Carte de la sécurité alimentaire au Mali en juin 2013 (Cadre harmonisé)
Insécurité alimentaire projetée au Mali (juin 2013)

Nord du Mali : les communautés affectées par une crise alimentaire

“Au moment où l’attention de la communauté internationale est tournée sur la mission de la paix des Nations Unies, on risque de perdre de vue la situation humanitaire alarmante.”
Philippe Conraud
Directeur d’Oxfam au Mali
Publié le : 25 Avril 2013

Le nord du Mali passera à un niveau d’urgence (1) en matière de sécurité alimentaire, dans moins de deux mois, si la situation sécuritaire et l’accès humanitaire aux communautés vulnérables ne s’améliorent pas, alertent quatre organisations humanitaires suite à l’analyse des experts du Cadre harmonisé (2).

Jusqu'à deux tiers (3) de la population des trois régions du Nord du Mali (Gao, Tombouctou et Kidal) vit actuellement en situation de crise d’insécurité alimentaire, avec deux cercles de Kidal déjà en situation d’urgence.

Des enquêtes de marchés conduites récemment par Action Contre la Faim (ACF), Solidarités International, Welthungerhilfe (ex Agro-action allemande) et Oxfam, qui interviennent dans ces régions, montrent que les prix de certaines denrées de première nécessité ont fortement augmenté depuis janvier 2013 : 36 % à Gao, 30 % à Tombouctou et 25 % à Kidal. A Kidal, où 94 % des ménages doivent acheter leur nourriture sur les marchés, les deux tiers des commerçants grossistes qui fournissent ces marchés sont partis et le flux de céréales a diminué de 60 %. Les marchés de Tombouctou et de Goundam sont également mal approvisionnés en denrées de première nécessité.

Alors que la période de soudure a débuté beaucoup plus tôt que prévu, les prix d’achat du bétail, et plus particulièrement des ovins et caprins, ont baissé, ce qui ne permet plus aux éleveurs d’acheter suffisamment de céréales. D’autre part, ces éleveurs n’ont pu conduire leur bétail aux zones de pâturages et points d’eau habituels. De plus, les opportunités de travail sont rares et la rémunération de la main d’œuvre journalière a baissé d’environ 2,5 dollars - l’année dernière à la même période - à 1,5 et 2 dollars actuellement pour la région de Gao, réduisant ainsi le pouvoir d’achat des ménages.

Cette situation préoccupante est principalement due aux conséquences du conflit - dont la fermeture et/ou l’inaccessibilité des routes, la fermeture de la frontière algérienne, le départ des principaux acteurs économiques - ainsi qu’au caractère rudimentaire des systèmes de production et à l’insuffisance, préalable à cette crise, des aménagements dans les secteurs de l’agriculture et de l’élevage.

« Au moment où l’attention de la communauté internationale est tournée sur la mission de la paix des Nations Unies, on risque de perdre de vue la situation humanitaire alarmante. Les parents sautent déjà des repas pour nourrir leurs enfants. Les familles au nord n’auront pas suffisamment de nourriture pour traverser les prochains mois avant les récoltes. Il faut intervenir vite et plus massivement avant une dégradation certaine de la situation alimentaire et nutritionnelle », indique le directeur d’Oxfam au Mali, Philippe Conraud.

En effet, selon le Cadre harmonisé, l’assistance humanitaire prévue à ce jour ne couvrira sans doute pas tous les besoins. Ceci est dû au manque de financement des secteurs prioritaires (4) - l’appel humanitaire des Nations unies pour le Mali est ainsi financé seulement à hauteur de 106 millions au 24 avril 2013 - ainsi qu’à l’accès difficile aux zones en raison de la présence des groupes armés et des opérations des forces maliennes, africaines et françaises, du banditisme et de la présence de mines et autres engins non explosés.

Aussi, ACF, Solidarités International, Welthungerhilfe et Oxfam appellent la communauté internationale et les bailleurs de fonds à se mobiliser pour apporter de l’assistance aux plus vulnérables. Ces organisations préconisent la mise en place, à plus grande échelle, de programmes d’assistance alimentaire, d’appui aux moyens d’existence, mais aussi d’assainissement et d’hygiène, de nutrition, de protection et d’amélioration de l’accès à l’eau et à la santé, tout en construisant la résilience.

Organisations signataires : Action contre la Faim, Oxfam, Solidarités International et Welthungerhilfe.

Notes aux rédactions

  1. Voir carte ci-dessus (disponible au grand format). Le Cadre harmonisé détermine 5 phases de l’échelle relative à l’insécurité alimentaire : phase 1 : insécurité alimentaire minimale ; phase 2 : sous pression ; phase 3 : crise ; phase 4 : urgence ; phase 5 : famine.
  2. Le Cadre harmonisé a été créé par le Comité permanent inter-Etats de lutte contre la sécheresse dans le Sahel (CILSS) au début des années 2000. Sa mission est d’analyser la sécurité alimentaire. Les quatre organisations signataires ont participé à la dernière rencontre, fin mars 2013 à Bamako, impliquant une quarantaine d’acteurs opérant au Mali - gouvernement, société civile, organisations non gouvernementales et agences internationales. Les experts ont analysé les données actuelles relatives à la sécurité alimentaire et cartographié la situation en cours et fait une projection pour en juin 2013.
  3. Le Cadre harmonisé estime qu’entre 26 et 65 % de la population du nord du Mali, selon les régions, sont menacés par une forte insécurité alimentaire.
  4. Les secteurs prioritaires sous-financés sont : la sécurité alimentaire, l’eau, hygiène et assainissement, la protection, l’éducation, la santé, et le soutien des moyens d’existence. L’Appel global consolidé (CAP) de 410 millions de dollars n’est financé qu’à hauteur de 106 millions, tandis que 90 millions de dollars ont contribué à des projets au Mali hors Appel.

Contacts

Pour de plus amples informations, merci de bien vouloir contacter :

En savoir plus

Assurer la sécurité alimentaire à Gao, au Mali, malgré le conflit (janvier 2013)

L'intervention d'Oxfam face à la crise au Mali

Permalink: http://oxf.am/U52