La face cachée des marques

PepsiCo déclare la « tolérance zéro » des accaparements de terres dans sa chaîne d’approvisionnement

“Aucune entreprise n’est trop grande pour se permettre de ne pas écouter ses client-e-s.”
Winnie Byanyima
Directrice générale d’Oxfam International
Publié le : 18 Mars 2014

Oxfam se réjouit des engagements pris par l’entreprise suite à la formidable pression du public

PepsiCo, la deuxième entreprise mondiale du secteur agroalimentaire, s’engage aujourd’hui à prendre des mesures pour prévenir les accaparements de terres dans sa chaîne d’approvisionnement. Cet engagement intervient après que plus de 272 000 personnes ont signé une pétition et se sont mobilisées dans le cadre de la campagne d’Oxfam visant à inciter les entreprises du secteur agroalimentaire à respecter les droits fonciers des communautés locales.

PepsiCo annonce également qu’elle procédera à de grandes évaluations socio-environnementales dans l’ensemble de sa chaîne d’approvisionnement, d’abord au Brésil – le premier pays dans lequel l’entreprise se fournit en sucre – d’ici la fin 2014, puis au Mexique, en Thaïlande et aux Philippines. Pour la première fois, l’entreprise dévoile en outre les pays d’origine et les noms de ses principaux fournisseurs d’huile de palme, de soja et de canne à sucre, trois matières premières agricoles au cœur de la ruée mondiale sur les terres.

Cette annonce fait suite aux engagements similaires pris par The Coca-Cola Company en 2013. Associated British Foods (ABF), l’autre cible de la campagne d’Oxfam, a dernièrement instauré de nouvelles politiques qui adoptent le principe du consentement libre, préalable et éclairé, lequel permet de garantir la consultation des communautés locales et l’obligation que celles-ci donnent leur consentement avant que les terres qu’elles occupent ou exploitent puissent être vendues. Oxfam poursuit le dialogue avec la société Illovo, détenue par ABF, le premier producteur de sucre en Afrique, en vue de la bonne mise en application de cette nouvelle politique.

« Le pouvoir des consommateurs vient de gagner encore en puissance, se réjouit Winnie Byanyima, directrice générale d’Oxfam International. La deuxième entreprise mondiale du secteur agroalimentaire s’est engagée à peser de tout son poids dans la prévention des accaparements de terres, dans le cadre de sa chaîne d’approvisionnement. Les fournisseurs tenant à ce que leurs ingrédients puissent entrer dans la fabrication des produits Lay’s, Doritos et Gatorade, entre autres, devront désormais garantir qu’ils acquièrent leurs terres de manière responsable.

« Cela n’aurait pas été possible sans les centaines de milliers de personnes qui ont pris position et ont exigé que ces entreprises respectent les droits de toutes les personnes intervenant dans leurs chaînes d’approvisionnement. Aucune entreprise n’est trop grande pour se permettre de ne pas écouter ses client-e-s. Ensemble, nous pouvons transformer le secteur agroalimentaire, si les consommateurs l’exigent. »

Oxfam salue l’engagement pris par PepsiCo de mettre en œuvre une politique de « tolérance zéro » des accaparements de terres, et notamment de :

1.- respecter le principe de consentement libre, préalable et éclairé dans l’ensemble de ses activités et exiger de ses fournisseurs qu’ils en fassent autant ;

2.- immédiatement rendre public les noms de ses trois principaux fournisseurs de sucre de canne, d’huile de palme et de soja, ainsi que les pays d’origine ;

3.- réaliser et publier des études d’impact social, environnemental et sur les droits humains, notamment dans le cadre de conflits fonciers, dans quatre grands pays d’approvisionnement en Amérique latine et en Asie ;

4.- intervenir auprès des gouvernements et des organismes internationaux afin de favoriser le développement de pratiques foncières responsables ;

5.- collaborer avec ses fournisseurs dans le cadre des affaires mentionnées dans le rapport d’Oxfam intitulé « La fièvre du sucre » en vue de parvenir à un règlement qui réponde aux doléances des communautés locales.

