Neang Veach, 53 ans, riziculteur au Cambodge. Photo: Jim Holmes/Oxfam
Les règles commerciales déloyales ont laissé les petits producteurs dans une situation difficile.

A propos de la campagne sur l'Agriculture

L’augmentation du prix des denrées alimentaires provoque des émeutes dans différents pays ; les cultures destinées aux biocarburants et les cultures de produits alimentaires se disputent les terres cultivables ; le risque de famine généralisée progresse partout dans le monde. Comment cela s’explique-t-il ?

Partout dans le monde, les revenus des hommes et des femmes dépendent des zones rurales : qu’il s’agisse des ouvriers agricoles aux États-Unis, des pasteurs en Tanzanie, des cultivateurs de maïs en Amérique centrale, ou encore des pêcheurs en Asie de l’Est. Les femmes dépendent particulièrement de l’agriculture pour assurer leurs moyens de subsistance. Dans les régions touchées par la pauvreté, l’agriculture fournit une sécurité alimentaire et les emplois qui ne sont pas disponibles dans les autres secteurs.

Toutefois, depuis plus de vingt ans, l’agriculture est négligée de manière irresponsable, avec la baisse des investissements provenant des gouvernements et des donateurs. La propriété des terres est devenue plus concentrée. Les changements survenant sur le marché de l’alimentation constituent de nouveaux défis pour les petits agriculteurs. Et le travail, qui est parfois la seule ressource des travailleurs ne possédant pas de terres, est faiblement rémunéré. Les règles commerciales déloyales ont laissé les petits producteurs et les ouvriers agricoles salariés dans une situation difficile.

La production de denrées alimentaires est principalement assurée par les femmes. Toutefois, les décisionnaires sont toujours convaincus que les femmes n’ont qu’un rôle secondaire en agriculture. Et, pour rendre les choses encore plus difficiles, les femmes doivent porter le très lourd fardeau que représentent les tâches ménagères et s’occuper des autres, ce qui limite le temps et les ressources qu’elles peuvent consacrer à l’agriculture.

Agir maintenant

À présent, l’agriculture est à nouveau au cœur des préoccupations publiques, et il était temps !

Les investissements dans l’agriculture produisent des résultats, plus que dans tout autre secteur. Et investir dans les moyens de subsistance agricoles des femmes peut vraiment faire la différence dans nos efforts visant à réduire la pauvreté, tout en préservant leurs droits. Mais les obstacles ne doivent pas être sous-estimés : dégradation environnementale, changement climatique, nouvelles technologies et des prix de l’énergie atteignant des sommets, tout cela a un impact sur les pauvres agriculteurs et ouvriers.

Les gouvernements, les institutions internationales et les entreprises font des choix pouvant occasionner des bouleversements dans la vie quotidienne des populations luttant pour gagner leur vie dans les zones rurales.

Nous pensons qu’ils peuvent mieux faire. Et nos partenaires sont du même avis. Oxfam élève la voix pour mettre l’accent sur les problèmes qui menacent les zones rurales, comme le changement climatique, les biocarburants et la crise alimentaire mondiale.

En savoir plus

Changement Climatique

Biocarburants

Crise alimentaire mondiale

 

Permalink: http://oxf.am/Zfr