Communiqué officiel du G20 : réaction d’Oxfam au financement du développement

Publié le : 16 Novembre 2010

Sur les financements innovants pour le développement et les taxes internationales
 
Pour Luc Lamprière, d’Oxfam International : « Le mandat donné à la France, qui prend la présidence du G20, pour faire avancer les mécanismes de financements innovants en faveur du développement et de la lutte contre le changement climatique laisse la porte ouverte à des résultats ».
 
« Le G20 doit s’inspirer des recommandations du Groupe consultatif de haut niveau sur le financement de la lutte contre le changement climatique qui soutient la création de taxes sur les transactions financières et d’autres solutions possibles en la matière ».

Sur le soutien du G20 à une région de libre-échange africaine
 
Pour Jeremy Hobbs, Directeur Exécutif d’Oxfam International : « Le soutien du G20 à une région de libre-échange africaine ne peut se subsister à un réel progrès en matière d’accès des pays pauvres aux marchés des pays riches sans droits de douanes et sans quotas ». 
 
Sur une réforme du FMI

Pour Jasmine Burnley d’Oxfam International : « La réforme tant annoncée du transfert des quotas au sein du FMI revient en fait à déshabiller Pierre pour habiller Paul ».

« En réalité, le quota des pays en voie de développement ne va augmenter que de 2,8%. Le Pakistan, la Bolivie et le Nigéria payent le prix de l’augmentation de la représentation de la Chine et du Brésil ». 
 
Sur le changement climatique
 
Pour Jeremy Hobbs, Directeur Exécutif d’Oxfam International : « A moins d'un mois du Sommet de Cancun, le G20 a laissé passer l’opportunité d’effectuer de réels progrès vers l’aboutissement d’un accord mondial de lutte contre le changement climatique ».

Contacts

Contact : Jon Slater +82 (0)10 5784 0072