes de coordination. Souhaitable expérience de travail avec des partenaires.

Expérience dans la réalisation des missions exploratoires et formulation, suivi et évaluations des projets humanitaires.

Expérience dans la gestion des projets d'Eau, hygiène et Assainissement et/ou sécurité alimentaire sera un plus

Expérience en analyses de contexte et de la sécurité.

Maîtrise du français et anglais

Informatique : connaissance au niveau d'utilisateur. Bonne connaissance d'Excel.
Disponibilité pour voyager.

Adhésion aux principes d'égalité entre les sexes et engagement avec les principes humanitaires et l'idéologie d'OI.

Conditions


Type de contrat: Contrat de 12 mois.
Rétribution: 38.733,76 Euros Brut/annuel
Le lieu de travail : N'djamena
Incorporation: Le plus tôt possible
Processus de sélection
Les personnes intéressées peuvent envoyer leur curriculum vitae, lettre de motivation et photographie récente à humanitarianstaff@OxfamIntermon.org, en indiquant la référence 13/14-15 RPAH Tchad. (Veuillez indiquer la source où vous avez trouvé l'offre d'emploi).
Le délai de présentation des demandes s'achèvera le 10/08/2014.
Les candidats présélectionnés seront contactés dans un délai de 20 jours, après la date de clôture fixée ci-dessus.
Intermón Oxfam applique toujours le principe de l'égalité des chances entre femmes et hommes pour tous les postes de travail.

Procédure de Sélection


Les personnes intéressées peuvent envoyer leur candidature en cliquant sur ce link. La date de clôture pour les dépôts des dossiers de candidature est fixée au 10/08/2014.


The new UN Human Development Report on vulnerability and resilience: ignoring trade-offs and an epic fail on power and politics

Latest from Duncan Green's blog - 25 juillet, 2014 - 07:30

I started off reading the exec sum of yesterday’s Human Development Report (UNDP’s flagship publication) with initial excitement, followed by growing dismay. It’s a pretty traditional kind of disillusion (I’m a bit of a connoisseur). Allow me to walk you through it.

In a nutshell, an interesting diagnosis and a few good new-ish ideas, followed by a pretty thin proposal for anything resembling a cure, while ducking most of the tricky questions. Recognize the pattern?

Let’s start with the positive. First a good topic: vulnerability and resilience – development fuzzwords that really need examination, clarification etc, in the way the HDR is usually good at.

Despite recent progress in human progress, the report correctly identifies an underlying malaise: ‘a widespread sense of precariousness in the world today—in livelihoods, in personal security, in the environment and in global politics.’

‘Real progress on human development, then, is not only a matter of enlarging people’s critical choices and their ability to be educated, be healthy, have a reasonable standard of living and feel safe. It is also a matter of how secure these achievements are and whether conditions are sufficient for sustained human development. An account of progress in human development is incomplete without exploring and assessing vulnerability.’

Some of its useful contributions:

It proposes a pretty broad conception of ‘human vulnerability’ (presumably to sit alongside the UNDP’s traditional focus on human development), and breaks it down a bit between groups (see first diagram).

It raises the possibility of some kind of multidimensional approach to inequality, pointing out that inequality in healthcare has fallen, whereas disparities in income has risen, while inequality in access to education has stayed roughly constant in recent years.

It points out that the rate of progress in human development has fallen significantly since 2008 (see bar chart).

It highlights the need to think about vulnerabilities in terms of life cycles. People’s vulnerabilities and strengths are cumulative and path dependent. That begins even before birth – babies born to undernourished mothers are less likely to do well in school or later life. Unemployment in youth can derail people for a lifetime.

The logic of this is ‘intervene early’ (see 3rd graph), but this is where I started to get frustrated. The obvious response is, ‘OK, but money doesn’t grow on trees (OK technically it does, in the case of paper money, but you know what I mean). What are you suggesting you do less of? Take money from pensions and spend it on early childhood development’? The nearest it gets to this is saying ‘Spending on health, education and welfare that increases over the life course does not nurture and support capability development during the crucial early years.’ That sounds like a recipe for a spectacular wonkwar between Save the Kids and Helpage, but as far as I can see, the report ducks the potential trade offs entirely.

Similarly it argues for a return to full employment as an economic policy objective. That’s a brave and radical proposal, but fails to acknowledge, let alone discuss, any possible trade-offs between full employment and decent jobs – it wants both (natch).

Finally, where’s the politics? I know it’s hard for UN bodies to talk about power and politics, but this is a pretty dismal example of a technocrat’s charter, assuming a benign, pro-poor government keen to improve (that’s a hell of a big can opener).

‘Building human resilience requires responsive institutions.. in particular states that recognize and take actions to reduce inequality among groups are better able to uphold social cohesion and prevent and recover from crises.’

And what do you do if you have a state that isn’t this kind of paragon? Complete silence: the executive summary (which is all most people read) doesn’t go there. No discussion of how non state actors can influence states, of how to shift incentives, build coalitions with sympathetic fragments within the state, seize the political opportunities provided by disasters (very important in this case). Likewise, no discussion of the politics of ‘turnaround’ – when and why have bad states turned good? There’s a page in the full report (106) on the role of civil society activism and participation, but that doesn’t make it into the exec sum. All in all, an epic fail, epitomized by the widespread use of what Robert Chambers calls the ‘passive evasive’ tense ‘greater efforts are needed’ etc etc.

My heart rose briefly when I saw a subhead saying ‘Deepening progress and collective action’. Great, here comes an edgy section on how change happens in real political systems. Oh, wait. ‘Collective action’ turns out to mean loads of governments agreeing some really kickass post 2015 goals. Don’t get me started on that one.

Now I’m a big fan of the UNDP (and they are more than welcome to set me straight). Maybe this is as far as an official UN report can go, but if so, that’s a shame. And it rather illustrates just how hard it is to talk about power and politics, even for NGOs. But that’s a topic for a future post.

