Une pompe de roue en Cambodge. Crédit: Prom Vihear Thor
Des pompes et des filtres fournissent aux villageois de l’eau potable

Cambodge: L’eau pour le peuple, la terre et les troupeaux

“Les pompes sont vraiment importantes pour les familles pauvres.”
Peng Pou
Chef élu de Thmey

L'eau nous est essentielle tous les jours: pour boire, faire la cuisine, cultiver et plus. Bien que le Cambodge ait de l'eau fraîche en abondance pendant la saison des pluies, beaucoup de campagnards doivent aller à pied loin de chez eux pour trouver l'eau dont ils ont besoin pendant la saison sèche. Il leur faut beaucoup de temps, d'énergie et de force physique pour porter cette eau lourde une si longue distance.

Il y a quelques puits dans les zones rurales mais, beaucoup d'entre eux ne sont pas en bon état. Une fois qu'une pompe soit cassée, par exemple, les gens ont l'habitude d'enlever le couvercle en béton et d'utiliser un seau pour tirer l'eau. Cela contamine l'eau, car les seaux sont souvent sales et des choses diverses tombent dans le puits découvert. Au pire, les enfants tombent malade.

Pompes à roue pour les foyers

Des résidents de Pursat, une province dans l'ouest du pays, se sont approchés d'une organisation qui s'appelle Prom Vihear Thor pour demander des pompes à roue. Leur demande d'assistance a été approuvée par cette ONG qui aide aussi les communautés à développer des stratégies pour le maintien des pompes et des roues.

Un comité de trois personnes (chef, vice-chef et trésorier) était élu pour gérer les remises en état éventuelles. On a décidé d'un commun accord que chaque famille utilisant la pompe paierait au moins 500 riels ($0.125 US) chaque mois pour le fonds de maintien. Les résidents et les membres du comité assistent ensemble aux stages de formation donnés par des ingénieurs qui leur expliquent comment utiliser les pompes et faire des réparations de base.

Les bénéfices de ces pompes à roue sont multiples. Elles font tout dans un foyer, produisant l'eau pour faire la cuisine, laver et boire. Elles sont fabriquées selon des critères haut-niveau par les membres d'une ONG cambodgienne qui s'appelle Idées au travail.

Faire de l'eau potable

Maintenant on avait l'eau. Le prochain défi était de la rendre potable. Alors, les résidents ont proposé que Prom Vihear Thor les aide avec des filtres. L'ONG a fourni ces filtres aux 30 familles qui en avaient le plus grand besoin et a aidé à établir un deuxième groupe d'usagers.

Les filtres qui sont relativement bon marché ($10 US chacun) sont produits par encore une autre ONG, Développement internationale de ressources-Cambodge. La famille de Soil Lorm est parmi les 30 familles prioritaires, n'ayant qu'un demi-hectare de terre pour quatre personnes et assez de nourriture pour quelques moins de l'année seulement. En tant que membre du groupe d'usagers, elle dit, « Je n'oublie pas de nettoyer le filtre d'eau, pour que nous puissions l'utiliser pendant longtemps. »

L'irrigation pour les cultivateurs pauvres

Soil Lorm habite Thmey, un village de 111 familles où presque tout le monde cultive du riz et des légumes. Les résidents étaient d'accord sur le besoin d'irrigation, sans laquelle leurs récoltes seraient petites et leur faim et soif grandes, pour les gens et les bêtes également. Seulement quelques familles avaient les moyens de louer une pompe d'irrigation pour $2 US l'heure; beaucoup n'en avaient pas. D'ailleurs, ce service n'était pas toujours disponible. Alors, on a proposé à Prom Vihear Thor de fournir deux pompes d'irrigation fonctionnant au diésel.

Ainsi s'était formé un troisième groupe d'usagers, le plus grand. Il y a 204 personnes dans ce groupe, dont 102 femmes et filles. Des 529 résidents du village, 220 sont des femmes et des filles.

Peng Pou, chef élu de ce groupe, dit, « Autrefois nous affrontions une sécheresse presque chaque année. Nous n'avions pas assez d'eau pour faire pousser du riz, surtout en juillet et août quand il fait sec. Les pompes sont vraiment importantes pour les familles pauvres. Elles peuvent emprunter la pompe pour irriguer le riz pendant une sécheresse et cultiver des légumes pendant la saison sèche lorsque le riz ne peut pas être cultivé. »

« Les membres paient $0.37 US l'heure, qui va dans le fonds de maintien. Avec le coût du pétrole, le total remonte à $1.25 environ, soit une économie de $0.75 l'heure. »

Transformer la vie des gens

Ensemble la pompe à roue, la pompe d'irrigation et le filtre d'eau ont transformé la vie des gens. Les enfants ont une meilleure santé. La nourriture est plus abondante. Les familles ont plus d'argent pour leurs besoins fondamentaux. Les gens ne sont pas si fatigués, puisqu'ils n'ont plus besoin de aller si loin pour ramasser l'eau ou le bois à feu.

C'est Krouch Soam qui a le dernier mot : « Moi, Mme Krouch Soam, représentante des familles bénéficiaires, voudrait dire un grand merci à Prom Vihear Thor et à Oxfam Hong Kong. »

Publié originalement par Oxfam Hong Kong.

En savoir plus

Ideas at Work

Resource Development International – Cambodia

Thèmes de travail d'Oxfam

En savoir plus sur :