RD Congo : Oxfam salue la décision du Conseil de sécurité de renforcer la MONUC

“Les populations ne peuvent attendre les trois à quatre mois que le déploiement de nouvelles troupes prendrait en temps normal.”
Juliette Prodhan
Responsable d'Oxfam en RDC
Publié le : 20 Novembre 2008

Oxfam salue la résolution du Conseil de sécurité des Nations unies autorisant le déploiement de 3 000 soldats et officiers de police supplémentaires au sein de la MONUC (Mission des Nations unies en République Démocratique du Congo).

Le renforcement de cette mission est en effet indispensable pour garantir une protection efficace des civils, pour améliorer globalement la sécurité et l'accès humanitaire et pour créer les conditions nécessaires au dialogue politique.

Cependant, cette action du Conseil de Sécurité ne permet pas de répondre immédiatement à l’urgence de la crise qui se déroule en ce moment sur le terrain. Il faut agir plus vite.

Les populations à l'Est du Congo ne peuvent attendre les trois à quatre mois que le déploiement de nouvelles troupes prendrait en temps normal. Des vies sont en jeu et des milliers de personnes continuent à subir les conséquences des combats intenses et de l'insécurité permanente. La situation sur le terrain requiert immédiatement davantage de soldats et seule l'UE est capable de répondre rapidement grâce à ses groupements tactiques, spécialement créés pour faire face à ce genre de crises .

L'injection rapide de troupes européennes, avec un mandat clair pour prévenir tout nouveau recours à la violence et contribuer à la protection de la population jusqu'à l'arrivée de nouvelles forces de maintien de la paix de l'ONU, ferait une vraie différence pour la vie de millions de Congolais et montrerait au monde entier que l'Europe est sincère quant à son engagement en faveur de la "responsabilité de protéger".

Le déploiement de troupes doit être associé à la définition d'une ligne politique claire pour améliorer l’efficacité de la MONUC auprès des civils et réduire les menaces auxquels ceux-ci font face. Les annonces relatives à la clarification des instructions données aux troupes et à la volonté de garantir une mise en œuvre ferme et réelle du mandat de la mission en matière de protection des civils sont bienvenues. Malheureusement, compte tenu de la situation sur le terrain, il faut beaucoup plus que cela pour circonscrire la violence et créer les conditions favorables à l'acheminement de l'aide et à la tenue d'un dialogue politique.