Des femmes pataugent dans des inondations avec leurs enfants. District de Midnapore, Bengale occidental. Crédit : Anisa Draboo/Oxfam
La commission Environnement a voté en faveur d’au moins 10 milliards d’euros d’assistance financière annuelle d’ici 2020.

Changement climatique: le Parlement européen reconnaît la nécessité de soutenir les pays en développement

“Il règne une profonde injustice en ce qui concerne les effets du changement climatique.”
Douwe Buzeman
conseiller d’Oxfam sur le changement climatique et les politiques de développement de l’UE
Publié le : 8 Octobre 2008

Oxfam a accueilli favorablement le vote de la commission Environnement du Parlement européen qui a eu lieu aujourd’hui sur la directive ETS, prévoyant l’utilisation de 50 % des revenus générés par la mise aux enchères des autorisations d’émissions, pour que les pays en voie de développement puissent lutter contre le changement climatique grâce à un fonds international.


Le système européen d’échange de quotas d’émissions (ETS, Emissions Trading Scheme) couvre près de la moitié des émissions de l’UE, les secteurs les plus polluants allant de la production d’énergie aux industries lourdes.


Douwe Buzeman, conseiller d’Oxfam sur le changement climatique et les politiques de développement de l’UE à Bruxelles, a déclaré : « Il règne une profonde injustice en ce qui concerne les effets du changement climatique. Les pays riches sont à l’origine du problème avec leurs émissions de gaz à effet de serre depuis de nombreuses décennies, mais les pays pauvres seront les plus durement touchés, en étant confrontés à des sécheresses, des inondations, des famines et des maladies plus importantes ».


De plus, la commission Environnement a voté sur la proposition de « partage des efforts », dans le cadre de l’EU Climate Package (« paquet » de l’UE sur le climat), pour commencer à aider les pays en voie de développement à s’adapter aux conséquences négatives du changement climatique. La commission Environnement a voté en faveur d’au moins 10 milliards d’euros d’assistance financière annuelle d’ici 2020.

Oxfam accueille favorablement le fait que cette somme destinée aux pays en voie de développement viendra en complément des sommes déjà prévues pour le développement, et sera distribuée sous forme de prêts.


Oxfam aurait souhaité que les membres du Parlement européen soient allés plus loin, en s’engageant immédiatement à réduire leurs émissions nationales d’au moins 30 % d’ici 2020, mais l’agence se réjouit de la réduction automatique à 30 % lorsqu’un accord international sur le changement climatique sera convenu.


Le résultat du vote de cette commission n’est qu’un premier pas et constitue le fondement des négociations ultérieures avec le Conseil, en vue d’un accord devant être approuvé officiellement par le Conseil et le Parlement en décembre. Ceci coïncidera avec l’important sommet de la CCNUCC qui se tiendra à Poznan.


Oxfam appelle les États membres européens à suivre le Parlement européen en faisant preuve de leadership concernant l’aide aux pays en développement, pour qu’ils puissent s’adapter au changement climatique.

Notes aux rédactions

  1. L’UE a une responsabilité considérable dans les causes du changement climatique. L’Europe des 27 abrite aujourd’hui 8 % de la population mondiale, mais a généré 27 % de la totalité des émissions de dioxyde de carbone depuis 1850, et aujourd’hui elle produit toujours environ 15 % des émissions de CO2 annuelles. L’Europe des 27 représente également 22 % du PIB mondial, d’où son évidente capacité à fournir de l’aide. 
  2. L’adaptation aujourd’hui inévitable de tous les pays en voie de développement aux effets du changement climatique coûtera entre 34 et 61 milliards d’euros (entre 50 et 90 milliards de dollars) par an, en financement nouveau et supplémentaire.  
  3. Selon l’indice de financement de l’adaptation (Adaptation Financing Index) d’Oxfam (fondé sur la relative responsabilité et capacité des pays développés), la contribution de l’UE au financement de l’adaptation devrait s’élever à plus de 30 % du total nécessaire, et les cinq plus grands pays donateurs devraient être l’Allemagne, le Royaume-Uni, l’Italie, la France et l’Espagne.