Travailler ensemble aide les femmes à se battre pour une vie meilleure. Crédit : Paul Weinberg/Oxfam
Travailler ensemble aide les femmes à se battre pour une vie meilleure

Afrique du Sud : Travailler ensemble, pour aider les femmes atteintes par le VIH

“La couture et Fancy Stitch m’aident beaucoup quand je me sens seule, cela me ramène un sourire”
Philile Mathenjwa

Des tissus aux broderies complexes éclairent la vie de centaines de femmes sud-africaines atteintes par le VIH. En travaillant ensemble sur les étoffes, les femmes développent des liens qui participent à leur soutien émotionnel.


Jabu Nxumalo n’avait que des difficultés dans sa vie, jusqu’à ce qu’elle trouve Fancy Stitch sur sa route – une organisation partenaire que soutient Oxfam Australie, au KwaZulu-Natal, en Afrique du Sud – il y a cinq ans.


Venant d’une famille de 12 enfants, Jabu s’est retrouvée enceinte alors qu’elle n’était qu’adolescente, et a manqué l’école pendant un an. Deux ans plus tard, sa mère – qui gagnait la plus grande partie de la vie de la famille – est décédée, et Jabu a dû chercher du travail. Elle a finalement trouvé un travail de femme de ménage pour 250 rands (20 euros) par mois.


« J’étais dans une très mauvaise situation » dit Jabu. « Les choses ont commencé à s’améliorer lorsque j’ai rejoint Fancy Stitch. Cela a été un énorme changement dans ma vie et pour ma famille. J’ai maintenant construit ma propre maison et je peux faire vivre ma famille. Je voudrais remercier Fancy Stitch pour avoir contribué à changer ma vie. »


Fancy Stitch aide les femmes qui vivent dans la région d’Ingwavuma au KwaZulu-Natal, en les groupant pour fabriquer des travaux manuels, des œuvres d’art et des textiles exquis. Les femmes, connues sous le nom affectueux de « Hot Girls », fabriquent des œuvres uniques qui offrent un portrait intime de leurs vies – le VIH, l’agriculture, le bétail, les villes, les familles, les jardins, le travail et la vie sauvage.


Ingwavuma est considéré comme l’une des zones les plus pauvres et les plus isolées de l’Afrique du Sud. Environ 40 % de la population est sans emploi, environ 40 % sont infectés par le VIH et 50 % vivent avec moins de 1 euro par jour. Le fardeau du VIH et du SIDA – le coût des traitements médicaux, les funérailles de multiples membres de la famille, et l’entretien des orphelins du SIDA – draine les ressources des foyers et de la communauté, empirant encore les conditions de pauvreté dans la région.


L’artiste Maryna Hess a fondé Fancy Stitch en 2001 après avoir déménagé à Ingwavuma avec son mari médecin. Elle voulait trouver un moyen d'utiliser ses compétences pour aider une communauté dévastée par le VIH et par la pauvreté.


« Je crois dans le fait que les gens prennent de la force lorsqu’ils travaillent pour gagner un revenu, et en la dignité qui leur est rendue en le faisant – et cela a été la motivation pour cette initiative de génération de revenus. » « La joie de créer un objet beau, qui est admiré par de nombreuses personnes, donne la sensation d’être quelqu’un de spécial. »


L’organisation n’avait que 27 membres lorsqu’elle a débuté en 2001, un chiffre qui atteint maintenant plus de 350, y compris des hommes. Malheureusement, 44 membres sont décédés du SIDA depuis que le groupe a été créé, un dur rappel à la réalité de l'épidémie et de son impact. Cette perte a inspiré les membres pour la création d’un patchwork du souvenir, afin de commémorer la vie et le travail de leurs collègues.


En travaillant ensemble sur les étoffes, les femmes développent des liens qui participent à leur soutien émotionnel. C’est bien là tout le travail du groupe, de permettre aux membres de s’exprimer, de partager leurs histoires et leurs espoirs tout en leur permettant de gagner de l’argent.


« La couture et Fancy Stitch m’aident beaucoup quand je me sens seule, cela me ramène un sourire » dit Philile Mathenjwa.


« Même quand on ne veut pas me voir, je ne m’inquiète pas parce que je trouve tout l’amour dont j’ai besoin avec Fancy Stitch. »