Route entre Kashuga-Mweso, Masisi, Nord Kivu. Photo : Therese Wagner/Oxfam
La situation dans l'est de la DRC reste précaire, particulièrement dans les zones reculées avec une faible présence de l'Etat.

Un difficile équilibre

En quête de protection dans l'est de la RDC

Publié le : 27 Janvier 2014
Auteur: 
Hannah Cooper

Alors que 2014 commence tout juste, il y a des motifs d'espoir de paix dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC).

Les initiatives nationales et l'engagement politique aux niveaux régional et international en 2013 ont permis des avancées considérables et ont donné lieu à de nouveaux accords-cadres pour résoudre le conflit et l'insécurité.

Pour autant, les personnes rencontrées par Oxfam dans l'est de la RDC ont indiqué que leur situation restait précaire, en particulier dans les régions reculées dont l'État est relativement absent.

Une implication nationale, régionale et internationale est requise, ainsi que des efforts pour s'assurer que les initiatives et les accords de haut niveau sont systématiquement liés aux expériences des communautés. Sans cela, cette occasion unique pourrait bien rester lettre morte.

Malgré un bilan médiocre, la majorité des communautés considèrent toujours les institutions étatiques comme la solution pour leur sécurité. Mais le chemin est encore long avant de voir les autorités étatiques jouir d'une présence, d'une redevabilité et d'une légitimité suffisantes pour garantir la sécurité des habitants dans l'est de la RDC.

Ce rapport présente des recommandations à l'intention du gouvernement de la RDC, des gouvernements de la région, de l'Union africaine, de la Monusco, des gouvernements d'autres Etats dans le monde, et des coordinateur-trice-s et envoyé-e-s spéciaux des Nations unies, de l'Union africaine, de l'Union européenne et des Etats-Unis dans la région des Grans Lacs.

Sur le même sujet

Conflit en R.D. Congo

2014 pourrait bien être une année clef pour la paix en République démocratique alors qu’une fragile occasion se présente. Mais sans action immédiate pour faire respecter la paix et la sécurité, la population risque d’être plongée dans un nouveau cycle de violences.

Un réfugié ougandais devenu hydraulicien pour Oxfam

Richard, déplacé il y a plusieurs années par l'insurrection de la LRA au nord de l'Ouganda, travaille à présent pour Oxfam à l'installation de réservoirs d'eau souples dans le centre de transit de Bubukwanga.

Action humanitaire d’urgence

Chaque année, plus de 30 millions de personnes abandonnent leur maison suite à un conflit ou à des catastrophes naturelles comme les cyclones et les inondations. Oxfam travaille actuellement sur des situations d’urgence dans plus de 30 pays au monde.

Permalink: http://oxf.am/wAm