la variabilité du climat affecte aussi les communautés de caféiculteurs établies sur les flancs du Kilimandjaro. Credit: Caroline Irby/Oxfam
Pour assurer leur survie, les fermiers se déplacent vers des terres protégées

Faire entendre les voix du sud : le cas de la Kilimandjaro native co-operative union

Les pasteurs Masai de Tanzanie ne sont pas les seuls à subir les effets des changements climatiques : la variabilité du climat affecte aussi les communautés de caféiculteurs établies sur les flancs du Kilimandjaro. Oxfam aide ces collectivités à s'adapter et fait connaître les risques liés aux changements climatiques non seulement pour ces collectivités, mais aussi pour l'ensemble de la chaîne d'approvisionnement du café en Occident.

Impacts des changements climatiques

Les quelque 60 000 petits producteurs de café équitable de la Kilimandjaro Native Co-operative Union (KNCU) – la plus ancienne coopérative de café d'Afrique – ne saisissent pas bien les causes des changements climatiques. Ils en subissent néanmoins les lourdes conséquences. Ils intensifient leurs efforts pour maintenir leur production en dépit de la hausse des températures et de la variabilité des précipitations. Les fossés d'irrigation et les conduites d'eau sont pratiquement à sec. Le paludisme se répand dans les régions montagneuses qu'il n'avait encore jamais atteintes. Pour assurer leur survie, des fermiers se déplacent vers des terres forestières protégées, où ils coupent des arbres pour obtenir du bois de feu et du bois d'œuvre.

Faire entendre les voix du Sud

Oxfam America a organisé récemment la visite de Raymond Kimaro, directeur général de la KNCU, dans des bureaux clés du Congrès américain. Il y a partagé certaines de ses observations relatives aux impacts des changements climatiques sur les flancs du Kilimandjaro dans sa terre natale de Tanzanie, et a présenté un vibrant plaidoyer en faveur du financement pour l'adaptation des collectivités vulnérables dans les pays en développement.

Sensibiliser les hauts fonctionnaires

Lors de sa visite au bureau de la sénatrice Dianne Feinstein, Raymond a remarqué que la législatrice avait préparé un document d'information sur le réchauffement planétaire orné, en page couverture, de deux photos (tirées du film d'Al Gore Une vérité qui dérange) : sur l'une, on voyait les fameuses neiges du Kilimandjaro en 1930 et sur l'autre, le sommet, presque totalement  dépourvu de neige, de la montagne en 2000. Raymond a simplement dit au personnel du bureau de la sénatrice : « J'ai grandi là (montrant la photo de 1930) et je vis maintenant ici (montrant la photo de 2000). »

Obtenir l'appui des entreprises

Les changements climatiques ne portent pas seulement atteinte aux moyens de subsistance des fermiers de la KNCU et à ceux de millions d'autres citoyens dans les collectivités vulnérables du monde entier. Ils affectent aussi les activités commerciales dans les pays industrialisés. L'organisation de Raymond vend du café équitable de qualité supérieure à des sociétés multinationales comme Starbucks et à des sociétés vouées au commerce équitable comme Equal Exchange. Starbucks s'est dite préoccupée par les « risques commerciaux importants et directs » que posent les changements climatiques, puisqu'ils affecteront à la fois la qualité et la quantité du café qu'elle achète.

Résultats

Au sein de la nouvelle coalition stratégique Business for Innovative Climate & Energy Policy (BICEP), Starbucks exerce des pressions sur le gouvernement américain afin qu'il « fournisse un financement substantiel et d'autres soutiens pour aider les pays en développement à se préparer en vue de phénomènes climatiques extrêmes et à s'adapter aux pénuries d'eau, à la réduction des rendements des récoltes, et aux autres impacts des changements climatiques qui frappent durement tant les collectivités que la chaîne d'approvisionnement. »

D'autres exemples d'adaptation:

 Geoff Sayer/Oxfam

 

Tanzanie: Appuyer les moyens de subsistance des pasteurs masai

 Jane Beesley/Oxfam

 

Bolivie: raviver le savoir ancestral des autochtones

 Jane Beesley/Oxfam

 
Bangladesh : se préparer à affronter les inondations