Critique du plan d’action de la CE pour les pays ACP touchés par la réforme sucre de l’UE

Publié le : 1 Juin 2005

En juillet 2004, la Commission européenne (CE) publiait sa proposition de réforme du régime sucre de l’UE (document COM(2004) 499 final). Elle y admettait que ’ladite proposition obligera certainement à des remaniements de la filière sucrière des pays ACP [Afrique, Caraïbes, Pacifique] et de l’Inde, pays qui, jusqu’à présent, ont joui d’un droit d’accès préférentiel et garanti au marché européen à des prix élevés, pour un volume d’exportation limité en vertu du Protocole Sucre.1 La Commission avait alors promis d’engager un dialogue avec les pays ACP du Protocole Sucre en vue d’établir un Plan d’action de ‘mesures d’accompagnement appropriées’. Ledit plan a été publié en janvier 2005 (SEC(2005) 61). Il stipule qu’étant donné que ’les causes principales des défis auxquels sont confrontés les pays du Protocole Sucre sont à rechercher dans la structure même des relations commerciales internationales’, l’UE vise à améliorer les conditions commerciales internationales et régionales appliquées aux pays ACP par le biais d’un assortiment de mesures commerciales et d’aide au développement.

En savoir plus sur :