L’adaptation au changement climatique

Ce dont les pays pauvres ont besoin et qui devrait payer

Publié le : 29 Mai 2007

Le changement climatique oblige les communautés vulnérables des pays pauvres à s’adapter à des conditions de stress climatique sans précédent. Les pays riches, qui sont les principaux responsables du problème, doivent cesser de causer du tort , en réduisant rapidement leurs émissions de gaz à effet de serre, et se mettre à aider , en fournissant des moyens financiers aux pays pauvres pour leur permettre de s’adapter.

Oxfam estime que, dans les pays en développement, les efforts d’adaptation coûteront au moins 50 milliards de dollars par an, et beaucoup plus encore si les émissions mondiales ne sont pas réduites rapidement. Il faut se mettre au travail de toute urgence pour se faire une idée plus précise des coûts que devront supporter les populations pauvres.

Selon l’Indice de financement de l’adaptation créé par Oxfam, les Etats-Unis, l’Union européenne, le Japon, le Canada et l’Australie auraient à financer plus de 95% des besoins. Ces dépenses ne devraient pas être comptabilisées au titre de l’engagement pris dans le cadre des Nations unies de consacrer 0,7% du PNB à l’aide. Chez eux, les pays riches mettent sur pied des mesures d’adaptation qui vont coûter des milliards, mais jusqu’à présent ils n’ont fourni que 48 millions de dollars aux fonds internationaux destinés aux efforts d’adaptation dans les pays les moins avancés et ils ont comptabilisé ces contributions comme de l’aide. C’est une injustice inacceptable en termes de réponses mondiales au changement climatique.