Des agriculteurs locaux, fiers de présenter leur récolte. Crédit: Gilvan Barreto/Oxfam
Des agriculteurs locaux, fiers de présenter leur récolte

Honduras : La population apprend à améliorer ses récoltes

“Avant l’arrivée d’ODECO, les femmes ne participaient pas à grand-chose, mais maintenant nous avons appris que nous sommes tous égaux.”
Paula Vázquez

Arcadio Pacheco a toutes les raisons d’être fier. Lorsqu’il regarde sa terre, il voit qu’elle regorge de légumes et bénéficie de bons systèmes d’irrigation. Les choses ont beaucoup changé à La Mohaga dans l’ouest du Honduras.

La Mohaga est un endroit calme, si calme qu’il y a dix ans, la ville était isolée et qu’il était plus facile de se rendre à El Salvador que dans le reste du pays. Arcadio, aujourd’hui âgé de 75 ans, se souvient du temps où il dut émigrer pour subvenir aux besoins de sa famille. Il travaillait comme ouvrier agricole moyennant un salaire qui lui suffisait à peine pour nourrir ses enfants.

Même s’il possédait des terres, Arcadio ne disposait pas des connaissances nécessaires pour les cultiver. Aujourd’hui, avec le soutien d’Oxfam et de notre partenaire local ODECO (Organisation for the Development of Corquín, organisation pour le développement de Corquín), Arcadio et ses enfants ont une bonne expérience des meilleurs types de systèmes d’irrigation à utiliser et de la manière de préparer des engrais biologiques, d’échelonner les cultures agricoles afin de récolter différents produits toute l’année, et de cultiver un jardin pour assurer suffisamment de nourriture pour la famille.

Arrivée de l’ODECO

Il y a six ans, lorsqu’ODECO se rendit dans la municipalité de Belén Gualcho, elle avait pour objectif de garantir assez de nourriture pour les 200 familles habitant cette région. Ce fut une étape décisive. « Avant, la malnutrition était importante, mais grâce aux jardins, aux œufs et aux arbres fruitiers, la situation a changé. Maintenant, notre communauté connaît moins d’urgences médicales et les enfants ne tombent plus malades aussi souvent qu’avant », déclare Paula Vázquez, une habitante de la région.

En même temps, ODECO commença à dispenser des formations techniques, à impliquer les femmes dans la production et à promouvoir l’éducation comme moteur du développement. « Avant l’arrivée d’ODECO, les femmes ne participaient pas à grand-chose, mais maintenant nous avons appris que nous sommes tous égaux », explique José Pérez.

Des changements spectaculaires

En moins de dix ans, la vie à Belén Gualcho a considérablement changé. Eliaquín Pacheco en est un exemple clair : « Avant de nous organiser, la vie était difficile. Nous vivions comme des travailleurs migrants et parcourions de longues distances pour travailler en tant que journaliers. Grâce à l’ODECO, nous avons pris conscience que nous devions rentrer chez nous et retourner à la terre. » Et c'est ce qu’ils firent. Aujourd’hui, Eliaquín fait pousser des légumes sur un terrain de dix hectares et dispose de huit hectares de forêt lui procurant du bois de construction.

Eliaquín est également le président d'APROALCE, une association dont les 110 membres se sont regroupés pour vendre leur production (choux, laitues et carottes) à El Salvador. « Grâce au soutien d'Oxfam, nous avons un accord avec Agrolempa [un importateur salvadorien] pour exporter ces produits. » La première étape est la vente en gros. La deuxième étape, toujours en phase de planification, est d’élargir la gamme de produits et d’acheteurs.

Priorité à l’éducation

L’éducation est devenue un élément essentiel pour le développement de cette municipalité mais la population n’a pas toujours été de cet avis. « Il est facile de voir la différence entre l’avant et l'après. Il y a six ans, quand les enfants arrivaient au niveau de la classe de CE2 (third grade), nous les faisions arrêter l'école pour aller travailler dans les champs », déclare Eleaquín. Le nombre d’enfants dans les écoles des communautés suffisait à peine pour qu’un instituteur leur soit affecté. Aujourd’hui, plus de 60 jeunes sont prêts à poursuivre leur éducation secondaire à l’extérieur de la municipalité.