Oxfam maintient la pression pour que le G8 tienne ses promesses. Photo : Oxfam

Oxfam se mobilise pour le sommet du G8 à Deauville

Les 27 et 28 mai, les dirigeant-e-s des huit plus grandes puissances économiques du monde ont rendez-vous à Deauville, en France, pour le sommet du G8. Les responsables du G8 avaient promis de réduire de moitié la pauvreté dans le monde avant 2015 et de faire passer les peuples avant toute autre considération. Alors qu'il ne reste plus que quatre années avant cette échéance, le G8 n'a pas pris le bon chemin.

Oxfam demande aux membres du G8 de mettre en oeuvre un plan d'urgence pour déboquer l'aide qui avait été promise. Ils doivent investir dans la lutte contre la faim, dans la santé et dans l'éducation des pays les plus pauvres. Ils doivent prendre des mesures pour faire en sorte que les entreprises ne puissent plus échapper à l'impôt dans les pays pauvres.

1. Des engagements sur l'aide

Cette année, le G8 doit commencer par réaffirmer ses promesses faites à Gleneagles, à L’Aquila et à Muskoka. Il doit mettre en place un plan d'urgence pour débloquer enfin les quelque 19 milliards d'aide manquant par rapport à leurs engagements.

2. Le choix de financements innovants

Les membres du G8 doivent envisager sérieusement les possibilités innovantes qui s'offrent à eux pour lever des fonds supplémentaires afin de lutter contre la pauvreté et le changement climatique. Une taxe mondiale sur les transactions financières et les banques (également appelée "Taxe Robin des bois") génèrerait à elle seule 400 milliards de dollars par an. Des mécanismes d'échange de droits d'émissions dans les transports maritimes et aériens et le recours aux droits de tirage spéciaux, par exemple pour émettre des "obligations vertes", permettraient de dégager 40 milliards de dollars par an pour investir dans les énergies propres dans les pays en développement. 

3. Responsabilité et transparence

Enfin, les membres du G8 doivent imposer des mécanismes obligatoires de "reporting" pays par pays aux entreprises de l'industrie extractive : elles seraient ainsi tenues de détailler leurs comptes et l'ensemble de leurs activités dans chaque Etat où elles opèrent. Cette mesure qui ne coûterait pas un sou aux pays du G8 permettrait aux citoyens d'exiger de leurs gouvernants qu'ils rendent des comptes sur l'utilisation des revenus, considérables, issus de l'exploitation des ressources naturelles.

Agissez maintenant !

Oxfam est de nouveau mobilisé pour le sommet du G8 à Deauville, en France ! Où que vous vous trouviez, vous pouvez nous aider à adresser un message clair aux membres du G8 et à faire pression pour qu'ils tiennent leurs promesses. Près d'un milliard de personnes vivent dans la pauvreté. Elles ne peuvent pas attendre de nouvelles promesses. Tweetez vos demandes aux dirigeant-e-s du G8, en utilisant le mot-clé #DearG8 et visitez régulièrement ce site pour suivre nos informations sur le G8 en France !

En savoir plus

> Lire le rapport (en anglais) : G8 France 2011: Deauville Accountability Report (pdf, 1.5MB)

Suivre Oxfam lors du G8 de Deauville

Permalink: http://oxf.am/4yA