En tant que deuxième entreprise mondiale du secteur agroalimentaire, PepsiCo possède un pouvoir d’influence considérable sur ses fournisseurs et sur le secteur. Ces mesures amélioreront la transparence et la responsabilité dans la chaîne d’approvisionnement de PepsiCo et contribueront au renforcement des normes du secteur. Grâce à ces engagements, PepsiCo pourra mettre en œuvre des mesures plus efficaces pour prévenir les conflits fonciers qui chassent des agricultrices et agriculteurs de leurs terres. Le détail de ces engagements peut être consulté en anglais à l’adresse suivante : http://www.pepsico.com/Purpose/Performance-with-Purpose/Policies

The Coca-Cola Company, PepsiCo et Associated British Foods ont fait l’objet d’une pression considérable de la part du public qui tient à ce que ces entreprises agissent en faveur d’un plus grand respect des droits fonciers. En novembre dernier, Oxfam et ses partenaires ont déposé une résolution d’actionnaires, afin d’accroître la pression exercée par les actionnaires pour que PepsiCo lutte contre les accaparements de terres.

« Nous nous félicitons de ce pas important que vient de faire PepsiCo en déclarant la "tolérance zéro" vis-à-vis des accaparements de terres, déclare Winnie Byanyima. Compte tenu de la complexité de la chaîne d’approvisionnement de PepsiCo, l’entreprise a du mérite d’avoir pris des engagements aussi ambitieux. Nous assurerons un suivi des mesures que prendra l’entreprise pour honorer ces promesses. En particulier, nous resterons mobilisés, avec nos partenaires locaux, pour un règlement en faveur des communautés brésiliennes et cambodgiennes qui continuent de lutter pour recouvrer leurs droits sur leurs terres. D’autres entreprises doivent emboîter le pas à PepsiCo et à Coca-Cola pour porter le changement et transformer le traitement des droits fonciers dans le secteur agroalimentaire. »

Notes aux rédactions

  1. Consultez le détail des engagements de PepsiCo à l’adresse suivante (en anglais uniquement) : http://www.pepsico.com/Purpose/Performance-with-Purpose/Policies
  2. Le rapport de l’enquête menée par Oxfam sur les accaparements de terres dans les chaînes d’approvisionnement du sucre peut être consulté à l’adresse : www.oxfam.org/fr/cultivons/policy/fievre-sucre
  3. Le classement des entreprises du secteur agroalimentaire, réalisé par Oxfam dans le cadre de sa campagne La face cachée des marques, figure à l’adresse : www.behindthebrands.org/fr/fiche-d'évaluation

Contacts

Pour de plus amples informations ou des interviews, merci de bien vouloir contacter :

Ben Grossman-Cohen, chargé de communication, Oxfam (Washington) : bureau +1 (202) 777 2907 | Mobile + 1 (202) 629 6018 | bgrossman-cohen@oxfamamerica.org

En savoir plus

La face cachée des marques
La face cachée des marques

Changez la manière dont les grandes entreprises se comportent en leur faisant savoir que vous tenez à ce qu'elles se préoccupent du sort des petits producteurs, des droits des femmes et de l'avenir de la planète.

Tracteurs devant plantation de cannes à sucre au Brésil. Photo : Tatiana Cardeal
La fièvre du sucre

Ce document présente la manière dont une culture – le sucre – a impulsé des acquisitions de terres à grande échelle et des conflits fonciers aux dépens des petits producteurs alimentaires e

Extrait de l'animation vidéo d'Oxfam sur l'accaparement des terres
Questions et réponses sur les accaparements de terres

Des populations de pays pauvres se retrouvent privées de logement et de nourriture à la suite de grandes transactions foncières. Nous répondons à vos questions sur l'injustice des accaparements de terres et les solutions pour y remédier.

Permalink: http://oxf.am/iSi