Déclaration d’Oxfam à la suite de la résolution 1973 du 17 mars du Conseil de sécurité des Nations Unies sur la Libye

Publié le : 18 Mars 2011

"Oxfam estime que la protection des populations civiles est de la plus haute importance et accueille favorablement les préoccupations exprimées clairement par le Conseil de sécurité des Nations unies sur la sécurité et le bien-être des civils en Libye, qui courent encore le risque d’être pris pour cible par des forces militaires. Compte tenu de l’instabilité qui règne actuellement, nous demeurons très inquiets quant à l’exposition de civils à des violences dans les jours qui suivent et appelons expressément à ce qu’aucune action militaire ne mette en danger la vie de populations civiles. 

La décision du Conseil de sécurité des Nations unies doit être utilisée comme un moyen d’accélérer la résolution politique de cette crise. A cette fin, nous encourageons toutes les parties prenantes au niveau international, notamment le Conseil de sécurité, les membres de la Ligue des Etats arabes et de l’Union africaine (UA), à intensifier leurs efforts diplomatiques pour trouver une issue politique qui garantisse pleinement les droits politiques et économiques du peuple libyen.

Si une intervention militaire est menée par la communauté internationale sur la base de la résolution du Conseil de sécurité, il est essentiel que celle-ci soit conçue et mise en œuvre de manière à maximiser la protection des civils. De telles opérations sont complexes et imprévisibles et doivent être menées avec la plus grande prudence. Nous appelons par conséquent la communauté internationale à s’assurer qu’il y aura bien un contrôle de l’action de toutes les parties aux conflits en Libye et des rapports réguliers au Conseil de sécurité.

Nous sommes par ailleurs très préoccupés par le fait que les Nations unies et d’autres agences n’ont pas été à même de répondre aux besoins humanitaires à l’ouest de la Libye et nous exhortons la communauté internationale, et plus particulièrement l’Union africaine dans le cadre de sa mission à venir en Libye, à faire pression pour qu’un accès humanitaire soit possible.

Compte tenu de l’afflux potentiel de réfugiés, il est également nécessaire d’accroître la préparation en vue d’une intervention humanitaire sur les frontières tunisienne et, plus particulièrement, égyptienne."

Contacts

Ian Bray : +44 (0)1865 472289 / +44 (0)7721 461339 / ibray@oxfam.org.uk

Louis Belanger : +1 212 687 2678 / +1 917 224 0834 / louis.belanger@oxfaminternational.org / twitter @louis_press

Permalink: http://oxf.am/Zb5