Un paciente sostiene una caja de pastillas antirretrovirales. Autor: Tom Greenwood/Oxfam
"Les nouveaux médicaments sont chers. Les gens ayant un salaire comme le mien ne peuvent pas se permettre de les acheter." - Irsa

Permettre l’accès à des antirétroviraux abordables

Oxfam cherche à garantir l’accès à des médicaments antirétroviraux (ARV) abordables dans le monde entier pour ceux qui en ont besoin. Les gouvernements et les institutions ont fait beaucoup pour veiller à ce que les ARV de premier recours soient abordables, mais lorsque les personnes séropositives deviennent résistantes à ces médicaments ou lorsqu’elles n’ont pas les moyens de se les procurer, les ARV de second recours sont nécessaires.

Ceux-ci sont toujours bien trop coûteux pour que les pays en développement et les hommes et femmes vivant dans la pauvreté puissent les acheter.

Oxfam demande de toute urgence aux pays riches d’aider la production et la distribution de médicaments génériques bon marché, que les populations les plus pauvres auront les moyens d’acheter.

La Thaïlande compte environ 800000 personnes vivant avec le virus VIH. Les médicaments permettant de traiter les personnes atteintes du virus peuvent coûter jusqu’à deux fois le salaire mensuel moyen d’un Thaïlandais.

Avec le soutien du gouvernement, l’industrie pharmaceutique thaïlandaise a réussi à lutter contre cet obstacle mondial en produisant des ARV génériques bon marché.

Une pression doit être exercée sur les gouvernements, les entreprises pharmaceutiques et l’UE pour veiller à ce que les besoins des patients passent avant les brevets de médicaments et les bénéfices, et pour que les personnes vivant avec le virus VIH et le SIDA puissent avoir accès à des médicaments abordables et à un traitement à long terme.