Les risques : incendies, inondations, épidémies et glissements de terrain

Une enquête montre que les camps d’Haïti ne peuvent résister aux importants dégâts que peuvent causer les ouragans

“Nous réagissons aussi vite que possible face aux résultats de cette enquête, afin de prévenir et d’atténuer les risques dans les camps où nous travaillons.”
Francis Lacasse
Directeur d'Oxfam en Haïti
Publié le : 1 Juin 2010

Des plans doivent être mise en place de toute urgence pour préparer les survivants du tremblement de terre à la saison des ouragans

Port-au-Prince : Des milliers de survivants au tremblement de terre vivant dans des camps sont vulnérables aux glissements de terrain et aux inondations pouvant se produire suite au passage d’ouragans, selon une évaluation des camps effectuée par l’organisation d’aide internationale Oxfam. Avec l’ouverture de la saison des ouragans aujourd’hui, le gouvernement haïtien doit mettre en place de toute urgence une campagne de communication publique visant à informer les gens des risques liés aux ouragans et de ce qu’ils doivent faire face à une situation d’urgence climatique.

Une évaluation de 28 sites où Oxfam travaille a mis en lumière l’existence de graves risques de catastrophes en cas d’ouragan. L’enquête, qui portait sur trois grandes zones de la capitale et une zone située à l’extérieur de Port-au-Prince, a révélé l’existence de risques d’incendies, d’inondations, d’épidémies et de glissements de terrain. L’extrême surpeuplement, le mauvais système de drainage des eaux et la faiblesse structurelle des terrains sur lesquels les camps ont été construits, sont parmi les principaux problèmes soulignés par l’enquête.

« Nous réagissons aussi vite que possible face aux résultats de cette enquête, afin de prévenir et d’atténuer les risques dans les camps où nous travaillons. Mais les gens doivent être informés de la manière dont ils doivent se préparer et réagir face à une tempête de cette nature. Par le passé, le gouvernement d’Haïti avait déjà mis en place des campagnes d’information publiques sur la préparation aux ouragans. Il doit à nouveau le faire cette année, en tenant compte du fait que cette année, il sera encore plus difficile pour les Haïtiens de subir ces ouragans. » a dit Francis Lacasse, le directeur pays d’Oxfam en Haïti.

Oxfam travaille avec le ministère de la protection civile du gouvernement et avec des commissions communautaires afin de coordonner les efforts d’intervention et de préparation en cas de catastrophe. Les mesures de préparation actuellement étudiées visent à améliorer le drainage des eaux et à aider les communautés à placer des sacs de sable autour de leurs abris pour éviter l’inondation. Oxfam renforce également les abris d’urgence et achemine actuellement un stock de contingence en direction d’Haïti.

Les estimations actuelles recensent plus de 1 000 sites d’installations de fortune dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince et plus de 1,5 million de personnes déplacées. Pendant la saison des ouragans de 2008, quatre ouragans successifs se sont abattus sur l’île, avec un bilan de 800 000 personnes affectées et 1 milliard de dollars US de dégâts. Oxfam est intervenue à l’occasion de ces catastrophes en fournissant une aide humanitaire immédiate et travaillait toujours dans le but d’atténuer les risques lorsque le tremblement de terre a frappé le 12 janvier dernier.

En savoir plus

Lisez l'article: Haïti: Oxfam encourage la production agricole

Visionnez  la vidéo: Reconstruire Haïti: priorité à l'emploi, à l'éducation puis aux habitations

Téléchargez le rapport: Haïti : Une occasion unique pour un nouveau départ

Explorez La carte de nos actions sur le terrain

En détail: Que fait Oxfam sur le terrain ?