Changements climatiques et femmes agricultrices du Burkina Faso

Impact, politiques et practiques d’adaptation

La position géographique du Burkina Faso le rend particulièrement vulnérable aux changements climatiques. Pays sahélien enclavé au cœur de l’Afrique de l’Ouest, le Burkina souffre de climats extrêmes et variables : inondations et sécheresses peuvent se produire dans la même zone avec seulement quelques mois de différence. L’économie de ce pays, majoritairement rurale, repose en grande partie sur l’agriculture et l’élevage. Or, les changements climatiques, selon différentes prévisions, auront un impact sur la production agricole, la sécurité alimentaire, et donc sur les habitants du secteur rural, notamment les plus vulnérables, tels que les femmes.

L’objectif de ce rapport est :

  1. d’analyser l’impact différencié des changements climatiques sur les femmes du secteur agricole du Burkina Faso, 
  2. d’analyser la prise en compte du genre et des femmes dans les politiques et programmes nationaux d’adaptation et de développement rural et 
  3. d’explorer les pratiques d’adaptation s’adressant aux femmes et leurs résultats en termes de genre comme d’adaptation.

Principales recommandations :

Recommandations pour la prise en considération de la vulnérabilité des femmes dans l’adaptation aux changements climatiques :

Au niveau institutionnel

  • Impliquer les communautés rurales et spécialement les femmes dans la planification et la mise en œuvre d’initiatives d’adaptation aux changements climatiques dans les plans et politiques de développement et d’adaptation.
  • Promouvoir l’accès des femmes aux services de vulgarisation agricole et à la formation sur les techniques d’adaptation de l’agriculture. Améliorer l’accès des femmes aux intrants nécessaires pour un meilleur rendement agricole et aux crédits.

Pour les organisations

  • Travailler à l’identification et l’élimination de facteurs qui limitent la capacité d’adaptation des femmes. Former celles-ci pour qu’elles puissent développer des capacités d’adaptation et impulser des changements stratégiques à moyen/long terme pour inciter une situation de plus grande équité de genre.
  • Promouvoir l’accès des femmes aux techniques d’adaptation : techniques de conservation des eaux et des sols, utilisation des semences améliorées, diversification des cultures, compost et maraîchage.