Comprendre les questions salariales dans l’industrie du thé

Les niveaux salariaux sont une source de préoccupation dans le monde entier alors que les individus, les entreprises et les gouvernements sont aux prises avec la façon dont les salaires se situent par rapport aux coûts de la vie, la compétitivité d’entreprise et nationale, la rentabilité et les tendances et défis macroéconomiques.

Les rapports établis par les organisations de la société civile, dont Oxfam, ont mis en lumière le problème des bas salaires et des heures de travail excessives dans les chaînes d’approvisionnement d’un ensemble de produits de base et manufacturés, dont le thé. Ils soutiennent que les programmes internes de respect des normes et les régimes de certification des produits ne se sont attaqués que de façon limitée aux causes premières des problèmes liés aux chaînes d’approvisionnement, notamment les bas salaires, et nombre d’entre eux ont demandé un salaire minimum vital pour les travailleurs.

Alors que des salaires minimums sont établis dans 90 % des pays, dans de nombreux cas, les salaires versés aux employés sont inférieurs, et lorsqu’ils sont conformes aux normes fixées, ils ne permettent pas toujours aux travailleurs et à leurs familles de satisfaire leurs besoins essentiels. Les dernières flambées des prix de l’alimentation, soulignées dans le cadre de la campagne CULTIVONS d’Oxfam, ont tout particulièrement touché ceux qui dépensent plus de 50 % de leur revenu dans la nourriture.

C’est dans ce contexte qu’Oxfam et Ethical Tea Partnership (ETP), une organisation affiliée d’entreprises productrices de thé qui s’engage à améliorer la vie des travailleurs dans le secteur du thé ainsi que leur environnement, ont lancé un projet en 2010 pour faire mieux comprendre les salaires dans le secteur du thé, et pour l’utiliser comme base afin d’établir un dialogue constructif à l’avenir, avec trois objectifs principaux :

  1. faire mieux comprendre les salaires, en se basant sur des données factuelles des salaires versés par rapport à un ensemble de salaires de référence, en élaborant et essayant notamment un instrument reposant sur une échelle de salaires.
  2. mettre en place un partenariat entre plusieurs parties prenantes dont l’objectif est de s’assurer que les travailleurs du secteur du thé reçoivent un salaire adéquat leur assurant des moyens de subsistance durables.
  3. identifier les obstacles s’opposant à l’augmentation des salaires.

Le document PDF ci-joint est une version temporaire, avant édition, du rapport "Comprendre les questions salariales dans l’industrie du thé" - une version éditée sera disponible sur cette même page sous peu