Rokeya Kabir est secrétaire de la campagne My Rights au Bangladesh : une plate-forme nationale qui met la pression sur le gouvernement pour qu’il assure une éducation primaire pour tous les enfants. Crédit: Mahmud Map
Rokeya Kabir parle avec d'autres femmes.

Une femme meurt chaque minute à l’accouchement : il est demandé aux dirigeants du G8 d’honorer leurs promesses et d’agir

“Le G8 doit maintenant rassurer les pays qui n’ont pas les moyens financiers d’organiser leur propre sauvetage, sur le fait que les mères et les enfants ne seront pas abandonnés.”
W8
Publié le : 9 Juin 2009

Cet appel est intervenu alors que Mary Robinson (ancienne présidente de l’Irlande et ancienne Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme), fit part d’un message de soutien aux côtés de Jody Williams et Máiread Maguire, lauréates du prix Nobel de la paix.

Sous le nom « W8 », Sandhya Venkateswaran, Miranda Akhvlediani, Rokeya Kabir, Kadiatou Baby Maiga, Jiraporn Limpananont, Leonor Magtolis Briones, Elba Rivera-Urbina et Dorothy Ngoma représentent des mouvements nationaux pour la santé et l’éducation, respectivement en Inde, en Géorgie, au Bangladesh, au Mali, en Thaïlande, aux Philippines, au Nicaragua et au Malawi.

Elles ont écrit aux dirigeants du G8 en leur demandant d’honorer leurs promesses de soutien et de financement des systèmes de santé des pays pauvres, et de permettre la gratuité des soins médicaux pour les femmes enceintes et les enfants.

Mary Robinson a déclaré : « Je suis très motivée par ce groupe constitué de leaders féminines du monde entier hautement respectées, qui demande aux dirigeants du G8 d’être plus responsables par rapport aux promesses qu’ils ont formulées sur le financement de la santé. Je me joins à elles pour appeler les dirigeants du monde entier qui se réuniront en Italie à engager les ressources nécessaires pour réduire le nombre de décès pouvant être évités. »

Dans une lettre adressée aux ministres des développement, devant se réunir à Rome jeudi [11 juin], en amont du sommet qui aura lieu en Italie le mois prochain, le W8 a déclaré : « Le G8 doit maintenant rassurer les pays qui n’ont pas les moyens financiers d’organiser leur propre sauvetage, sur le fait que les mères et les enfants ne seront pas abandonnés. Dans le cadre de la crise économique actuelle, il n’a jamais été aussi important de faire en sorte que les populations pauvres ne soient pas privées de médecins et que les femmes puissent bénéficier des soins dont elles ont besoin en mettant au monde la génération future. »

Chaque minute, une femme décède, dans la plupart des cas inutilement, suite à des complications pendant leur grossesse ou à l’accouchement. Un financement plus important est nécessaire pour recruter 4 millions de médecins et d’infirmières « faisant défaut » dans les pays pauvres du monde entier.

Jody Williams, prix Nobel de la paix et fondatrice de la Campagne Internationale pour l’Interdiction des Mines Antipersonnel, a déclaré : « Les dirigeants du Groupe des huit pays les plus industrialisés, qui se réuniront en Italie au mois de juillet, feraient bien d’écouter ces femmes extraordinaires. Les pays riches ont remué ciel et terre pour sauver les banques et les entreprises au bord d’un effondrement financier. En même temps, quelque part dans le monde, un enfant meurt toutes les trois secondes d’une maladie qui aurait pu être évitée, et chaque minute une femme meurt pendant sa grossesse ou à l’accouchement. »

Máiread Maguire, prix Nobel de la paix et co-fondatrice de la Communauté des Peace People, a déclaré : « Il est inacceptable que de nos jours, tant de femmes vivant dans les pays pauvres continuent de mourir pendant leur grossesse ou à l'accouchement. Le début de la vie ne devrait pas être synonyme de peine de mort. Ces huit femmes remarquables sont la voix de la conscience. Si les dirigeants du G8 honorent leurs promesses de trouver des fonds pour embaucher des médecins et des infirmières dans les pays pauvres, un nombre infini de vies pourront être sauvées. »

Oxfam soutient le W8 dans le cadre de son appel pour une intervention visant à réduire la mortalité maternelle.
 

Notes aux rédactions