La crise à Gaza en détail

Un certain nombre de facteurs dont la suspension de l’aide internationale à l’Autorité palestinienne, la fermeture des territoires palestiniens occupés par Israël, les tirs de roquettes incessants contre Israël et les luttes de plus en plus acharnées entre les factions palestiniennes ont conduit à une inquiétante détérioration de la situation humanitaire à Gaza et sur la rive occidentale.

De nombreux Palestiniens étant incapables de travailler en raison des fermetures, 57% des Palestiniens vivent aujourd’hui dans la pauvreté. Selon les Nations Unies, ce nombre est plus important à Gaza, avec 79%.

Privés de fonds et de carburant, les services de santé sont sur le point de s’effondrer. La population dépend de plus en plus de l’aide alimentaire et l’impact de la malnutrition chronique et des maladies liées à l’alimentation, surtout chez les enfants, s’intensifie.

Oxfam travaille avec des organisations partenaires en Israël et dans les territoires palestiniens occupés pour subvenir aux besoins élémentaires des populations les plus vulnérables, en particulier les personnes handicapées.

Les partenaires d’Oxfam gèrent des cliniques de soins primaires et des cliniques mobiles, dont le rôle est important pour identifier les problèmes de santé chez les enfants. Nous installons également des réservoirs d’eau et nous nous engageons auprès des écoles maternelles pour distribuer des kits d’hygiène et promouvoir les bonnes pratiques en matière de santé et d’hygiène.

Nous travaillons également avec des familles démunies, en particulier les agriculteurs pour les aider à fournir de la nourriture à leur famille et à obtenir des revenus.

L’un des éléments fondamentaux de notre travail est la pression que nous exerçons sur les gouvernements donateurs pour qu’ils reprennent l’aide internationale à l’Autorité palestinienne, afin de remédier à la situation humanitaire de plus en plus grave. En avril 2006, les donateurs clés comme les États-Unis, l’Union Européenne et le Canada ont suspendu leur aide suite à la victoire du Hamas lors des élections parlementaires.

De même, nous demandons au gouvernement israélien de reprendre le transfert des recettes fiscales et douanières qu'il collecte pour le compte de l'Autorité palestinienne, ainsi que l’approvisionnement en carburant dont l’impact est considérable sur les services de première nécessité comme les hôpitaux et les stations de traitement des eaux.

Oxfam continue de demander l’arrêt de la violence dans les deux camps, car celle-ci empêche l’aide humanitaire de parvenir correctement aux civils.