PMEL MANAGER (Burkina Faso, Ouagadougou)

Intermon Oxfam - 24 juillet, 2014 - 19:15
Tipo  Plantilla Referencia  25/14-15

A Intermón Oxfam, nous croyons en la justice et la solidarité et nous travaillons pour changer le monde. Nous luttons contre les causes de la pauvreté et de l’injustice et pas seulement contre leurs conséquences. A partir d’une vision intégrale, nous agissons dans environ 50 pays en Afrique, Amérique Latine et Asie, où nous travaillons sur plus de 500 projets de Développement et d’Action Humanitaire et où nous promouvons le commerce équitable,le plaidoyer et la mobilisation sociale



Responsabilités


Pour notre mission dans le pays du Burkina Faso, nous recherchons un/e PMEAL :

Placée sous la responsabilité hiérarchique du Business Support Manager, et sous responsabilité fonctionnelle des deux postes complémentaires du Régional Fundraiser (RF) et du Gestionnaire de Subvensions (GS). il travaillera sous la tutelle d'Oxfam Intermón avec et pour sept (7) ONG (ACF, SoS Sahel International, GVC/Italia, OCADES/CARITAS, GRET, OXFAM, Christian Aid) et en appui technique au Secrétariat Exécutif du Conseil national de la Sécurité Alimentaire.

Coordonnera le suivi évaluation du programme (cadre commun) et assurera la Capitalisation des expériences et des bonnes pratiques pouvant être partagées dans une stratégie de plaidoyer.

Responsabilités:
Apporter l'Assistance technique aux membres du cadre commun à travers la mise en place d'un cadre commun de suivi-évaluation, Apprentissage et Recevabilité ;
-Coordonner l'élaboration d'un cadre logique commun avec indicateurs, sources de vérification, risques et hypothèses associé à un plan de gestion des risques ;
-Coordonner l'élaboration d'un Plan de Suivi et Evaluation avec Mode Opératoire du Calcul des Indicateurs (MOCI) et les PDM et l'évaluation finale des projets
-Faciliter le renforcement des capacités du personnel des organisations membres du Cadre commun, des structures nationales et autres partenaires afin de préparer une transition et une reprise des expertises technique par le gouvernement.

Capitaliser les expériences
-Coordonner l'organisation des exercices de capitalisation autour des expériences des interventions du Cadre commun et production des documents.
-Assurer la diffusion des documents de capitalisation au niveau de l'ensemble des acteurs (gouvernement, société civile, bailleurs, etc.) .Diffuser les rapports de suivi - évaluation, les leçons apprises et les études aux membres du cadre commun, aux donateurs et aux entités gouvernementales.

Coordonner l'élaboration et la mise en ouvre d'une stratégie de plaidoyer notamment pour l'internalisation des outils sur des filets sociaux par les différents acteurs : Gouvernement (Ministères de l'Agriculture, Action Sociale,) les autres bailleurs (BM, DFID, USAID, etc.) et le SNU (UNICEF, PAM, FAO, etc.)

Profil requis


Diplôme universitaire dans un des domaines suivants : Sociologie, Anthropologie, Economie, Agro- Economie, Socio-Economie
Expérience minimum de 5 ans dans l'appui aux politiques, programmes ou de projets de développement et d'aide humanitaire de préférence en Afrique subsaharienne
Français courant (écrit - parlé)
Bonne maîtrise des logiciels Word et Excel
Bonne connaissance du milieu des ONG, de la gestion du cycle de projet / approche cadre logique
Bonne connaissance des normes et standards Sphères, des programmes de transferts monétaires, filets sociaux en lien avec la protection sociale

Conditions


Type de contrat: Contrat de 7 mois
Rétribution: 32.829, 46 euros Brut/annuel
Le lieu de travail : Ouagadougou et visites au terrain au même pays.
Incorporation: Le plus tôt possible

Faites parvenir votre candidature (CV et lettre d'intérêt), en spécifiant la référence du processus : PMEAL BF 25/14-15 dans l'objet de votre courriel à: humanitarianstaff@oxfamintermon.org.
Date limite de réception des candidatures: 30.07.2014. Oxfam se réserve le droit de prolonger la date réception selon les circonstances.

Oxfam Intermón souscrit au principe de l'équité, de la diversité et de l'inclusion en matière d'emploi.

Procédure de Sélection


Les personnes intéressées peuvent envoyer leur candidature en cliquant sur ce link. La date de clôture pour les dépôts des dossiers de candidature est fixée au 30/07/2014.


Stagiaire médias / marketing / communication afin de soutenir le projet « Oxfam s'emballe »

Oxfam-Solidarité (Belgium) - 24 juillet, 2014 - 14:46

Les cadeaux Oxfam s'emballe sont des surprises sous la forme de drôles de cartes de vœux dont les recettes vont aux projets Oxfam. Des cadeaux utiles et originaux qui changent des vies ! Pour en savoir plus, surfez sur www.oxfamsemballe.be

Nous sommes à la recherche d'un(e) stagiaire dynamique afin de renforcer l'équipe.

Profil

Marketing/ PR

Communication

Dynamique & créatif

Intérêt pour les nouveaux médias

Intérêt pour le travail avec la presse

Francophone, avec bonne connaissance (au minimum passive) du néerlandais

Sensible à la problématique Nord-Sud

Tâches

Le/la stagiaire dépendra du service Récolte de Fonds. Les tâches seront définies avec la responsable d'Oxfam s'emballe. Exemples de tâches possibles :

fournir des idées marketing/communication et les exécuter

(co)rédiger et traduire des textes destinés au site internet, à la presse, aux magasins, etc.

contacter des journalistes et assurer un suivi

renforcer les listes de presse francophones

faire le suivi administratif

Nous vous offrons

une expérience de travail ou une expérience complémentaire de stage

l'occasion de travailler dans l'une des plus grandes ONG de Belgique

un environnement international et polyglotte

une expérience pratique dans une équipe jeune

l'occasion de développer vos talents de marketing, relations avec la presse, communication...

Période et lieu de travail

A partir de juillet 2014, pour une durée d'un mois minimum (de préférence plus longtemps).

lieu de travail : Rue des Quatre-Vents, 60 - 1080 Bruxelles

Intéressé(e) ?

Envoyez un mail à oxfamsemballe@oxfamsol.be ou téléphonez au 02/ 501 67 34.

