Droits des productrices de cacao : la campagne d’Oxfam porte ses fruits

“Nous applaudissons ces premiers engagements de la part de Mars et de Nestlé, mais seules des actions concrètes permettront un changement réel et durable.”
Alison Woodhead
Responsable de la campagne La face cachée des marques
Publié le : 26 Mars 2013

Mars et Nestlé s’engagent à prendre des mesures contre les inégalités auxquelles sont confrontées les productrices de cacao

Plus de 60 000 personnes se sont mobilisées et ont signé des pétitions afin d’inciter les fabricants de chocolat à défendre les intérêts des cacaocultrices. Résultat : Mars et Nestlé se sont aujourd’hui engagées à lutter contre les inégalités, la faim et la pauvreté dont souffrent les femmes dans leurs chaînes d’approvisionnement en cacao. Quant à Mondelez International, qui représente 15 % du marché mondial du chocolat, la société n’a pas encore cédé à la pression des consommateurs.

« Les cacaocultrices et les consommateurs du monde entier se sont fait entendre, se félicite Alison Woodhead, responsable de la campagne La face cachée des marques d’Oxfam. Les sociétés Mars et Nestlé ont pris d’importantes mesures pour montrer aux productrices et producteurs de leurs matières premières, à leur clientèle et au reste du secteur agroalimentaire qu’elles se soucient des conditions des femmes dans leurs chaînes d’approvisionnement, notamment de la faiblesse de leur rémunération et des problèmes de discrimination et d’inégalité des chances.

« Les femmes sont depuis trop longtemps les laissées-pour-compte des chaînes d’approvisionnement du secteur agroalimentaire. La discrimination fondée sur le genre est l’une des principales causes de la faim, de la pauvreté et des inégalités dans le monde. Les consommateurs affirment haut et fort qu’ils se soucient de l’incidence des entreprises sur les personnes les plus vulnérables et, aujourd’hui, Mars et Nestlé se montrent à leur écoute. »

Oxfam se réjouit que Mars et Nestlé se soient engagées à :

  1. Analyser leur impact afin d’évaluer et de mettre en lumière les conditions des femmes dans leurs chaînes d’approvisionnement du cacao. Les deux sociétés commenceront par réaliser d’ici un an une étude d’impact en Côte-d’Ivoire, le premier producteur mondial de cacao, mais se sont aussi engagées à mener des évaluations dans le reste de leur chaîne d’approvisionnement au cours des années suivantes. Ces études d’impact seront réalisées par des organisations tierces.
  2. Mettre en place, d’ici un an, un plan d’action précis visant à traiter les problèmes soulevés par les évaluations et à améliorer les mauvaises conditions de travail. Selon Oxfam, ces plans d’action devraient en principe permettre aux cacaocultrices et aux ouvrières de la filière de s’assurer un moyen de subsistance durable et aux entreprises d’adopter des politiques et pratiques qui encouragent l’autonomisation des femmes d’un bout à l’autre de la chaîne d’approvisionnement du cacao.
  3. Souscrire aux principes d’autonomisation des femmes définis par l’ONU. Ces principes montrent l’engagement des entreprises, au niveau de la direction générale, en faveur de l’autonomisation des femmes dans l’ensemble de leurs opérations et, notamment, leur volonté de mesurer l’équité entre les femmes et les hommes et d’en rendre compte publiquement.
  4. Œuvrer avec d’autres acteurs puissants de l’industrie du cacao à l’élaboration de programmes de lutte contre les inégalités entre les femmes et les hommes dans le secteur. Mars et Nestlé collaboreront avec des organisations sectorielles telles que la World Cocoa Foundation.

Les détails précis des engagements pris par les deux sociétés sont disponibles sur leurs sites respectifs : Mars / Nestlé

« Nous applaudissons ces premiers engagements de la part de Mars et de Nestlé, déclare Alison Woodhead. Mais seules des actions concrètes permettront un changement réel et durable. Nous continuerons à demander des comptes à ces deux sociétés et à exiger qu’elles honorent leurs promesses.

« Nous invitons à présent Mondelez à réduire l’incidence de ses activités sur la faim et la pauvreté dans le monde. Les femmes travaillant dans la chaîne d’approvisionnement de Mondelez continuent de gagner moins que les hommes, d’être confrontées à la discrimination et à des conditions injustes. Les dirigeants de l’entreprise doivent se demander s’ils en font vraiment assez. Sont-ils prêts à continuer d’agir comme si de rien n’était ? Les consommateurs et investisseurs accentueront la pression si Mondelez reste sans réagir et laisse ses concurrents prendre la tête. »

Notes aux rédactions

  1. La pétition d’Oxfam visant Mars, Mondelez et Nestlé se trouve sur le site de la campagne la Face cachée des marques.
  2. Rapport de l’enquête menée par Oxfam sur les inégalités dont souffrent les femmes dans les chaînes d’approvisionnement du cacao.
  3. Classement des sociétés du secteur agroalimentaire, réalisé par Oxfam dans le cadre de sa campagne La face cachée des marques 

Contacts

Pour de plus amples informations, merci de bien vouloir contacter :

Ben Grossman-Cohen : bgrossman-cohen@oxfamamerica.org / +1 202 629 6018

Permalink: http://oxf.am/3vc