Des femmes tirent de l’eau d’un puits de surface dans un potager. Crédit : Geoff Sayer/ Oxfam
Des femmes tirent de l’eau d’un puits de surface dans un potager

Mauritanie : Des potagers dans le désert

“Avec Oxfam ici, je me sens encouragée à continuer le travail, et à bâtir notre résistance à la sécheresse et aux manques d’eau”
Selika

Une des manières dont Oxfam a réagi à la sécheresse de l'an dernier en Mauritanie a été d'encourager les potagers communautaires. « C’est comme si nous avions été aveugles avant qu’Oxfam ne vienne nous donner la vue », dit Salika, une bénéficiaire du projet.


Les crises alimentaires ne sont pas une nouveauté en Mauritanie, les sécheresses et les nuées de criquets ont ravagé les cultures céréalières au cours des dernières années. C’est une terre où l’eau est rare, et où on souffre de pauvreté chronique.


Au cours de sa dernière opération d’urgence, Oxfam a travaillé à établir une connexion entre l’aide alimentaire d’urgence et la préparation aux désastres. Nous avons aidé les communautés à créer des réserves, par la création de banques de céréales, et en encourageant les potagers communautaires.


L’aide d’Oxfam


Après avoir distribué des rations alimentaires d’urgence dans les villages tels que Zagoura, Oxfam a travaillé avec le Programme Alimentaire Mondial afin de créer des banques de céréales. Ces réserves de grain au niveau du village garantissent que la communauté a un meilleur contrôle sur le prix des grains, et qu’elle peut gérer les stocks alimentaires au cours des périodes difficiles.


Potagers


Les villages de la commune de Malé en Mauritanie possèdent maintenant des potagers florissants, grâce aux efforts des habitants et à l’aide fournie par Oxfam en formation, en outils et en graines.


Le produit de ces potagers amène la diversité et une meilleure nutrition aux villageois, ce qui est bienvenu après la crise alimentaire qu'ils ont subie en 2005. Il y a même suffisamment de légumes pour leur apporter un petit revenu, par les ventes sur les marchés locaux.


Formation


Oxfam a apporté une formation agricole de base à une représentante de chaque coopérative des femmes du village, leur permettant de former les autres membres de leurs communautés.


Une femme de Legourissi nous dit « Ici, nous ne savions pas comment faire pousser des tomates ou des aubergines. Après la formation, nous savons quel type de sol est susceptible de donner les meilleurs résultats. Je sais à quelle distance il faut planter les graines, et j’utilise de l’eau propre lorsque je les sème. Et le résultat, c’est que notre jardin s'est bien amélioré. »


La formation couvrait les bases de l’entretien du sol, du labour et de l’utilisation des engrais et des insecticides. Elle était complétée par la fourniture de graines et d’outils aux coopératives de femmes.


Histoire de Selika


Selika, de Zagoura, nous dit « C’est comme si nous avions été aveugles avant qu’Oxfam ne vienne nous donner la vue. »


La gravité du manque d’eau à Zagoura, sur la commune de Malé en Mauritanie, n'a pas empêché Selika de s'inspirer du projet de potager communautaire d'Oxfam, pour elle et sa famille.


Ici, il faut faire 20 kilomètres à dos d’âne pour aller chercher de l’eau. Selika, présidente du comité de développement du village, a pu réduire le nombre de voyages qu’elle a dû faire, tout en contribuant à irriguer le potager communautaire, en construisant une mare.


Construire une mare


Selika nous dit : « En saison sèche, l’eau est très rare ici. C’est difficile d’aller chercher de l’eau. Sans la mare, au centre du potager, les légumes risquaient de ne pas survivre à la saison sèche. Avec Oxfam ici dans notre communauté, je me sens encouragée à continuer le travail qu’ils ont commencé, et à bâtir notre résistance à la sécheresse et aux manques d’eau. »


Selika a engagé un ingénieur pour la conseiller sur la construction d’une petite mare dans le potager communautaire, afin d’aider à surmonter la rareté de l'eau en saison sèche. La mare contribue à l’irrigation du potager qui produit des oignons, des choux, des carottes, des aubergines et des tomates.
 

En savoir plus sur :