PMEL MANAGER (Burkina Faso, Ouagadougou)

Intermon Oxfam - 24 juillet, 2014 - 14:15
Tipo  Plantilla Referencia  25/14-15

A Intermón Oxfam, nous croyons en la justice et la solidarité et nous travaillons pour changer le monde. Nous luttons contre les causes de la pauvreté et de l’injustice et pas seulement contre leurs conséquences. A partir d’une vision intégrale, nous agissons dans environ 50 pays en Afrique, Amérique Latine et Asie, où nous travaillons sur plus de 500 projets de Développement et d’Action Humanitaire et où nous promouvons le commerce équitable,le plaidoyer et la mobilisation sociale



Responsabilités


Pour notre mission dans le pays du Burkina Faso, nous recherchons un/e PMEAL :

Placée sous la responsabilité hiérarchique du Business Support Manager, et sous responsabilité fonctionnelle des deux postes complémentaires du Régional Fundraiser (RF) et du Gestionnaire de Subvensions (GS). il travaillera sous la tutelle d'Oxfam Intermón avec et pour sept (7) ONG (ACF, SoS Sahel International, GVC/Italia, OCADES/CARITAS, GRET, OXFAM, Christian Aid) et en appui technique au Secrétariat Exécutif du Conseil national de la Sécurité Alimentaire.

Coordonnera le suivi évaluation du programme (cadre commun) et assurera la Capitalisation des expériences et des bonnes pratiques pouvant être partagées dans une stratégie de plaidoyer.

Responsabilités:
Apporter l'Assistance technique aux membres du cadre commun à travers la mise en place d'un cadre commun de suivi-évaluation, Apprentissage et Recevabilité ;
-Coordonner l'élaboration d'un cadre logique commun avec indicateurs, sources de vérification, risques et hypothèses associé à un plan de gestion des risques ;
-Coordonner l'élaboration d'un Plan de Suivi et Evaluation avec Mode Opératoire du Calcul des Indicateurs (MOCI) et les PDM et l'évaluation finale des projets
-Faciliter le renforcement des capacités du personnel des organisations membres du Cadre commun, des structures nationales et autres partenaires afin de préparer une transition et une reprise des expertises technique par le gouvernement.

Capitaliser les expériences
-Coordonner l'organisation des exercices de capitalisation autour des expériences des interventions du Cadre commun et production des documents.
-Assurer la diffusion des documents de capitalisation au niveau de l'ensemble des acteurs (gouvernement, société civile, bailleurs, etc.) .Diffuser les rapports de suivi - évaluation, les leçons apprises et les études aux membres du cadre commun, aux donateurs et aux entités gouvernementales.

Coordonner l'élaboration et la mise en ouvre d'une stratégie de plaidoyer notamment pour l'internalisation des outils sur des filets sociaux par les différents acteurs : Gouvernement (Ministères de l'Agriculture, Action Sociale,) les autres bailleurs (BM, DFID, USAID, etc.) et le SNU (UNICEF, PAM, FAO, etc.)

Profil requis


Diplôme universitaire dans un des domaines suivants : Sociologie, Anthropologie, Economie, Agro- Economie, Socio-Economie
Expérience minimum de 5 ans dans l'appui aux politiques, programmes ou de projets de développement et d'aide humanitaire de préférence en Afrique subsaharienne
Français courant (écrit - parlé)
Bonne maîtrise des logiciels Word et Excel
Bonne connaissance du milieu des ONG, de la gestion du cycle de projet / approche cadre logique
Bonne connaissance des normes et standards Sphères, des programmes de transferts monétaires, filets sociaux en lien avec la protection sociale

Conditions


Type de contrat: Contrat de 7 mois
Rétribution: 32.829, 46 euros Brut/annuel
Le lieu de travail : Ouagadougou et visites au terrain au même pays.
Incorporation: Le plus tôt possible

Faites parvenir votre candidature (CV et lettre d'intérêt), en spécifiant la référence du processus : PMEAL BF 25/14-15 dans l'objet de votre courriel à: humanitarianstaff@oxfamintermon.org.
Date limite de réception des candidatures: 30.07.2014. Oxfam se réserve le droit de prolonger la date réception selon les circonstances.

Oxfam Intermón souscrit au principe de l'équité, de la diversité et de l'inclusion en matière d'emploi.

Procédure de Sélection


Les personnes intéressées peuvent envoyer leur candidature en cliquant sur ce link. La date de clôture pour les dépôts des dossiers de candidature est fixée au 30/07/2014.


Somalia: eight warnings of catastrophe so far, and still no action

OI Blog all posts - english - 24 juillet, 2014 - 13:14
Early warnings need to result in early action in Somalia

Last week marked three years since the UN declared famine in Somalia. The catastrophe facing the Somali people three years ago ended in at least 260,000 people dying, half of them children.

How can politics change to serve future generations (on climate change, but lots of other stuff too)?

Latest from Duncan Green's blog - 24 juillet, 2014 - 07:30

No-one objected to yesterday’s rehash of a recent BS (blue sky, OK?) session, so here’s another. An hour in a cool café in Brixton market with Kiwi academic Jonathan Boston, wrestling with the really big question on climate change and the survival of our species: how could political institutions emerge that govern for future generations?

Jonathan, who used to run the Institute for Governance and Policy Studies at the Victoria University of Wellington, is researching this fascinating question, and starts off from a pretty gloomy place. In 2011 he wrote an excellent paper for the Accounting, Auditing and Accountability Journal (gated, so I’m not linking to it) which identified a ‘Serious mismatch between the magnitude and urgency of the climate change problem and the current political will to overcome or mitigate the problem’

He identifies four ‘asymmetries’ preventing action:

The voting asymmetry: The young and future generations have no vote.

The cost-benefit asymmetry: The costs and the benefits of policies to mitigate climate change are significantly different with respect to the crucial dimensions of time, certainty, visibility, and tangibility.

The interest group asymmetry: Many of the costs of mitigation policies tend to be concentrated and fall mainly on easily identifiable and powerful vested interests, whereas the potential beneficiaries are highly dispersed.

The accounting asymmetry: Firms are not required to include the effects of their activities on the environment in their financial statements and governments ignore net changes in natural capital (and other environmental impacts) in their national accounts.

Jonathan sketches out four possible solutions to these obstacles along with (unfortunately) the weaknesses of each:

Supra-national solutions (eg UNFCCC). Designed to shift decisions away from nation states to regional or global entities that are subject to different incentive structures, and are shielded to a greater extent than democratically elected governments from the pressures of voters and powerful interest groups dominated by short-term horizons. But these will only work if national governments are prepared to cede sovereignty and comply with the rulings, and the ailing UN climate change negotiations show how unlikely that is on climate change.

Because more evidence is definitely what we need…..

