Vincent Malasador, d'Oxfam, réconforte une personne. Photo: Jane Beesley/Oxfam

Suite au typhon Haiyan, une semaine d’obstacles, un mois de distribution et des années de soutien

“Cela a été extrêmement difficile d’acheminer l’aide, mais la réaction de la population des Philippines et de la communauté internationale a été incroyable.”
Justin Morgan
Directeur pays d’Oxfam aux Philippines
Publié le : 6 Décembre 2013

Depuis un mois, l’aide permet à des millions de personnes aux Philippines de survivre, mais des lacunes demeurent

Malgré la destruction semée par le typhon Haiyan aux Philippines et les obstacles logistiques énormes qui s’en sont suivis, la rapidité d’action, appuyée par un bel élan de générosité international et par la solidarité de la population locale, a permis à des millions de personnes de survivre et a évité l’apparition de tout foyer important de maladie, déclare aujourd’hui Oxfam.

Un mois après le passage du typhon le plus violent jamais enregistré, l’organisation internationale affirme que les autorités philippines ont activement pris en main la direction et la coordination d’une aide gigantesque et complexe. Ces opérations, alliées à de vastes mesures d’évacuation avant la tempête, ont permis de sauver des vies et ont empêché que la situation ne dégénère en urgence sanitaire malgré la destruction des hôpitaux, des cliniques et des réseaux de distribution d’eau.

Une formidable mobilisation

Des bailleurs de fonds et des citoyens et citoyennes du monde entier ont apporté un soutien généreux : près de 400 millions de dollars étaient promis dès les premières semaines et des moyens militaires ont été mobilisés afin de surmonter les conditions logistiques extrêmement difficiles. La destruction des aéroports, ports, routes et ponts, les montagnes de décombres et une interruption des communications, qui a plongé une grande partie de la zone sinistrée dans un trou noir informationnel, furent autant d’obstacles.

Après le chaos initial quand Haiyan s’est abattu sur le pays, les organisations locales, nationales et internationales, ainsi que l’ONU, ont collaboré efficacement avec le gouvernement afin d’améliorer la coordination et d’accroître l’aide. Oxfam, a à ce jour, porté assistance à un quart de million de personnes, notamment en aidant à rétablir l’alimentation en eau de la ville de Tacloban.

« Cela a été extrêmement difficile d’acheminer l’aide, mais la réaction de la population des Philippines et de la communauté internationale a été incroyable », explique Justin Morgan, directeur pays d’Oxfam aux Philippines.

« Il s’agit à présent de soutenir les communautés rurales qui n’ont encore pas reçu d’aide satisfaisante et de faire en sorte que les communautés aient les moyens de reconstruire rapidement leurs habitations, remettre en service les infrastructures et restaurer leurs moyens de subsistance, et ce de manière à renforcer leur capacité à rebondir face à de futures crises. »

Des lacunes encore importantes

Une évaluation publiée aujourd’hui par Oxfam avertit que d’importantes lacunes demeurent. Des millions de personnes, notamment dans les régions rurales et difficiles d’accès, n’ont encore reçu que peu d’aide publique. Beaucoup ont dû compter sur les associations caritatives locales, les églises et leurs concitoyens présents sur place ou résidant à l’étranger. Selon Oxfam, il faut amplifier les opérations plus rapidement afin d’apporter une aide suffisante à toutes les personnes qui en ont besoin.

En outre, un soutien considérable à long terme sera nécessaire pour éviter que les zones sinistrées, dont beaucoup comptaient déjà parmi les plus pauvres des Philippines, ne s’enfoncent davantage encore dans la pauvreté, ce qui aurait pour effet d’aggraver la vulnérabilité des communautés face au prochain typhon, dans un pays à risque.

Les besoins sont immenses. Près de trois millions de personnes sont actuellement tributaires d’une aide alimentaire. Quatre millions n’ont plus de maison et ont besoin d’un abri. D’après une évaluation réalisée par Oxfam dans la région de Leyte, des communautés n’avaient d’autres vivres que l’aide alimentaire reçue et moins de 10 % disposaient d’un abri d’urgence adéquat. Des risques pèsent en outre sur la sécurité de groupes vulnérables, tels que les femmes et les enfants. Le besoin d’accélérer et d’accroître l’aide est incontestable.

Davantage de phénomènes climatiques extrêmes

Les organisations locales craignent que les typhons tels que Haiyan ne se multiplient à l’avenir sous l’effet du changement climatique.

