Chercheur d’emploi au Bangladesh

Le Bangladesh est l’un des pays les plus pauvres au monde. 40% de ses 147 millions d’habitants vivent dans une extrême pauvreté.

Les experts de l’industrie ont déclaré que la crise économique n’avait provoqué que quelques fermetures d’usines et seulement quelques pertes d’emplois. Cependant sur les 5, 5 millions de bangladais travaillant à l’étranger, et principalement dans les pays du Golfe, des milliers sont désormais indirectement affectés par la baisse de la demande en mains d’œuvre.

Anwarul Islam n’a pas pu retrouver un emploi convenable ni même un travail depuis qu’il a perdu celui qu’il occupait dans une usine de vêtements il y’a plus d’un mois. Il avait quitté le Bangladesh 4 ans auparavant pour un emploi mieux payé. Avec près de 9,500 Taka (près de £100) par mois, son travail en Jordanie lui avait permis de faire des économies et de payer ainsi pour l’éducation des ses enfants au Bangladesh.

C’est pendant le festival Islamique de Eid-ul-Azha qu’Answarul et ses collègues ont appris qu’ils risquaient de perdre leur travail.

« Nous avons entendu qu’il n’y avait plus de travail et que l’usine serait prochainement fermée » expliqua t-il. « Ce qui arriva en fait très rapidement. Jusqu’à la semaine dernière, bien que nous entendions beaucoup parler de cette fermeture, nos supérieurs ne nous avaient jamais rien dit.»

Depuis la perte de son emploi, Anwarul n’a pas eu d’autres choix que de retourner vivre au Bangladesh pour trouver un autre travail. Mais jusque là ses recherches se sont révélées infructueuses.

L’histoire d’Anwarul n’est pas isolée. Alors que la demande mondiale chute, prés d’une dizaine de milliers de travailleurs immigrants présents partout dans le monde perdent leurs emplois, ce qui n’est pas sans conséquences sur leurs familles.

Face à un futur incertain Anwarul garde pourtant l’espoir de trouver rapidement un emploi au revenu décent.

«  Je réalise l’importance de l’éducation. », explique t-il « Ce serait vraiment regrettable que je ne puisse pas envoyer mes enfants à l’école »