Un réservoir d’eau de pluie dans la région semi-aride du nord-est du Brésil. Crédit : Gilvan Barreto/Oxfam
Un réservoir d’eau de pluie dans la région semi-aride du nord-est du Brésil

Brésil : Donner de la vie au désert

“Avant de construire le réservoir, je devais marcher jusqu’au ruisseau et porter de lourds seaux d’eau sur ma tête”
Josefa

Le nord-est du Brésil est la région semi-aride la plus peuplée au monde. Environ 11 millions de personnes ne disposent pas d’un accès permanent à de l’eau potable propre. La plupart des gens doivent parcourir de longues distances à pied pour chercher des trous d’eau boueuse polluée par les animaux.

L’eau impropre

Ana Patricia est âgée de 15 ans ; voici son expérience. « Quand je me lève le matin, la première chose que je fais est d’aller chercher de l’eau au ruisseau.

« L’eau est sale et pleine de manganèse, mais c’est tout ce que nous avons pour le moment. Je dois l’utiliser pour me laver et ensuite je me prépare pour aller à l’école.

« Parfois, quand nous n'avons rien d’autre, je suis obligée de boire l’eau de ce ruisseau. Elle a mauvais goût mais lorsque vous n’avez pas le choix et que vous avez soif, que faut-il faire d’autre ? »

Des solutions à long terme

Un million de réservoirs

Diaconia est l’une des organisations partenaires d’Oxfam impliquées dans le projet « One Million Cisterns » (un million de réservoirs), pour aider les communautés à fabriquer des réservoirs de stockage en béton, destinés à recueillir l'eau des pluies torrentielles qui tombent pendant la courte saison des pluies.

Chaque réservoir a une capacité de 16.000 litres et peut subvenir aux besoins en eau (consommation, lavage et cuisine) d’une famille de cinq personnes pendant le reste de l’année.

Le projet « One Million Cisterns » rassemble pour la première fois un grand nombre d’organisations non gouvernementales (ONG) brésiliennes régionales et nationales, des ONG internationales et le gouvernement brésilien.

Le soutien aux communautés

Diaconia fournit de la formation ainsi qu'un soutien financier et technique. Elle donne également des conseils pour augmenter la diversité des récoltes et leur rendement car cela devient possible avec un meilleur système d’approvisionnement en eau.

L’implication de la communauté est essentielle dans le cadre de ces travaux, la population locale recevant une formation pour construire les réservoirs elle-même. Il est prévu que chaque famille obtenant un réservoir creuse les fondations et fournisse le sable pour la construction.

Des groupes communautaires se réunissent tous les mois avec Diaconia, afin de discuter des problèmes liés à l’approvisionnement de l’eau et de partager des idées pour obtenir du gouvernement local le financement et le soutien nécessaires à l'amélioration de l'approvisionnement en eau dans leur région.

Un nouvel horizon de possibilités

Diaconia a fourni à la famille de Josefa tous les matériaux utiles à la construction d’un réservoir. L’organisation les a également aidés par un système d’irrigation et leur a donné des conseils pour les cultures.

« Lorsque nous nous sommes engagés auprès de Diaconia, cela nous a ouvert un nouvel horizon de possibilités. Diaconia nous a aidés avec notre approvisionnement en eau. Ils nous ont donné plus de semences pour nous puissions cultiver une plus grande diversité de fruits et de légumes, et ils nous ont montré comment nous en occuper.

« Avant de construire le réservoir, je devais marcher jusqu’au ruisseau et porter de lourds seaux d’eau sur ma tête. C’était un processus vraiment long et laborieux.

« Maintenant, nous avons suffisamment de nourriture pour que notre famille reste en bonne santé et nous vendons une partie de notre production à d'autres membres de la communauté.

« L’argent que nous gagnons nous permet d’acheter ce dont nous avons besoin pour rester en bonne santé et pour investir dans l'avenir de nos enfants.

« Nous pouvons acheter ce que nous ne pouvons pas cultiver : café, sucre, huile et un peu de viande. Lorsque les enfants sont malades, nous avons les moyens d’acheter des médicaments. Et nous pouvons acheter des manuels, des cahiers, et autre matériel scolaire. La vie est vraiment plus facile. »