These women have left their village in search of food and water. Almost all the children here are either malnourished or severely malnourished. Credit: Nick Danziger/Oxfam
Oxfam appelle les pays riches à redoubler d’efforts pour aider la population et éviter une catastrophe

Avec le ralentissement de l’aide, des millions d’Éthiopiens supplémentaires souffrent de la faim

“Plus de 13,5 millions d’Éthiopiens ont besoin d’aide pour survivre.”
Waleed Rauf
Directeur d'Oxfam en Éthiopie
Publié le : 13 Octobre 2008

Selon les derniers chiffres officiels de l’ONU et du gouvernement éthiopien, le nombre d’Éthiopiens ayant besoin d’aide de toute urgence a grimpé de 40 % en passant de 4,6 millions à 6,4 millions de personnes depuis le mois de juin. En même temps, les rations de céréales fournies aux populations dans le besoin ont été réduites d’un tiers en raison des quantités de nourriture insuffisantes arrivant dans le pays, déclare Oxfam aujourd’hui.


L’agence appelle tous les donateurs à réagir au durcissement de la crise en faisant preuve de générosité car, selon l’ONU, l’aide totale connaît une insuffisance de financement de 260 millions de dollars.


Les nouveaux chiffres sur les populations ayant besoin d’aide de toute urgence risquent d’être une estimation modérée et ne comprennent pas les 7,2 millions d’Éthiopiens vivant dans une pauvreté telle, qu’ils reçoivent chaque année une aide financière ou alimentaire de la part du gouvernement.


« Les chiffres d’aujourd’hui, si terribles soient-ils, ne reflètent qu’une partie de la situation. Plus de 13,5 millions d’Éthiopiens ont besoin d’aide pour survivre. Le nombre de personnes souffrant gravement de la faim et vivant dans la misère a augmenté de manière vertigineuse. Une intervention plus importante peut et doit être mise en place pour sauver des vies et éviter une catastrophe », déclare Waleed Rauf, responsable pays pour Oxfam.


« En comparaison avec les fonds octroyés pour soutenir le système financier mondial, l’aide nécessaire pour sauver des vies en Éthiopie est une goutte d’eau dans l’océan. Les événements des récentes semaines ont clairement démontré qu’une action est possible face à des besoins urgents, lorsqu’une volonté et une ambition politiques adaptées sont au rendez-vous.

Nous avons besoin que les donateurs fassent preuve du même degré d’urgence en matière de lutte contre la faim extrême et les vulnérabilités sous-jacentes dans des pays comme l’Éthiopie », a ajouté Waleed Rauf.


Oxfam est particulièrement préoccupé par la situation des communautés pastorales dans les régions de l’Afar et Somali. Dans les régions du nord, la récente saison des petites pluies a été inégale et de nombreuses personnes continueront de dépendre de l’aide jusqu’aux prochaines pluies attendues en mars l’année prochaine. Vers le sud, si les pluies d’octobre/novembre sont peu abondantes, les populations de ces régions devront tenir jusqu’en juillet prochain.


Le nombre de personnes dans le besoin a doublé dans la région Somali, atteignant près de deux millions depuis le mois de juin. Ces populations doivent également faire face à de graves problèmes en raison de la perte de leur bétail, concernant en moyenne à 60 % des bovins, 50 % des chèvres et 40 % des chameaux.


En juillet, le Programme Alimentaire Mondial (PAM) de l’ONU a dû réduire les rations mensuelles de céréales de 15 kg à 10 kg par personne. Le PAM n’a reçu qu’un tiers des fonds nécessaires et connaît une pénurie immédiate de 229.587 tonnes de nourriture pour les six prochains mois. L’agence de l’ONU craint que cela n’entraîne notamment une hausse de la malnutrition.


« Un certain nombre de pays donateurs ont déjà effectué d’importantes contributions dans le cadre de l’aide humanitaire en Éthiopie depuis le début de l’année. Ceci a contribué à sauver de vies humaines mais étant donné que les besoins augmentent à présent, tous les donateurs doivent fournir des fonds supplémentaires », a déclaré Waleed Rauf.

Notes aux rédactions

  • Le nombre de personnes vulnérables visées par l’aide d’urgence a augmenté, en passant de 2,2 millions en avril, à 4,6 millions en juin, et ce nombre a été revu cette semaine pour atteindre 6,4 millions de personnes. 
  • De plus, 7,2 millions de personnes dans les régions touchées par la sécheresse reçoivent une assistance grâce au Productive Safety Net Programme (filet de sécurité pour garantir un niveau minimal de production agricole) 
  • En mars 2008, l’inflation du prix des denrées alimentaires dans le pays avait atteint 46,9 %. 
  • Cette année, plus de 100.000 enfants souffrant de malnutrition aiguë grave ont été admis dans des centres d’alimentation thérapeutiques. Selon l’ONU, entre 2 et 3 enfants meurent chaque jour de malnutrition, rien que dans le Liben, l’une des zones les plus gravement touchées de la région Somali. 
  • Dans le pays, Oxfam estime actuellement à 500.000 le nombre de personnes soutenues par des programmes alimentaires, d’approvisionnement en eau et d’aide financière. Oxfam aide également les populations à protéger et à reconstituer leur bétail, et à garantir leurs moyens de subsistance. Oxfam a besoin de fonds supplémentaires pour aider un plus grand nombre de personnes. 
  • Des images prises par Nick Danziger, photographe primé qui s’est rendu dans les régions éthiopiennes de l’Afar et Somali, sont disponibles. Communiqué de presse vidéo (VNR) également disponible.