Elisabeth Tamara, 10, with Nevado Huascaran - the highest mountain in Peru - in the background. Credit> Gilvan Barreto/Oxfam
Parce que cela touche les gens

Pourquoi Oxfam demande une intervention urgente sur le changement climatique ?

L’impact désastreux du changement climatique frappe le plus durement et en premier les populations les plus pauvres.

Oxfam constate ces effets partout dans le monde, à travers les schémas météorologiques imprévisibles provoquant sécheresses, inondations, famines et maladies.

Le temps est compté pour limiter le réchauffement climatique à 2 °C. Tout réchauffement d’une plus grande ampleur aurait des conséquences catastrophiques et irréversibles. Il règne une très grande injustice car les populations les plus durement touchées sont celles qui sont les moins capables de s’en sortir et les moins responsables de ce problème.

Les pays riches ont profité le plus de l’industrialisation, lourde en émissions de carbone, donc la responsabilité d’utiliser la supériorité de leurs moyens pour aider à réduire leurs émissions en premier et le plus vite leur revient. Et il est crucial que ces pays prennent les devants pour soutenir les pays pauvres subissant les effets désastreux qui se produisent aujourd’hui.

Le coût de l’inaction est énorme. Les populations vulnérables courent le risque de s’enfoncer encore plus dans la pauvreté et de souffrir davantage à l’avenir. À Poznan, nous devons définir une trajectoire claire permettant de parvenir à un accord juste et effectif, qui devra être convenu lors de la conférence Copenhague 2009.

Les pays riches doivent cesser de nuire et commencer à aider. Oxfam réclame une action d’envergure mondiale. Maintenant.

Cessez de nuire

Les pays riches doivent :

  • Diriger les efforts internationaux visant à limiter le réchauffement climatique à 2 °C
  • Réduire leurs émissions de carbone en premier et le plus vite possible pour que les émissions mondiales atteignent leur pic d’ici 2015.

Commencez à aider

Les pays riches doivent :

  • Fournir suffisamment de ressources pour aider les pays affectés par le changement climatique à s’adapter
  • Payer une juste part des 50 milliards de dollars nécessaires pour aider les pays les plus pauvres à s’adapter.

2009

Il est vital que les dirigeants du monde entier définissent la trajectoire à adopter pour parvenir à un accord juste et effectif qui devra être signé à Copenhague en décembre 2009. Un accord juste veillera à ce que les pays riches portent la responsabilité des réductions des émissions mondiales et soutiennent l’adaptation des pays en développement.
Un accord effectif garantira un objectif de baisse des émissions, réduisant au minimum le risque d’un réchauffement climatique général supérieur à 2C.