Oxfam critique les « excuses et les affirmations trompeuses » de Mandelson

Publié le : 27 Février 2006

L’agence internationale Oxfam a critiqué aujourd’hui un discours tenu à l’Union nationale des agriculteurs (UNA) par le Commissaire européen au commerce Peter Mandelson, discours qu’elle décrit comme étant plein d’excuses et d’affirmations trompeuses, et a mis en garde contre le fait que la politique commerciale de l’Europe est sur le point de porter un coup fatal aux pays pauvres.

L’agence internationale Oxfam a critiqué aujourd’hui un discours tenu à l’Union nationale des agriculteurs (UNA) par le Commissaire européen au commerce Peter Mandelson, discours qu’elle décrit comme étant plein d’excuses et d’affirmations trompeuses, et a mis en garde contre le fait que la politique commerciale de l’Europe est sur le point de porter un coup fatal aux pays pauvres.

« Peter Mandelson se plaît à répéter qu’il place les problèmes des pays en développement au cœur de ses prises de décisions, mais ce discours haussier et mensonger prouve que le contraire est vrai », a déclaré Jeremy Hobbs, directeur d’Oxfam International.

« Nous sommes potentiellement au terme de ce cycle de discussions à l’Organisation mondiale du commerce dont le but était d’aider les pays pauvres mais qui a complètement perdu son objectif de vue. Ce dont l’Europe a besoin à présent, ce n’est pas l’intérêt et l’intransigeance mais de véritables concessions qui mettront le commerce au service du développement », a ajouté Hobbs.

Dans un discours à l’attention des délégués, politiciens et agriculteurs prononcé aujourd’hui à l’UNA à Birmingham, M. Mandelson a déclaré que l’Europe ne ferait plus d’autres concessions sur la réforme agricole à l’OMC à moins que les pays en développement ne concèdent en échange l’accès à leurs marchés de l’industrie et des services. Oxfam a affirmé que c’était inacceptable et équivalait à changer les règles à la dernière minute.

Hobbs : « Ce cycle était censé être un cycle de développement, mais si les Etats-Unis et l’Union européenne obtiennent ce qu’ils demandent, il aura l’effet inverse, faisant faire un bond en arrière au développement de certains pays et en privant efficacement d’autres pays de l’opportunité d’une future croissance économique. On ne doit pas contraindre les pays en développement à ouvrir leurs marchés de l’industrie et des services tant qu’ils ne sont pas prêts ». 

Mandelson a aussi déclaré aujourd’hui que les paiements réformés de la Politique agricole commune (PAC) demeureraient « intacts ». Les paiements entrent dans la catégorie dite « boîte verte » à l’OMC et sont supposés, en théorie, ne pas fausser le commerce. Néanmoins, Oxfam et d’autres agences s’inquiètent de ce que ces paiements soient toujours liés à la taille des fermes et continuent donc à encourager la surproduction tout en ne pouvant  pas mettre un terme au dumping si néfaste pour les pays en développement.

Hobbs : « Ecarter d’autres réformes des paiements PAC est inacceptable. Il est vital de réviser les critères des subsides admissibles/déductibles à l’OMC, sinon des pays comme l’Union européenne et les Etats-Unis pourront continuer à payer des subsides à leurs agriculteurs qui mènent au dumping et minent les producteurs étrangers ».

Contacts

Pour plus d’informations, veuillez contacter Amy Barry au +44 (0)1865472254