Wistedi Phinifolo, district de Thyolo, Malawi. Photo : Maureen Bathgate/Oxfam

Malawi : l’apiculture profite doublement aux habitants de Chibalo

“En même temps que nous obtenons des revenus grâce à la vente du miel provenant des activités apicoles, nous protégeons aussi nos forêts.”
Sailesi Vaheke
Président du groupe d'apiculteurs Namikhate

Oxfam et son partenaire Circle for Integrated Community Development (CICOD) aident les habitants du village de Chibalo, Autorité traditionnelle Thomas, district de Thyolo, à faire de l'apiculture une activité rémunératrice.

Selon le chef du village Chibalo, les habitants n'ont pas accès à des emplois rémunérateurs faute de propriétés foncières dans cette zone, et les familles ont ainsi du mal à trouver des sources de revenus supplémentaires.

Les habitants de la plus grande partie du district de Thyolo travaillent sur des plantations de thé comme saisonniers afin de gagner leur vie. 

"L'argent de la vente du miel récolté grâce à ce projet sera partagé entre les familles qui y participent. Cela leur permettra d'améliorer leur niveau de vie car elles seront en mesure d'acheter de l'engrais et d'améliorer leurs récoltes durant la saison prochaine."

Améliorer le quotidien

Le CICOD a dispensé à la communauté une formation en apiculture et en gestion forestière en mars 2008. L'organisation a ensuite donné à la communauté dix ruches, des vêtements de protection tels que des blouses, des gants et des bottes en caoutchouc, 1 000 pots pour conditionner le miel, des passoires à miel, des brosses et du fil de fer pour suspendre les ruches. 

Sailesi Vaheke, président du groupe d'apiculteurs Namikhate, qui bénéficie du soutien du CICOD, affirme que ce projet d'apiculture profite doublement à la communauté. 

"Nous nous sommes aperçus qu'en même temps que nous obtenons des revenus grâce à la vente du miel provenant des activités apicoles, nous protégeons aussi nos forêts. Une partie de l'argent que nous obtiendrons du miel sera distribué parmi les membres du groupe. Une partie servira à aider les veuves et les personnes âgées du village et le reste sera réinvesti dans l'achat d'autres ruches et de matériel pour permettre à notre activité de se développer."

Vaheke, 45 ans, précise que le groupe a d'ores et déjà ouvert un compte en banque où les recettes des ventes seront déposées. Il explique que les agents de terrain du CICOD leur ont dit qu'ils aideraient le groupe à trouver de meilleurs débouchés pour leur miel dans les environs du chef-lieu de du district de Thyolo. 

"Nos vies vont s'améliorer grâce à l'argent de la vente du miel. Nous avons un certain nombre de forêts dans cette zone que nous n'avons pas utilisées judicieusement. Si nous avions débuté cette activité il y a quelques années, nos vies auraient déjà changé. Nous remercions le CICOD de nous avoir montré le chemin." 

Une ruche a le potentiel de produire cinquante pots de 250 millilitres de miel. D'après Vaheke, le groupe prévoit de vendre chaque pot à 200 kwachas (soit environ 1,42 dollar). Comme il y a déjà dix ruches en place, le groupe prévoit de gagner jusqu'à 100 000 kwachas (soit environ 715 dollars) après la première récolte, laquelle devrait avoir lieu au début du mois de septembre (2008). 

Le groupe d'apiculteurs Namikhate se compose de quarante personnes, dont vingt-deux femmes.

Permalink: http://oxf.am/ZMj