Institutional solutions: Designed to shift decisions within the nation state from governments and parliaments to independent bodies, such as expert committees, that are not directly accountable to voters. Role models include various Monetary Policy Committees, or the UK’s Committee on Climate Change. But just as with supra-national bodies, governments are reluctant to give such institutions real power beyond and advisory role.

Constraining solutions. These constrain the decisions of national governments by giving greater weight to future generations. E.g. the constitutions of Bolivia, Japan and Norway have such provisions, but the fact that Norway’s Supreme Court has never cited the relevant article in the 22 years since it was introduced suggest this is more of a nudge than a slam dunk.

Rebalancing solutions. These give decision makers a greater incentive to protect the environment and the interests of future generations by, for instance, changing the preferences of voters, the distribution of power between relevant interest groups and/or national parliaments, or the quality and availability of information about environmental performance. Lowering voter age is a smart, if fairly timid, first step – more voters interested in a slightly longer term future. Shifting to various kinds of green accounting could also help tilt the balance over the longer term.

Conclusion?

‘Most democratic governments will be constrained by the four asymmetries such that only gradual, ad hoc measures to reduce emissions will be electorally feasible. This may be grim news for future generations, but it appears to be the only realistic conclusion.’

That was published in 2011. Jonathan’s new research project is looking for a few more reasons to be cheerful. Here’s some of the things we discussed over our Brixton beer:

We need to think more about the crucial importance of norms – when in history has one generation sacrificed for the benefit of future generations? Three examples:

  • Medieval Cathedrals: splashing the cash on a building which will only be used by your grandchildren
  • Fighting Wars: risking your lives now to keep your country free for future generations
  • Sovereign Wealth Funds: can anyone explain the politics of why Norwegians seem happy to keep paying high taxes so that future generations can build up an almost $1trn pension fund? Why didn’t some populist party spring up and sweep the elections by saying ‘sod the grandkids, you never have to pay taxes ever again’?

 

These examples are most definitely not driven by immediate cost-benefit calculations but by norms and values – what is right, what is socially (un)acceptable etc. They are driven by life-defining norms like religion or national identity that trump short term material interests. That’s why climate change campaigners should be spending much more time on plugging into deep normative frameworks by, for example, engaging the major religions on issues of stewardship.

National myths and stories: Policies are often invisibly constrained/stoked by social memory – of inflation (Germany), revolution (Bolivia), rationing and togetherness in wartime (UK), myths of equal opportunity (US), encirclement and threat (Russia). Understanding and plugging into these narratives may help shift behaviours.

Shocks: I’m an even bigger broken record on this than on the importance of working with faith groups. Anyone wishing to shift to longer term considerations has to get better at understanding and grasping the transformative potential of ‘windows of opportunity’. Fast forward to the next major floods in the UK: what if climate groups, religious leaders, scientists, opinion shapers and others had already set up their network, so that on the day the floods hit, they can press the button for a rapid response of events, publications and campaign razzmatazz to begin within days? Totally doable, precious little sign of it last winter.

Leadership: it would help if we understood where the future Mandelas and Gandhis will come from, so the forces of light can get to them early. The Developmental Leadership Programme is doing some interesting work here, but plenty of room for more.

In the meantime, the debate seems to be gravitating towards ‘co-benefits’- eg green investments that also boost jobs and growth, or getting a technological edge by investing in green tech before your competitors. A more sophisticated version recalls ‘The Leopard’ – ‘everything must change so that everything can stay the same’ – if those with power see a sufficiently serious existential threat, they may prefer preemptive change instead. Fine, but it’s a hell of an assumption to say that these are enough to avert catastrophic climate change. What if they aren’t?

Finally, at least let me indulge in some gallows humour. According to Jonathan, the New Zealand government set up three commissions: a short term one (council of economic advisers), a medium term one (planning council) and a long term one (commission for the future). Only the short term one survived. Maybe there’s just no (political) future in long term thinking……

Any other political reasons to be hopeful/straws to clutch?

Update: or maybe the answer is just to give up on democracy? Here’s a new piece on Chinese leadership on mitigation. I discussed this with Tim Jackson a while back.

PMEL MANAGER (Burkina Faso, Ouagadougou)

Intermon Oxfam - 23 juillet, 2014 - 19:15
Tipo  Plantilla Referencia  25/14-15

A Intermón Oxfam, nous croyons en la justice et la solidarité et nous travaillons pour changer le monde. Nous luttons contre les causes de la pauvreté et de l’injustice et pas seulement contre leurs conséquences. A partir d’une vision intégrale, nous agissons dans environ 50 pays en Afrique, Amérique Latine et Asie, où nous travaillons sur plus de 500 projets de Développement et d’Action Humanitaire et où nous promouvons le commerce équitable,le plaidoyer et la mobilisation sociale



Responsabilités


Pour notre mission dans le pays du Burkina Faso, nous recherchons un/e PMEAL :

Placée sous la responsabilité hiérarchique du Business Support Manager, et sous responsabilité fonctionnelle des deux postes complémentaires du Régional Fundraiser (RF) et du Gestionnaire de Subvensions (GS). il travaillera sous la tutelle d'Oxfam Intermón avec et pour sept (7) ONG (ACF, SoS Sahel International, GVC/Italia, OCADES/CARITAS, GRET, OXFAM, Christian Aid) et en appui technique au Secrétariat Exécutif du Conseil national de la Sécurité Alimentaire.

Coordonnera le suivi évaluation du programme (cadre commun) et assurera la Capitalisation des expériences et des bonnes pratiques pouvant être partagées dans une stratégie de plaidoyer.

Responsabilités:
Apporter l'Assistance technique aux membres du cadre commun à travers la mise en place d'un cadre commun de suivi-évaluation, Apprentissage et Recevabilité ;
-Coordonner l'élaboration d'un cadre logique commun avec indicateurs, sources de vérification, risques et hypothèses associé à un plan de gestion des risques ;
-Coordonner l'élaboration d'un Plan de Suivi et Evaluation avec Mode Opératoire du Calcul des Indicateurs (MOCI) et les PDM et l'évaluation finale des projets
-Faciliter le renforcement des capacités du personnel des organisations membres du Cadre commun, des structures nationales et autres partenaires afin de préparer une transition et une reprise des expertises technique par le gouvernement.

