Un agent de police inspecte les débris sur la côte près de l'épicentre d'un séisme qui a généré des vagues et des inondations dans de nombreuses villes, à Pelluhue, Chili, 28 février 2010. Crédit: REUTERS/Victor Ruiz Caballero, www.alertnet.org
Oxfam prévoit aussi d'envoyer du secours

L'équipe d’Oxfam arrive au Chili pour évaluer les dégats et voir comment elle peut intervenir

“Nous sommes là pour voir ce que nous pouvons faire pour réellement faire la différence et aider ces gens qui ont vu leurs vies bouleversées par la catastrophe.”
Charlie Rowley
Chef de l’équipe d’évaluation au Chili
Publié le : 2 Mars 2010

L’équipe humanitaire d’Oxfam est arrivée à Santiago le mardi aux aurores pour lancer les opérations de première urgence menées par Oxfam suite au tremblement de terre dévastateur de samedi dernier.

L’équipe composée de cinq personnes – des ingénieurs et logisticiens spécialistes de l’eau- se dirigent vers Concepción aujourd’hui (mardi) par la route, sachant que le long voyage de 500 kilomètres pourrait durer 12 heures à cause de l’état déplorable des routes.

En plus d’envoyer une équipe dans la zone dévastée par la catastrophe, l’organisation envisage d’envoyer au Chili du matériel de première nécessité à partir de son entrepôt en Bolivie.

Oxfam a un stock de matériel de première urgence - des couvertures, des seaux d’eau et des filtres à eau dans son entrepôt en Bolivie. Oxfam est en train de voir comment envoyer ce matériel au Chili le plus rapidement possible. Á son arrivée, le matériel sera pris en charge par des organisations partenaires pour être distribué selon les besoins.

Une fois sur les lieux de la catastrophe, l’équipe expérimentée va commencer à évaluer l’accès à l’eau propre et potable et aux installations sanitaires de la population affectée.

L’équipe va aussi chercher à savoir si Oxfam doit fournir des abris provisoires.

« Nous sommes les yeux et les oreilles d’Oxfam sur le terrain », dit Charlie Rowley, chef de l’équipe d’évaluation au Chili.

« Il est encore tôt mais nous sommes là pour voir ce que nous pouvons faire pour réellement faire la différence et aider ces gens qui ont vu leurs vies bouleversées par la catastrophe. Nous sommes surtout inquiets pour tous ceux qui vivent dans les zones isolées, rurales, qui ont moins de chances de recevoir une assistance immédiate. »

L’équipe d’Oxfam en Amérique latine s’est entretenue avec les organisations chiliennes pour obtenir les informations les plus précises possible sur l’étendue des dégâts – surtout dans les zones rurales plus difficiles d’accès. Il faudra attendre la fin de l’évaluation initiale pour connaître le rôle exacte qu’Oxfam va jouer dans la phase d’intervention d’urgence.

En savoir plus

Chili: Oxfam envoie une première équipe suite au séisme

Autres urgences humanitaires

Faites un don

Notes aux rédactions

Le tremblement de terre de samedi dernier, d’une magnitude de 8,8 a frappé 5 régions du Chili – régions V à VIII, et la capitale du Chili, Santiago. Le sud du pays semble avoir été  le plus touché dans les régions de Maule et Bíobío. À Maule uniquement, 500 morts ont déjà été recensés et ce chiffre pourrait être revu à la hausse à cause du tsunami qui a suivit, quelques minutes seulement après le tremblement. Les heures et les jours qui ont suivi la catastrophe ont vu des milliers de familles quitter leurs maisons pour aller vivre dans les hauteurs de la septième région.

Plus de 100 secousses secondaires ont été enregistrées depuis le tremblement de terre de samedi.