Dix ans après les engagements de Maputo pour l'agriculture en Afrique, où sont les 10% ?

Dix ans après les engagements de Maputo, où sont nos 10% pour l'agriculture en Afrique?

Auteur-e : 
CULTIVONS

En 2003, les éleveurs et paysans africains avaient accueilli avec beaucoup d'enthousiasme et d'espoir la déclaration faite par les chefs d'Etat d'accompagner l'agriculture et l'élevage et lui permettre de contribuer à la souveraineté alimentaire des Etats africains. L'une des mesures phares était l'engagement « d'adopter des politiques saines de développement agricole et d'allouer chaque année au moins 10 % de nos budgets nationaux à leur mise en œuvre, dans un délai de cinq ans [...] ».

Dix ans plus tard, le constat est amer ! Seuls sept pays africains (Burkina Faso, Niger, Guinée, Sénégal, Mali, Malawi et Ethiopie) ont respecté leur promesse. Et pourtant, en Afrique de l'Ouest, les petits agriculteurs et éleveurs occupent plus de 60 % de la population active et contribuent à 30 % du PIB. Peut-on encore les ignorer ?

Le Dr Mamadou Allassane Bâ, coordinateur régional pour l'Association pour la promotion de l'élevage au Sahel et en Savane (Apess), dresse le bilan des promesses tenues et non tenues et explique en quoi un réel effort de la part des chefs d'Etat et de gouvernement africains pour investir dans l'agriculture familiale est vital pour nourrir les populations et contribuer efficacement à leur sécurité et à leur développement.

En savoir plus

Blog : Faites du bruit pour les paysans et éleveurs africains

Plateforme de recherche et de valorisation des analyses de la société civile sur l'investissement agricole en Afrique de l'Ouest

CULTIVONS, la campagne d'Oxfam pour remettre le système alimentaire mondial sur la bonne voie

Les sources des chiffres cités dans la vidéo sont disponibles dans le document d'information d'Oxfam Pouvoir, droits et marchés accessibles à tous : Les politiques publiques en faveur de l'agriculture à petite échelle ainsi que dans d'autres rapports de la campagne CULTIVONS.

Partagez cette page :

Commentaires

Vous souhaitez réagir ?