Capitaliser les expériences
-Coordonner l'organisation des exercices de capitalisation autour des expériences des interventions du Cadre commun et production des documents.
-Assurer la diffusion des documents de capitalisation au niveau de l'ensemble des acteurs (gouvernement, société civile, bailleurs, etc.) .Diffuser les rapports de suivi - évaluation, les leçons apprises et les études aux membres du cadre commun, aux donateurs et aux entités gouvernementales.

Coordonner l'élaboration et la mise en ouvre d'une stratégie de plaidoyer notamment pour l'internalisation des outils sur des filets sociaux par les différents acteurs : Gouvernement (Ministères de l'Agriculture, Action Sociale,) les autres bailleurs (BM, DFID, USAID, etc.) et le SNU (UNICEF, PAM, FAO, etc.)

Profil requis


Diplôme universitaire dans un des domaines suivants : Sociologie, Anthropologie, Economie, Agro- Economie, Socio-Economie
Expérience minimum de 5 ans dans l'appui aux politiques, programmes ou de projets de développement et d'aide humanitaire de préférence en Afrique subsaharienne
Français courant (écrit - parlé)
Bonne maîtrise des logiciels Word et Excel
Bonne connaissance du milieu des ONG, de la gestion du cycle de projet / approche cadre logique
Bonne connaissance des normes et standards Sphères, des programmes de transferts monétaires, filets sociaux en lien avec la protection sociale

Conditions


Type de contrat: Contrat de 7 mois
Rétribution: 32.829, 46 euros Brut/annuel
Le lieu de travail : Ouagadougou et visites au terrain au même pays.
Incorporation: Le plus tôt possible

Faites parvenir votre candidature (CV et lettre d'intérêt), en spécifiant la référence du processus : PMEAL BF 25/14-15 dans l'objet de votre courriel à: humanitarianstaff@oxfamintermon.org.
Date limite de réception des candidatures: 30.07.2014. Oxfam se réserve le droit de prolonger la date réception selon les circonstances.

Oxfam Intermón souscrit au principe de l'équité, de la diversité et de l'inclusion en matière d'emploi.

Procédure de Sélection


Les personnes intéressées peuvent envoyer leur candidature en cliquant sur ce link. La date de clôture pour les dépôts des dossiers de candidature est fixée au 30/07/2014.


PMEL MANAGER (Burkina Faso, Ouagadougou)

Intermon Oxfam - 23 juillet, 2014 - 16:15
Tipo  Plantilla Referencia  25/14-15

A Intermón Oxfam, nous croyons en la justice et la solidarité et nous travaillons pour changer le monde. Nous luttons contre les causes de la pauvreté et de l’injustice et pas seulement contre leurs conséquences. A partir d’une vision intégrale, nous agissons dans environ 50 pays en Afrique, Amérique Latine et Asie, où nous travaillons sur plus de 500 projets de Développement et d’Action Humanitaire et où nous promouvons le commerce équitable,le plaidoyer et la mobilisation sociale



Responsabilités


Pour notre mission dans le pays du Burkina Faso, nous recherchons un/e PMEAL :

Placée sous la responsabilité hiérarchique du Business Support Manager, et sous responsabilité fonctionnelle des deux postes complémentaires du Régional Fundraiser (RF) et du Gestionnaire de Subvensions (GS). il travaillera sous la tutelle d'Oxfam Intermón avec et pour sept (7) ONG (ACF, SoS Sahel International, GVC/Italia, OCADES/CARITAS, GRET, OXFAM, Christian Aid) et en appui technique au Secrétariat Exécutif du Conseil national de la Sécurité Alimentaire.

Coordonnera le suivi évaluation du programme (cadre commun) et assurera la Capitalisation des expériences et des bonnes pratiques pouvant être partagées dans une stratégie de plaidoyer.

Responsabilités:
Apporter l'Assistance technique aux membres du cadre commun à travers la mise en place d'un cadre commun de suivi-évaluation, Apprentissage et Recevabilité ;
-Coordonner l'élaboration d'un cadre logique commun avec indicateurs, sources de vérification, risques et hypothèses associé à un plan de gestion des risques ;
-Coordonner l'élaboration d'un Plan de Suivi et Evaluation avec Mode Opératoire du Calcul des Indicateurs (MOCI) et les PDM et l'évaluation finale des projets
-Faciliter le renforcement des capacités du personnel des organisations membres du Cadre commun, des structures nationales et autres partenaires afin de préparer une transition et une reprise des expertises technique par le gouvernement.

Capitaliser les expériences
-Coordonner l'organisation des exercices de capitalisation autour des expériences des interventions du Cadre commun et production des documents.
-Assurer la diffusion des documents de capitalisation au niveau de l'ensemble des acteurs (gouvernement, société civile, bailleurs, etc.) .Diffuser les rapports de suivi - évaluation, les leçons apprises et les études aux membres du cadre commun, aux donateurs et aux entités gouvernementales.

Coordonner l'élaboration et la mise en ouvre d'une stratégie de plaidoyer notamment pour l'internalisation des outils sur des filets sociaux par les différents acteurs : Gouvernement (Ministères de l'Agriculture, Action Sociale,) les autres bailleurs (BM, DFID, USAID, etc.) et le SNU (UNICEF, PAM, FAO, etc.)

Profil requis


Diplôme universitaire dans un des domaines suivants : Sociologie, Anthropologie, Economie, Agro- Economie, Socio-Economie
Expérience minimum de 5 ans dans l'appui aux politiques, programmes ou de projets de développement et d'aide humanitaire de préférence en Afrique subsaharienne
Français courant (écrit - parlé)
Bonne maîtrise des logiciels Word et Excel
Bonne connaissance du milieu des ONG, de la gestion du cycle de projet / approche cadre logique
Bonne connaissance des normes et standards Sphères, des programmes de transferts monétaires, filets sociaux en lien avec la protection sociale

Conditions


Type de contrat: Contrat de 7 mois
Rétribution: 32.829, 46 euros Brut/annuel
Le lieu de travail : Ouagadougou et visites au terrain au même pays.
Incorporation: Le plus tôt possible

Faites parvenir votre candidature (CV et lettre d'intérêt), en spécifiant la référence du processus : PMEAL BF 25/14-15 dans l'objet de votre courriel à: humanitarianstaff@oxfamintermon.org.
Date limite de réception des candidatures: 30.07.2014. Oxfam se réserve le droit de prolonger la date réception selon les circonstances.

