Lancement de la campagne CULTIVONS au Niger : 25 jours pour une réussite exemplaire

Ouma Kaltoume Issoufou
Ouma Kaltoume Issoufou, responsable de la campagne CULTIVONS au Niger

Le délai était court et l’enjeu grand : lancer la campagne CULTIVONS au Niger en touchant un maximum de personnes

Pour donner à la campagne une image de rassemblement, les partenaires locaux ont été mis au devant de la scène pour l’organisation du lancement. Avec en tête le souci permanent de faire de ce lancement une réussite, les membres et alliés de CULTIVONS au Niger étaient mobilisés, engagés et disponibles à travailler jours et nuits. A titre d’exemple, le Pr Albert Wright, responsable d’une organisation alliée de la campagne affirmait à l’occasion d’une rencontre du comité d’organisation, qu’il avait décidé de ne pas prendre d’autre engagement jusqu’au lancement et qu’il s’engageait à être joignable sur son numéro cellulaire 24 heures sur 24.

Rapidement, des commissions (mobilisation, exposition, communication, logistique) ont été mises en place avec un chronogramme précisant la responsabilité de chaque membre du comité d’organisation et le délai imparti.

Etudiants, autorités et population locale au rendez-vous

« La veille de l’événement, se souvient Ouma Kaltoume Issoufou, responsable de la campagne CULTIVONS au Niger, certains partenaires et collègues de travail étaient encore sur le site jusqu'à 1 heure du matin pour finaliser l’aménagement. »

Le 15 mars 2013, le comité d’organisation s’attendait à accueillir 500 personnes sur le site maraîcher de Goudel, situé à environ 15 kilomètres du centre-ville de Niamey, la capitale du Niger. A la grande surprise de l’équipe organisatrice, à 7h45, le premier groupe de participants était là. Impressionnant ! Comme, les portes d’un bal ouvert, par petits groupes ou en masse, environ 1 000 personnes (étudiants, partenaires, collègues d’Oxfam, PTF, autorités, population locale…) ont répondu à l’appel avant 9 heures et la cérémonie a commencé !

Rien n’est impossible, il suffisait d’oser

Toutes celles et ceux qui avaient contribué à la réussite de ce lancement ne cachaient pas leurs dents ce jour-là en regardant la foule faire des allers-retours entre les stands d’exposition et/ou acheter les pommes récoltées au moment de la cérémonie à vil prix - des visiteurs visiblement convaincus par ce message fédérateur : « Je dois nourrir ma terre, pour que ma terre me nourrisse ».

Nous continuerons à cultiver, pour réformer la politique alimentaire pour que les Nigériens et Nigériennes ne souffrent plus de la faim - de même que les non-Nigériens, à travers la planète !

En savoir plus

Pour plus d'information sur la campagne CULTIVONS : www.oxfam.org/fr/cultivons

Oxfam au Niger