Voltaire Alferez, le coordinateur national d’Aksyon Klima Pilipinas, un partenaire d’Oxfam aux Philippines, témoigne : « Le typhon Haiyan est un aperçu de la tournure que prendront les choses. Le changement climatique va augmenter l’intensité des typhons dans la région et l’élévation prévue du niveau de la mer aggravera les effets d’une tempête meurtrière. Les Philippines auront besoin d’une aide prolongée et de programmes durables pour se préparer à faire face à de nouveaux typhons comme celui-ci. En dernière analyse, il faut aussi des mesures pour réduire la menace du changement climatique. »

Prévention et réduction des risques

Frappées par une vingtaine de typhons chaque année, les Philippines se préparent relativement bien et parviennent à réduire le risque de catastrophe. L’évacuation de 800 000 personnes avant le typhon a sans nul doute permis de sauver de nombreuses vies humaines. Le pays doit néanmoins redoubler d’efforts pour veiller à ce que les pouvoirs publics et les organisations aux premières lignes de toute intervention d’urgence en cas de catastrophe soient mieux armés pour faire face aux chocs à l’avenir. La pauvreté et les inégalités, sources de vulnérabilité, expliquent que les communautés philippines aient été si gravement touchées. Le pays allant de l’avant, la lutte contre ces causes premières devra figurer au rang de ses priorités.

Les tempêtes exceptionnellement violentes telles que Haiyan montrent que les phénomènes météorologiques extrêmes sèmeront inévitablement la destruction. La nécessité d’accords internationaux visant à réduire les émissions de CO2 qui contribuent au réchauffement climatique est bien plus qu’urgente.

Notes aux rédactions

  • Une note d'information sur le premier mois d'intervention au lendemain du typhon Haiyan est disponible en anglais (la version française sera publiée ultérieurement) : Typhoon Haiyan: The response so far and vital lessons for recovery
  • Des images filmées à Tacloban et des interviews réalisées en direct par BGAN sont disponibles sur demande.
  • Un mois après qu’un super typhon a dévasté le centre des Philippines, Oxfam a porté assistance à près de 250 000 personnes sinistrées, dans le cadre de son intervention humanitaire d’urgence.
    Nous avons jusqu’à présent apporté de l’aide à 155 000 personnes à Leyte, à 80 000 personnes dans le nord de Cebu et sur l’île de Bantayan, ainsi qu’à 11 200 personnes à Samar.
    Dans la ville de Tacloban, en collaboration avec les pouvoirs publics locaux, l’Unicef et une organisation locale appelée A Single Drop for Safe Water, Oxfam a aidé à rétablir l’alimentation en eau pour 80 % de ses habitants une semaine après le passage du typhon.
  • Aksyon Klima Pilipinas (AKP) est un réseau national de 40 organisations et mouvements de la société civile actifs sur différents enjeux liés au changement climatique. Le réseau mène campagne en faveur de l’adaptation au changement climatique, de l’atténuation de ses effets, du financement de la lutte contre le changement climatique et des transferts de technologies. Les organisations membres travaillent avec les administrations locales pour s’assurer que leurs plans et leurs programmes tiennent pleinement compte du changement climatique.

Contacts

Pour de plus amples informations, merci de bien vouloir contacter :

A Tacloban :

A Cebu :

  • Camilla Jelbart Mosse, Responsable Campagne humanitaire : +639289047568 / cjelbartmosse@oxfam.org.uk
  • Pauline Ballaman, Responsable Réponse humanitaire (francophone) : +63 (0) 9289047538 / pballaman@oxfam.org.uk 

Sur le même sujet

Nous avons pu venir en aide à 550 000 personnes aux Philippines
Typhon Haiyan aux Philippines

Le 8 novembre 2013, le typhon Haiyan s’abattait sur les Philippines, touchant près de 14 millions de personnes. Trois mois plus tard, malgré des efforts considérables, les besoins humanitaires dans les zones sinistrées demeurent colossaux.

Raynaldo Basibas, 55 ans. Photo : Anne Wright/Oxfam
Typhon aux Philippines : un pas vers la reconstruction à Tanauan

Après le passage destructeur du typhon Haiyan sur l’île de Leyte, les habitants de Barangay Magay, à Tanauan, ont été submergés par une vague qui a tout emporté sur son passage. Des survivants racontent comment ils se remettent petit à petit de cette catastrophe.

Permalink: http://oxf.am/wqS