Oxfam Intermón souscrit au principe de l'équité, de la diversité et de l'inclusion en matière d'emploi.

Procédure de Sélection


Les personnes intéressées peuvent envoyer leur candidature en cliquant sur ce link. La date de clôture pour les dépôts des dossiers de candidature est fixée au 30/07/2014.


PMEL MANAGER (Burkina Faso, Ouagadougou)

Intermon Oxfam - 23 juillet, 2014 - 11:15
Tipo  Plantilla Referencia  25/14-15

A Intermón Oxfam, nous croyons en la justice et la solidarité et nous travaillons pour changer le monde. Nous luttons contre les causes de la pauvreté et de l’injustice et pas seulement contre leurs conséquences. A partir d’une vision intégrale, nous agissons dans environ 50 pays en Afrique, Amérique Latine et Asie, où nous travaillons sur plus de 500 projets de Développement et d’Action Humanitaire et où nous promouvons le commerce équitable,le plaidoyer et la mobilisation sociale



Responsabilités


Pour notre mission dans le pays du Burkina Faso, nous recherchons un/e PMEAL :

Placée sous la responsabilité hiérarchique du Business Support Manager, et sous responsabilité fonctionnelle des deux postes complémentaires du Régional Fundraiser (RF) et du Gestionnaire de Subvensions (GS). il travaillera sous la tutelle d'Oxfam Intermón avec et pour sept (7) ONG (ACF, SoS Sahel International, GVC/Italia, OCADES/CARITAS, GRET, OXFAM, Christian Aid) et en appui technique au Secrétariat Exécutif du Conseil national de la Sécurité Alimentaire.

Coordonnera le suivi évaluation du programme (cadre commun) et assurera la Capitalisation des expériences et des bonnes pratiques pouvant être partagées dans une stratégie de plaidoyer.

Responsabilités:
Apporter l'Assistance technique aux membres du cadre commun à travers la mise en place d'un cadre commun de suivi-évaluation, Apprentissage et Recevabilité ;
-Coordonner l'élaboration d'un cadre logique commun avec indicateurs, sources de vérification, risques et hypothèses associé à un plan de gestion des risques ;
-Coordonner l'élaboration d'un Plan de Suivi et Evaluation avec Mode Opératoire du Calcul des Indicateurs (MOCI) et les PDM et l'évaluation finale des projets
-Faciliter le renforcement des capacités du personnel des organisations membres du Cadre commun, des structures nationales et autres partenaires afin de préparer une transition et une reprise des expertises technique par le gouvernement.

Capitaliser les expériences
-Coordonner l'organisation des exercices de capitalisation autour des expériences des interventions du Cadre commun et production des documents.
-Assurer la diffusion des documents de capitalisation au niveau de l'ensemble des acteurs (gouvernement, société civile, bailleurs, etc.) .Diffuser les rapports de suivi - évaluation, les leçons apprises et les études aux membres du cadre commun, aux donateurs et aux entités gouvernementales.

Coordonner l'élaboration et la mise en ouvre d'une stratégie de plaidoyer notamment pour l'internalisation des outils sur des filets sociaux par les différents acteurs : Gouvernement (Ministères de l'Agriculture, Action Sociale,) les autres bailleurs (BM, DFID, USAID, etc.) et le SNU (UNICEF, PAM, FAO, etc.)

Profil requis


Diplôme universitaire dans un des domaines suivants : Sociologie, Anthropologie, Economie, Agro- Economie, Socio-Economie
Expérience minimum de 5 ans dans l'appui aux politiques, programmes ou de projets de développement et d'aide humanitaire de préférence en Afrique subsaharienne
Français courant (écrit - parlé)
Bonne maîtrise des logiciels Word et Excel
Bonne connaissance du milieu des ONG, de la gestion du cycle de projet / approche cadre logique
Bonne connaissance des normes et standards Sphères, des programmes de transferts monétaires, filets sociaux en lien avec la protection sociale

Conditions


Type de contrat: Contrat de 7 mois
Rétribution: 32.829, 46 euros Brut/annuel
Le lieu de travail : Ouagadougou et visites au terrain au même pays.
Incorporation: Le plus tôt possible

Faites parvenir votre candidature (CV et lettre d'intérêt), en spécifiant la référence du processus : PMEAL BF 25/14-15 dans l'objet de votre courriel à: humanitarianstaff@oxfamintermon.org.
Date limite de réception des candidatures: 30.07.2014. Oxfam se réserve le droit de prolonger la date réception selon les circonstances.

Oxfam Intermón souscrit au principe de l'équité, de la diversité et de l'inclusion en matière d'emploi.

Procédure de Sélection


Les personnes intéressées peuvent envoyer leur candidature en cliquant sur ce link. La date de clôture pour les dépôts des dossiers de candidature est fixée au 30/07/2014.


En finir avec les inégalités extrêmes : la chance d’une génération

OI Blog all posts - french - 23 juillet, 2014 - 08:16

Ce pourrait être la chance d’une génération.

Le monde peut être fier des progrès accomplis dans la lutte pour éradiquer la pauvreté. Comme je le vois de mes propres yeux lorsque je me rends dans les endroits les plus éprouvés de la planète, les résultats obtenus sur les fronts de la santé, de l’accès à l’eau potable et de la scolarisation des filles ont donné tort aux cyniques. Mais comme le constate aussi Oxfam dans son travail sur le terrain et comme en attestent les statistiques, la réalisation de cet objectif est à présent menacée par les inégalités extrêmes. 

Big Data and Development: Upsides, downsides and a lot of questions

Latest from Duncan Green's blog - 23 juillet, 2014 - 07:30

One of the more scary but enjoyable things I do is be interviewed on stuff I know absolutely nothing about (yeah, yeah, I know – no change there then). You get to grasshopper around multiple issues and

disciplines, cobbling together ideas and arguments from scattered fragments, making connections and learning new stuff. Great fun. This week, I’ll blog about a couple of these BS (blue sky, of course) sessions to give you a flavour.

First up, half an hour discussing ‘big data’ with a friend/researcher who shall be nameless (don’t want to destroy their reputation). Here’s some of the points that arose:

First, massive confusion on definition: depending on who you talk to, ‘Big Data’ means scraping massive amounts of existing data from sources like Facebook and Twitter (the UN’s Global Pulse has done great work on this); generating large volumes of new data; computer modelling of the existing data or using it for particular purposes like transparency and accountability, or targeting humanitarian relief.

