Vote du Parlement européen sur les agrocarburants : un compromis qui ne permettra pas de réduire la faim dans les pays pauvres

Pour Oxfam, la décision du Parlement européen de plafonner à 6 % la part des agrocarburants produits à partir de cultures alimentaires dans la demande d’énergie pour les transports, à l’horizon 2020, est un compromis décevant.

Après un lobbying acharné, l’industrie remporte d’un cheveu le vote d’aujourd’hui, malgré la volonté évidente d’un grand nombre d’eurodéputés et de citoyens européens de mettre fin à la transformation de nourriture en carburant. Ce matin, à Strasbourg, des ONG ont remis aux eurodéputés une pétition de plus de 240 000 signatures les priant de cesser de retirer le pain de la bouche aux populations défavorisées.

En réaction au vote d’aujoud’hui, Marc Olivier Herman, expert de la politique européenne en matière d’agrocarburants chez Oxfam, déclare :

« Les eurodéputés ont certes évité le pire. Le Parlement européen n’en reste pas moins coupable de négliger les besoins de la planète et de ses habitants. Ce piètre compromis ne résout en rien le problème pourtant évitable de la faim et laisse la voie ouverte à la dévastation de l’environnement. Un plafonnement des agrocarburants à 6 % est largement au-dessus de la consommation actuelle.

« Ce vote fixe en outre un nouvel objectif contraignant de 7,5% d’incorporation d’éthanol dans l’essence. Cet objectif nécessitera que d’ici 2020, les Européens multiplient par 2,5 leurs importations d’agrocarburants à base de céréales.

« Dans le souci de calmer les groupes de pression de l’industrie des agrocarburants et du secteur agricole, les eurodéputés ont manqué à leur devoir de défendre les intérêts de leurs électeurs et du huitième de la population mondiale qui se couche le ventre vide chaque soir. Des millions de personnes restent donc exposées aux conséquences de la volatilité des prix alimentaires, de la destruction des forêts et de nouveaux accaparements de terres. Les gouvernements européens vont à présent devoir corriger le tir. »

Notes aux rédactions

  • Au mois d’octobre de l’an dernier, la Commission européenne proposait d’apporter les modifications suivantes à la directive européenne relative aux énergies renouvelables : plafonnement à 5 % du volume d’agrocarburants issus de cultures alimentaires pouvant être comptabilisé dans les 10 % d’énergies renouvelables visés à l’horizon 2020 pour le secteur des transports, renforcement des critères de durabilité et promotion des agrocarburants avancés.
  • Le Parlement européen s’est prononcé aujourd’hui en faveur d’un plafonnement à 6 % de la part des agrocarburants produits à partir de cultures alimentaires. Le vote donnait suite à l’adoption par la commission Environnement du Parlement européen d’un rapport porté par l’eurodéputée française Corinne Lepage et proposant un plafonnement à 5,5 %. Ce rapport a été édulcoré sous la pression intense de l’industrie des agrocarburants et du secteur agricole européen. Les États membres de l’Union européenne adopteront une position commune sur la réforme de la politique européenne en matière d’agrocarburants au cours des prochains mois.