Des réfugiés de Syrie collectent de l'eau, camp de Zaatari, Jordanie
Les infrastructures des camps atteignent leurs limites.

Face aux besoins croissants de la population syrienne, Oxfam appelle à un meilleur accès humanitaire en Syrie

“Répondre à cette crise est maintenant notre priorité numéro un.”
Mark Goldring
Directeur général d'Oxfam Grande-Bretagne
Publié le : 30 Avril 2013

Le nombre de réfugiés dans les pays voisins augmente de manière considérable.

Dans une note publiée aujourd’hui, l’ONG Oxfam alerte sur la constante augmentation des souffrances de la population syrienne dont la situation humanitaire empire de jour en jour. Pour l’ONG, la communauté internationale risque d’abandonner le peuple syrien.

Avec près de 7 millions de personnes nécessitant une aide humanitaires en Syrie, l’ONG appelle le Conseil de sécurité de l’ONU à contribuer à améliorer l’accès humanitaire en exhortant le gouvernement syrien et les groupes d’opposition à s’assurer que l’aide parvienne à ceux qui en ont le plus besoin. Cela inclurait d’autoriser les secours à franchir les lignes de contrôle et les frontières des pays transfrontaliers, comme la Jordanie, le Liban et la Turquie.

Le directeur général d’Oxfam Grande-Bretagne, Mark Goldring, qui visite actuellement les projets d’Oxfam en faveur des réfugiés à la frontière de la Syrie et de la Jordanie, a déclaré : « Le monde abandonne le peuple syrien au moment où il a le plus besoin de notre aide. Répondre à cette crise est maintenant notre priorité numéro un. »

« Nous entendons chaque jour que la situation en Syrie est désespérée pour de nombreuses personnes, mais apporter une réponse humanitaire appropriée est extrêmement difficile - et profondément frustrante. Les restrictions d’accès signifient que beaucoup trop de personnes ne reçoivent pas l’aide à laquelle elles ont droit. »

Vives inquiétudes sur l'eau et la santé

Oxfam met à profit ses dizaines d’années d’expérience humanitaire dans des contextes parmi les plus difficiles au monde pour développer sa réponse d’urgence à la crise en Syrie. L’inquiétude quant à à l’impact des deux ans de conflit sur l’eau et les installations sanitaires est de plus en plus importante, en particulier à cause des répercussions sur la santé et des risques de maladie.

De plus, l’organisation humanitaire demande que les besoins d'1,3 million de réfugiés syriens vivant actuellement dans les pays voisins soient entièrement pris en compte.

Dans la note parue aujourd’hui, intitulée « Dépassés par les besoins », Oxfam affirme que trois mois après la promesse des 1,5 milliard de dollars en réponse à l’appel de l’ONU, seule un peu plus de la moitié de la somme a effectivement été reçue, provenant en grande partie des pays du Golfe. Le nombre de réfugiés a doublé au cours des trois premiers mois de l’année et Oxfam avertit qu’au vu de l’aggravation de la catastrophe humanitaire, des fonds similaires, voire plus élevés, seront nécessaires pour les réponses à venir.

Les fonds sont particulièrement insuffisants pour quelques organisations, notamment Oxfam, qui travaillent avec des réfugiés syriens dans les pays voisins.

« L’effort humanitaire aux frontières a mis du temps à démarrer et il doit maintenant être considérablement étendu. Une augmentation massive de l’assistance humanitaire est nécessaire mais nous craignons qu’au lieu d’être renforcée, il est plus probable que l’inverse se produise, et que les niveaux d’aide déclinent bientôt », ajoute Mark Goldring.

Les pays hôtes sous pression

Dans le camp de réfugiés de Za’atari en Jordanie, le nombre d’arrivées augmente alors que les installations sont déjà exploitées au maximum. Oxfam a installé des toilettes, des douches et des zones pour faire la lessive pour aider les 20 610 personnes du camp mais l’organisation espère faire plus.

L’incapacité à répondre à l’ensemble de l’urgence humanitaire laisse craindre de sérieuses conséquences sur la stabilité de la région. Les pays ayant généreusement fourni de l’aide aux réfugiés syriens, comme la Jordanie et le Liban, ressentent déjà les tensions économiques et sociales de l’accueil d’un si grand nombre et ont besoin d’une assistance internationale de grande ampleur.

Le Liban, par exemple, a accueilli un nombre de réfugiés équivalant proportionnellement à sa population à 50 millions de Syriens qui arriveraient dans l’Union européenne ou 30 millions aux Etats-Unis. Des émeutes ont déjà eu lieu en raison des mauvaises conditions de vie et des pénuries de l’aide apportée dans les camps de réfugiés en Jordanie et Turquie. En Jordanie, Oxfam étudie actuellement la meilleure manière d’aider les réfugiés vulnérables vivant à l’extérieur des camps et dans les communautés d’accueil au cours des prochains mois.

« Les réfugiés qui arrivent en Jordanie et au Liban sont traumatisés et craignent pour leur avenir. La réponse humanitaire doit suivre l’augmentation des besoins des Syriens et des réfugiés », a déclaré Mark Goldring.

« A moins qu’elles n’obtiennent plus d’aide, l’avenir est très sombre pour les populations affectées par cette crise ».

Contacts

  1. Pour de plus amples informations :
    • En Jordanie (+3 GMT) : Caroline Gluck, +962 790 625217
    • En Jordanie : Louis Belanger, +962 795 470762 ou +1 (917) 224 0834
    • En Grande-Bretagne : Ian Bray, +44 7721 461339
  2. Pour convenir d'un entretien avec le directeur général d'Oxfam Grande-Bretagne Mark Goldring, en Jordanie, merci de bien vouloir contacter Caroline Gluck au +962 790 625217

En savoir plus

Soutenir l'action d'Oxfam face à la crise en Syrie : faire un don

Photos : Soutien aux réfugiés syriens

Blog : Pourquoi la crise syrienne est devenue la toute première priorité d'Oxfam

Permalink: http://oxf.am/UTT