Vanuatu : Célébration de l’éducation

L’éducation est largement reconnue comme le sésame pour un avenir meilleur. Mais pour de nombreuses familles des communautés insulaires isolées du Vanuatu, l’éducation est trop coûteuse. De nombreux jeunes quittent l’école sans avoir terminé leur éducation ou obtenu des compétences utiles. Alors c’est en chantant et en dansant que la communauté de Lorakau sur l’île de Tanna, au sud de l'archipel, célébra récemment l’ouverture officielle d'une nouvelle salle de classe dans leur centre de formation rural local.

Les jeunes apprennent de nouvelles compétences

Le centre de Lorakau est l’un des 42 centres répartis sur les 69 îles habitées du Vanuatu. Ces centres reçoivent le soutien de la Vanuatu Rural Development and Training Association (association pour le développement rural et la formation au Vanuatu), partenaire d’Oxfam, et dispensent à ces jeunes de la communauté locale qui ont dû quitter l’école des formations professionnelles en agriculture, menuiserie, mécanique et compétences ménagères. La construction de cette salle de classe a été un parfait exercice d’apprentissage pour les élèves.

« L’objectif principal est que les étudiants apprennent sur le terrain pour pouvoir ensuite utiliser les compétences qu’ils ont développées ici », explique Lija Tom, responsable du centre de Lorakau. « Si le centre n’existait pas, il y aurait beaucoup plus de problèmes par ici. Sans emploi ni perspectives d’avenir, les jeunes passeraient leur temps à traîner et à créer des problèmes. Le centre a aidé de nombreux jeunes à devenir autonomes et à obtenir des emplois rémunérateurs. »

  • J’ai aidé à construire des murs, je les ai plâtrés, j’ai aidé à poser un toit, j'ai fabriqué le tableau noir, j’ai fait de la peinture », déclare Kevin Tiraua, un jeune de 20 ans. « Quand j’aurai fini ma formation, je trouverai une entreprise pour laquelle je travaillerai comme maçon afin d’obtenir plus d’expérience. À partir de là, peut-être pourrai-je faire quelque chose par moi-même. »

La plupart des salles de classe dans les centres de formation ruraux sont fabriquées avec des matériaux naturels provenant des environs et sont fréquemment démolies par les cyclones. Mais ces nouvelles salles de classe, construites grâce aux fonds reçus de la NZAID et des dons des sympathisants d’Oxfam, constitueront non seulement un meilleur environnement d’apprentissage mais aussi des centres d’urgence en cas de cyclone ou d’activité volcanique dangereuse.