La taxe Robin des Bois



A travers le monde, une idée gagne du terrain : celle d’une minuscule taxe appliquée aux banques qui pourrait générer des milliards de dollars pour aider à financer le développement.

Cette taxe est baptisée de différente manière selon les pays – "Taxe Robin des bois" au Canada, en France, au Royaume-Uni ("Robin Hood tax") et en Espagne ("La Tasa Robin Hood"), "Taxe contre la pauvreté" en Allemagne ("Steuer gegen Armut"), Zerozerocinque en Italie  – mais il s’agit bien toujours de la même chose : une toute petite taxe sur les transactions des grandes banques qui pourrait dégager et fournir des milliards de dollars pour aider les citoyens et combattre la pauvreté à travers le monde.

C'est le moment d'agir !

Si vous ne l'avez pas encore fait, signez la pétition et rejoignez le mouvement en faveur de la taxe Robin des bois :

Qui réclame cette petite taxe ?

La crise économique a laissé au monde des trillions d’euros de dettes et provoqué une insatisfaction générale de la population vis-à-vis des dépenses excessives des banquiers.

Des personnalités politiques et influentes ont déjà exprimé leur soutien en faveur d’une taxe sur les millions de transactions qui ont lieu chaque jour entre les institutions financières.

Aujourd'hui, nous sommes nombreux et nombreuses à appeller à la mise en oeuvre de cette taxe infime. Nous sommes des :

  • Organisations de la société civile et d'entraide, mouvements écologistes, syndicats, représentants religieux, femmes et hommes politiques, célébrités ;
  • Responsables politiques mondiaux : le président français François Hollande, la chancelière allemande Angela Merkel, entre autres ;
  • Femmes et hommes d'affaire : le président de FSA Lord Turner, le financier George Soros, l'entrepreneur Warren Buffet, le célèbre Bill gates ;
  • Economistes : les prix Nobel Joseph Stiglitz et Paul Krugman, le directeur du Earth Institute Jeffrey Sachs, et pas moins de 1 000 économistes du monde entier.

Nous sommes toutes et tous parties prenantes d'un mouvement mondiale et de campagnes de mobilisation qui sont menées dans plus de 25 pays, représentant plus de 220 millions d'individus.

La taxe sur les transactions financières, qu'est-ce que c'est ?

Pour faire court, derrière cette taxe sur les transactions financières se cache une grande idée : celle de générer des milliards, voire des centaines de milliards de dollars de ressources. Cet argent aidera à lutter contre la pauvreté dans le monde et à faire face au changement climatique, entre autres. Et il proviendra d'une taxation juste du secteur financier.

La crise économique de 2008 a laissé un gouffre de 65 milliards de dollars dans les budgets des 56 pays les plus pauvres au monde. Des pays qui se voient aujourd'hui contraints de faire des coupes sombres dans leurs dépenses et de retirer des subventions dans des secteurs aussi essentiels que l'alimentation, l'énergie, l'électricité.

Mise en œuvre à l'échelle mondiale, une imposition infime de 0,05 % sur le secteur financier permettrait de générer environ 400 milliards d’euros. Soit suffisamment pour développer des services publics essentiels, tels que des écoles et des hôpitaux, et pour s’adapter au changement climatique et aux défis qui nous attendent. 

C'est donc plus que jamais le moment de prendre le train en marche, pour mener une campagne à grande vitesse !

Permalink: http://oxf.am/ZQK