Foto: F. Muath/Oxfam

Oxfam avertit le Conseil de sécurité des Nations unies que "le temps est compté" pour la Syrie

Publié le : 28 Mars 2014

Ce vendredi 28 mars, Valerie Amos, secrétaire générale adjointe et coordonnatrice des secours d’urgence de l’ONU, fera le point sur la situation en Syrie devant le Conseil de sécurité des Nations unies.

En vue de cet exposé, Andy Baker, qui dirige la réponse d’Oxfam à la crise Syrienne, a déclaré : « La situation humanitaire en Syrie est épouvantable, et pour beaucoup des personnes frappées par cette crise, le temps est compté. Un accès immédiat, sûr et sans entrave est nécessaire pour assurer que toute la population puisse accéder à des vivres, de l’eau et des soins médicaux.

« La récente résolution du Conseil de sécurité a constitué une percée diplomatique. Mais plus de trente jours après son adoption, l’accès humanitaire n’a guère été facilité par aucune des parties au conflit. Bien que des initiatives ponctuelles ou sporadiques apportent un bref répit à un petit nombre de personnes, ces initiatives ne suffisent pas. Sur le terrain, nous ne voyons toujours pas de différence significative dans la vie de millions de Syriennes et Syriens à travers le pays, qui restent privés de toute aide ou coincés dans les zones de combat, sans possibilité de se réfugier en lieu sûr.

« Les opérations en Syrie restent difficiles et entravées par les conditions d’insécurité, tout déploiement et déplacement de personnel et de matériel nécessitant une série d’autorisations. Malgré ces contraintes, nous assurons un approvisionnement fiable en eau potable à plus d’un demi-million de personnes sur le territoire syrien. Mais cela ne suffit pas.

« Il est à présent indispensable que toutes résolutions et déclarations se traduisent par un accès humanitaire rapide, sûr et durable, afin que la population puisse se déplacer librement, accéder aux services de base, aux marchés, et retrouver un moyen de subsistance. Les États doivent user de leur influence politique auprès de toutes les parties impliquées dans le conflit afin d’assurer que celles-ci respectent et protègent les droits des personnes en ne prenant pas les civil-e-s pour cible et en leur ménageant des facilités d’accès.

« Un plus grand accès humanitaire n’est qu’un premier pas ; les armes continuent de circuler dans le pays et les civil-e-s sont les premières victimes de l’intensification des combats. Il faut en finir avec ces violences et ce bain de sang et trouver une solution politique globale et durable. »

Contacts

Contact presse : Zahra Akkerhuys – zakkerhuys@oxfam.org.uk ou Ruba Saqr – rsaqr@oxfam.org.uk

En savoir plus

Crise en Syrie : notre action



Permalink: http://oxf.am/izn