Big Data is great when it throws up new questions and correlations, and stimulates thinking and discussion (The Economist had a fascinating piece this week on how Big Data is a natural partner of iterative, experimental approaches to change). But I’m dubious about it providing a short cut to political change, empowerment etc. There are lots of inspiring examples of using data to promote social change, but plenty of caveats and warnings against magic bulletism too, as the recent contributions to this blog from 3 transparency and accountability gurus showed.

How will Big Data evolve? It may follow the path of governance work – starting off with lots of supply (people building crowdsource websites that no-one uses), when that doesn’t work, move on to demand (citizens’ movements demanding data from baffled/incompetent/hostile governments) and then end up looking for combos of the two – hybrid institutions for data that combine old and new systems in new, context-specific ways; getting lots of unusual suspects in a room to find tailored solutions, including data-based ones, to agreed problems.

And what about the downsides? What are the risks of Big Data?

Data tribalism: mass media gives way to tribal media, as everyone splits off into their own online echo chamber, and increasingly has no idea what the rest of the world is thinking.

Big Brother Data: around the world,
governments are trying to close down space for civil society. CSOs routinely use a lot of IT, which provides a perfect channel for snooping and repression.

Don’t assume libertarianism will persist. Ok the internet still reflects its libertarian origins, but what if it is taken over by bad guys, whether governments or corporate?

What’s the link to inequality? Does the top 1% of the digitally connected have access to x times more data than the poorest 10% and is that digital divide growing or shrinking, between and within countries? What are the knock-on effects in terms of power and wealth?

Which all leads to a broader question. Is there something inherently individualist about the acquisition and use of data, as currently conceived? There are signs that it undermines collectivism, for example by allowing what were once pooled risks (eg National Health Service) to become customised, and eventually fragmented (her risk is bigger than mine, so why should I cross subsidise her with my taxes). If so, is a collectivist alternative approach– i.e. collective acquisition and access, data even conceivable?

Possible implications for today’s developing countries:

Big Data could of course allow them to leapfrog the painfully slow business of building solid national statistical capacity. A bit like mobiles v landlines.

Does building their data capacity in a world ruled by outside multinationals require a data equivalent of industrial policy? Perhaps countries should protect and nurture their infant data-related industries, only opening data ‘borders’ when national capacity and competitiveness has been created: a data equivalent of the East Asian tigers. But that would seem to go against any push for data comparability.

It feels like the governance of data is going to become ever-more important as a global issue. Who owns it? When can it be bought and sold? Do we need a UN Convention on

Self explanatory, really

Access and Use of Information to try and lock in some positive norms around its usage?

I think I can guarantee that most, if not all, of this is complete nonsense, but I’d be interested to hear if anything resonates with data people

Next up: how could political institutions emerge that govern for future generations?

Update: Alan Hudson recommends ‘The rise of data and the death of politics‘, an excellent example of big data as dystopia, by Evgeny Morozov

Interim Associate Country Director Pakistan

Oxfam Novib - 22 juillet, 2014 - 22:05
Oxfam is a world-wide development organization that mobilizes the power of people against poverty. We are looking for a Interim Associate Country Director, Pakistan 40 hours per week for 1 year and based in Islamabad

PMEL MANAGER (Burkina Faso, Ouagadougou)

Intermon Oxfam - 22 juillet, 2014 - 19:15
Tipo  Plantilla Referencia  25/14-15

A Intermón Oxfam, nous croyons en la justice et la solidarité et nous travaillons pour changer le monde. Nous luttons contre les causes de la pauvreté et de l’injustice et pas seulement contre leurs conséquences. A partir d’une vision intégrale, nous agissons dans environ 50 pays en Afrique, Amérique Latine et Asie, où nous travaillons sur plus de 500 projets de Développement et d’Action Humanitaire et où nous promouvons le commerce équitable,le plaidoyer et la mobilisation sociale



Responsabilités


Pour notre mission dans le pays du Burkina Faso, nous recherchons un/e PMEAL :

Placée sous la responsabilité hiérarchique du Business Support Manager, et sous responsabilité fonctionnelle des deux postes complémentaires du Régional Fundraiser (RF) et du Gestionnaire de Subvensions (GS). il travaillera sous la tutelle d'Oxfam Intermón avec et pour sept (7) ONG (ACF, SoS Sahel International, GVC/Italia, OCADES/CARITAS, GRET, OXFAM, Christian Aid) et en appui technique au Secrétariat Exécutif du Conseil national de la Sécurité Alimentaire.

Coordonnera le suivi évaluation du programme (cadre commun) et assurera la Capitalisation des expériences et des bonnes pratiques pouvant être partagées dans une stratégie de plaidoyer.

Responsabilités:
Apporter l'Assistance technique aux membres du cadre commun à travers la mise en place d'un cadre commun de suivi-évaluation, Apprentissage et Recevabilité ;
-Coordonner l'élaboration d'un cadre logique commun avec indicateurs, sources de vérification, risques et hypothèses associé à un plan de gestion des risques ;
-Coordonner l'élaboration d'un Plan de Suivi et Evaluation avec Mode Opératoire du Calcul des Indicateurs (MOCI) et les PDM et l'évaluation finale des projets
-Faciliter le renforcement des capacités du personnel des organisations membres du Cadre commun, des structures nationales et autres partenaires afin de préparer une transition et une reprise des expertises technique par le gouvernement.

Capitaliser les expériences
-Coordonner l'organisation des exercices de capitalisation autour des expériences des interventions du Cadre commun et production des documents.
-Assurer la diffusion des documents de capitalisation au niveau de l'ensemble des acteurs (gouvernement, société civile, bailleurs, etc.) .Diffuser les rapports de suivi - évaluation, les leçons apprises et les études aux membres du cadre commun, aux donateurs et aux entités gouvernementales.

Coordonner l'élaboration et la mise en ouvre d'une stratégie de plaidoyer notamment pour l'internalisation des outils sur des filets sociaux par les différents acteurs : Gouvernement (Ministères de l'Agriculture, Action Sociale,) les autres bailleurs (BM, DFID, USAID, etc.) et le SNU (UNICEF, PAM, FAO, etc.)

