Thoung Ra debout avec sa femme Seng Oeun, qui tient leur fille Yeat Pheaktra âgée de 10 mois. Leur fille de 5 ans est debout à côté d’eux. Oxfam a fourni une jarre pour filtrer l’eau à la famille. Photo: Timothy Herbert/OxfamAUS
Oxfam a initié aux gestes d’hygiène et a distribué des filtres à 319 familles.

Cambodge : filtrer l’eau pour éliminer les maladies

“Je fais bouillir l’eau avant de la passer par le filtre car j’ai peur des bactéries et des maladies.”
Sok Bun

Un système simple de traitement de l’eau permet aux familles pauvres du Cambodge d’être en meilleure santé, comme a pu le constater Maureen Bathgate, lors d’une visite récente dans la région.

Sok Bun prend une carafe posée sur la table, verse de l’eau dans un grand verre translucide et boit une gorgée. « L’eau est bonne, elle est propre dit-elle en souriant. Je ne tombe plus malade depuis que nous utilisons le filtre. »

Dans le petit village de Damrey Phoung, au bord du fleuve Mékong, l’approvisionnement en eau n’a jamais été un problème pour Bun et sa famille. La grande jarre en terre cuite installée à côté de leur maison est toujours pleine d’eau grâce aux 12 seaux que Bun va remplir à la rivière chaque jour. Le problème, c’est la qualité de l’eau.

Le fleuve, qui permet à la famille d’avoir du poisson pour manger, d’irriguer la terre pour la riziculture, et qui offre un accès au marché et à l’hôpital de Stung Treng, la capitale provinciale, est également utilisé par les 534 habitants du village pour laver et se baigner. On y trouve régulièrement des buffles et autre bétail qui viennent se désaltérer, faire leurs besoins, et paresser.

« L’eau de la rivière est sale, dit Bun. Nous ne pouvons pas boire l’eau de la rivière directement, sans la traiter. Si on le fait, on tombe malade. »

« Avant tout je fais bouillir l’eau »

Mrs Sok Bun and Mr Niam Po Vuth Sady with their water filter provided by Oxfam. Credit: Timothy Herbert/OxfamAUS

Mme Sok Bun et M Niam Po Vuth Sady avec leur filtre à eau d’Oxfam. Photo: Timothy Herbert/OxfamAUS

Oxfam Australie fournit un système de filtrage d’eau à Bun et à sa famille. Ce système est composé d’une jarre en terre cuite, en forme de pot de fleur, et un récipient rond en plastique muni d’un couvercle et d’un robinet. L’eau est versée dans le pot et est filtrée alors qu’elle coule dans le récipient en dessous pendant 2 à 3 heures. Les  contaminants sont piégés mécaniquement dans les pores de la céramique et l’argent dans le pot désinfecte l’eau alors qu’elle passe à travers.  Les tests effectués ont démontré que l’eau filtrée en utilisant ce système contient 99,99% de E. coli en moins que l’eau non filtrée1.

« Le filtre est notre source principale d’eau potable, dit Bun. D’abord je fais bouillir l’eau et ensuite je la filtre parce que j’ai peur des bactéries et des maladies. »

Bun a suivi une formation pour apprendre à bien utiliser et nettoyer le filtre. Elle a également suivi une formation proposée par Oxfam Australie pour apprendre les gestes essentiels d’hygiène.

« J’ai participé à la formation donnée au village pour prévenir la maladie. Maintenant je sais que je dois bouillir l’eau avant de la boire, nettoyer les récipients avant de les utiliser, et me laver les mains avec du savon pour éviter de tomber malade.

« Avant d’avoir le filtre j’avais tout le temps la diarrhée. Maintenant que je fais bouillir l’eau et que j’utilise la jarre pour la filtrer, je suis en meilleure santé et le reste de ma famille aussi. »

Prévenir la diarrhée

« Man Chun, le chef du village de Damrey Phoung dit que les systèmes de filtrage d’eau ont été d’une aide précieuse pour les familles de son village, surtout lors d’inondations, quand l’eau est rapidement contaminée. Jusqu’à présent, 47 familles dans le village possèdent un système de filtrage d’eau. »

« Nous avons une zone de sécurité dans les hauteurs et quand il y a des inondations les gens vont se réfugier là-bas, dit-il. Ils amènent leurs filtres pour pouvoir boire de l’eau potable. »

Les filtres à eau ont été très utiles lorsque les inondations qui ont suivi le Typhon Ketsana ont laissé les habitants de Damrey Phoung sans eau potable. En tout, Oxfam a distribué le système de filtrage à 319 familles dans les zones affectées par les inondations. Ces familles ont également appris les gestes essentiels d’hygiène pour aider à réduire le taux de morbidité diarrhéique qui ne cesse d’augmenter.

1 UNICEF Programme d’eau potable et d’assainissement, Août 2007.

Originalement publié par Oxfam Australie.

En savoir plus

Le travail d'Oxfam sur la santé

Agissez: La campagne Santé et Education pour Tous