Crédit : Mark Chilvers/Oxfam
Les populations doivent être au cœur des négociations sur le climat

Comment s’adapter au changement climatique ?

Le changement climatique menace le développent et précipite les populations les plus pauvres dans une impasse, incapables de répondre aux variantes climatiques et aux catastrophes qu'elles provoquent.

Les populations et les gouvernements

Les populations doivent être au cœur du processus d’adaptation aux changements climatiques. Elles connaissent les effets que provoquent ces changements dans leurs environnements et savent de quelle manière ils affectent leurs moyens de subsistance.

Les gouvernements nationaux doivent centrer leurs efforts sur les besoins des communautés les plus vulnérables, tandis que la communauté internationale se doit de délivrer les ressources nécessaires à cette adaptation.

Que font les populations ?

Face à l’augmentation des inondations :

  • Améliorer les systèmes d’alertes nationaux ;
  • Construire de nouvelles infrastructures surélevées – écoles, maisons ;
  • Mettre en place des programmes d’abris d’urgences ;
  • Intégrer les risques d’inondations dans les budgets nationaux gouvernementaux ;
  • Créer des plans d’actions communautaires de réponses aux inondations.

Face à l’imprévisibilité de précipitations toujours plus importantes :

  • Améliorer les systèmes météorologiques nationaux et encourager les prévisions météorologiques à moyens termes ;
  • Investir dans la recherche et dans la mise en place de cultures résistantes aux sécheresses ;
  • Etablir des systèmes d’irrigation efficaces et à faibles coûts ;
  • Mettre en place des systèmes de récoltes en eaux de pluie, et répandre les pratiques agricoles de conservation de l’eau.

Face à des ouragans plus durs :

  • Améliorer les systèmes de préventions d'alertes aux ouragans et sensibiliser les populations ;
  • Planter un « bouclier biologique » de mangroves le long des côtes capables de diffuser les vagues provoquées par les tempêtes ;
  • Changer les régulations actuelles en matière de construction pour renforcer les nouvelles infrastructures.

Que fait Oxfam ?

Oxfam offre son soutient aux populations et aux organisations qui, à travers le monde, développent déjà des outils et des techniques pouvant être utilisées pour le processus d’adaptation aux changements climatiques. Du Pakistan à la Bolivie, découvrez les histoires de ces populations :

L’adaptation aux changements climatiques au Pakistan

Le quartier côtier de Badin, sur la rivière indus du Pakistan, était jadis l’un des premiers berceaux de la civilisation mondiale. Ce quartier, que la mer a envahi, regorge désormais d’eau salée.

Oxfam a, en 2008, entrepris au Pakistan des recherches basées sur les populations pour comprendre au mieux les implications du changement climatique dans cette région.

>> En savoir plus (En anglais)

Venir en aide au passé grâce aux connaissances des peuples indigènes de Bolivie.

Les inondations dévastant le département amazonien de Béni en 2008, et affectant 118 000 personnes, ont été les pires enregistrées depuis ces 50 dernières années.

La fondation Kenneth Lee, soutenue par Oxfam, travaille avec les populations de Trinidad à la construction de camellones, technique reprise par les scientifiques à la lumière de leurs connaissances en matière de gestion de l’eau.

>> En savoir plus (En anglais)

Le riz jasmin dans la « plaine pleurante » : l’utilisation de cultures rizicoles adaptées aux changements climatiques, au nord de la Thaïlande.

Yasothorn, l’une des 10 provinces les plus pauvres de la Thaïlande, fait partie intégrante de la légendaire Plaine Pleurante. Les conditions arides de la plaine sont essentielles à la culture du célèbre riz Jasmin.

Oxfam travaille avec l’organisation locale Earth Net Foundation depuis 2004, dans le but de promouvoir une agriculture basée sur des techniques organiques, et le commerce équitable.

>> En savoir plus (En anglais)