Profil requis


Diplôme universitaire dans un des domaines suivants : Sociologie, Anthropologie, Economie, Agro- Economie, Socio-Economie
Expérience minimum de 5 ans dans l'appui aux politiques, programmes ou de projets de développement et d'aide humanitaire de préférence en Afrique subsaharienne
Français courant (écrit - parlé)
Bonne maîtrise des logiciels Word et Excel
Bonne connaissance du milieu des ONG, de la gestion du cycle de projet / approche cadre logique
Bonne connaissance des normes et standards Sphères, des programmes de transferts monétaires, filets sociaux en lien avec la protection sociale

Conditions


Type de contrat: Contrat de 7 mois
Rétribution: 32.829, 46 euros Brut/annuel
Le lieu de travail : Ouagadougou et visites au terrain au même pays.
Incorporation: Le plus tôt possible

Faites parvenir votre candidature (CV et lettre d'intérêt), en spécifiant la référence du processus : PMEAL BF 25/14-15 dans l'objet de votre courriel à: humanitarianstaff@oxfamintermon.org.
Date limite de réception des candidatures: 30.07.2014. Oxfam se réserve le droit de prolonger la date réception selon les circonstances.

Oxfam Intermón souscrit au principe de l'équité, de la diversité et de l'inclusion en matière d'emploi.

Procédure de Sélection


Les personnes intéressées peuvent envoyer leur candidature en cliquant sur ce link. La date de clôture pour les dépôts des dossiers de candidature est fixée au 30/07/2014.


Humanitarian Change Goal Manager

Oxfam America - 22 juillet, 2014 - 17:15
The Humanitarian Change Goal Manager is responsible for developing and implementing an integrated strategy for Oxfam America’s exciting new effort to transform the way that humanitarian assistance is organized and delivered.  This effort involves Oxfam’s programmatic humanitarian work in-country, advocacy in the US to influence the thinking, and influencing practice of a broad range of players in the humanitarian system, and international advocacy in coordination with the Oxfam family.

[Read full job description]

PMEL MANAGER (Burkina Faso, Ouagadougou)

Intermon Oxfam - 22 juillet, 2014 - 14:15
Tipo  Plantilla Referencia  25/14-15

A Intermón Oxfam, nous croyons en la justice et la solidarité et nous travaillons pour changer le monde. Nous luttons contre les causes de la pauvreté et de l’injustice et pas seulement contre leurs conséquences. A partir d’une vision intégrale, nous agissons dans environ 50 pays en Afrique, Amérique Latine et Asie, où nous travaillons sur plus de 500 projets de Développement et d’Action Humanitaire et où nous promouvons le commerce équitable,le plaidoyer et la mobilisation sociale



Responsabilités


Pour notre mission dans le pays du Burkina Faso, nous recherchons un/e PMEAL :

Placée sous la responsabilité hiérarchique du Business Support Manager, et sous responsabilité fonctionnelle des deux postes complémentaires du Régional Fundraiser (RF) et du Gestionnaire de Subvensions (GS). il travaillera sous la tutelle d'Oxfam Intermón avec et pour sept (7) ONG (ACF, SoS Sahel International, GVC/Italia, OCADES/CARITAS, GRET, OXFAM, Christian Aid) et en appui technique au Secrétariat Exécutif du Conseil national de la Sécurité Alimentaire.

Coordonnera le suivi évaluation du programme (cadre commun) et assurera la Capitalisation des expériences et des bonnes pratiques pouvant être partagées dans une stratégie de plaidoyer.

Responsabilités:
Apporter l'Assistance technique aux membres du cadre commun à travers la mise en place d'un cadre commun de suivi-évaluation, Apprentissage et Recevabilité ;
-Coordonner l'élaboration d'un cadre logique commun avec indicateurs, sources de vérification, risques et hypothèses associé à un plan de gestion des risques ;
-Coordonner l'élaboration d'un Plan de Suivi et Evaluation avec Mode Opératoire du Calcul des Indicateurs (MOCI) et les PDM et l'évaluation finale des projets
-Faciliter le renforcement des capacités du personnel des organisations membres du Cadre commun, des structures nationales et autres partenaires afin de préparer une transition et une reprise des expertises technique par le gouvernement.

Capitaliser les expériences
-Coordonner l'organisation des exercices de capitalisation autour des expériences des interventions du Cadre commun et production des documents.
-Assurer la diffusion des documents de capitalisation au niveau de l'ensemble des acteurs (gouvernement, société civile, bailleurs, etc.) .Diffuser les rapports de suivi - évaluation, les leçons apprises et les études aux membres du cadre commun, aux donateurs et aux entités gouvernementales.

Coordonner l'élaboration et la mise en ouvre d'une stratégie de plaidoyer notamment pour l'internalisation des outils sur des filets sociaux par les différents acteurs : Gouvernement (Ministères de l'Agriculture, Action Sociale,) les autres bailleurs (BM, DFID, USAID, etc.) et le SNU (UNICEF, PAM, FAO, etc.)

Profil requis


Diplôme universitaire dans un des domaines suivants : Sociologie, Anthropologie, Economie, Agro- Economie, Socio-Economie
Expérience minimum de 5 ans dans l'appui aux politiques, programmes ou de projets de développement et d'aide humanitaire de préférence en Afrique subsaharienne
Français courant (écrit - parlé)
Bonne maîtrise des logiciels Word et Excel
Bonne connaissance du milieu des ONG, de la gestion du cycle de projet / approche cadre logique
Bonne connaissance des normes et standards Sphères, des programmes de transferts monétaires, filets sociaux en lien avec la protection sociale

Conditions


Type de contrat: Contrat de 7 mois
Rétribution: 32.829, 46 euros Brut/annuel
Le lieu de travail : Ouagadougou et visites au terrain au même pays.
Incorporation: Le plus tôt possible

Faites parvenir votre candidature (CV et lettre d'intérêt), en spécifiant la référence du processus : PMEAL BF 25/14-15 dans l'objet de votre courriel à: humanitarianstaff@oxfamintermon.org.
Date limite de réception des candidatures: 30.07.2014. Oxfam se réserve le droit de prolonger la date réception selon les circonstances.

Oxfam Intermón souscrit au principe de l'équité, de la diversité et de l'inclusion en matière d'emploi.

Procédure de Sélection


Les personnes intéressées peuvent envoyer leur candidature en cliquant sur ce link. La date de clôture pour les dépôts des dossiers de candidature est fixée au 30/07/2014.


Syndiquer le contenu