Réunion internationale déterminante pour le futur de l’aide au développement: Quel héritage laissera Mexico?

“Dans un monde où 2,4 milliards de personnes vivent avec moins de $2 par jour, il est urgent pour le Partenariat mondial de livrer les résultats promis. ”
Carlos Zarco
Directeur exécutif d’Oxfam Mexico
Publié le : 14 Avril 2014

Alors que les leaders du développement des quatre coins de la planète convergent vers la ville de Mexico pour participer à la première réunion de haut niveau du Partenariat mondial pour une coopération efficace au service du développement, Oxfam pose une question cruciale : quel héritage laissera Mexico?

« L’héritage laissé par Busan a été de tous nous réunir. Mais les milliards d’enfants, de femmes et d’hommes qui vivent dans la pauvreté s’attendent à beaucoup plus de notre part que d’être simplement réunis autour d’une même table » dit Carlos Zarco, directeur exécutif d’Oxfam Mexico.

« Nous espérons que la communauté internationale se souviendra de Mexico comme étant le moment où les gouvernements, les organisations de la société civile et le secteur privé auront fait un important pas par en avant et se seront entendus sur des moyens concrets pour lutter plus efficacement contre la pauvreté. »

Dans un monde où 2,4 milliards de personnes vivent avec moins de $2 par jour et dans lequel la moitié de la richesse est accaparée par un pour cent de la population, il est urgent pour le Partenariat mondial de livrer les résultats promis.

Le rapport de suivi sur les progrès faits depuis Busan démontre de faibles performances et laisse entrevoir une tendance dérangeante. En effet, il existe beaucoup plus de données sur l’utilisation des fonds faites par les pays bénéficiaires de l’aide au développement que sur le respect des engagements pris à Busan par les pays donateurs. Ce double standard compromet la légitimité du Partenariat mondial.

Plusieurs organisations de la société civile se préoccupent du fait que la voix et les priorités des plus pauvres ne soient pas entendues. « Le développement inclusif ne signifie pas simplement être assis à la même table. Il signifie que la contribution de chacun des partis doit être reconnue et renforcée, avec comme objectif ultime l’atteinte de résultats concrets et mesurables. »

Les décisions prises cette semaine seront lourdes de conséquences. « Busan a établi le principe selon lequel les gens et leurs droits sont au cœur de la coopération efface au service du développement. Les yeux du monde sont maintenant tournés vers nous. La réunion de haut niveau de Mexico continuera-t-elle de bâtir sur ces fondations? L’avenir des gens qui vivent dans la pauvreté est entre nos mains. Il faut agir maintenant » conclut Carlos Zarco d’Oxfam.

Notes aux rédactions

Suivez l’équipe d’Oxfam en direct sur Twitter durant la réunion :

Nicola McIvor, Experte en politiques, Oxfam Grand-Bretagne: @njmcivor
Greg Adams, Expert en politiques, Oxfam États-Unis : @gregory_adams_
Robert Fox, Directeur Exécutif, Oxfam Canada: @FoxOxfam
Carlos Zarco, Directeur Exécutif, Oxfam Mexique : @carloszarco

Contacts

Mathieu Gagnon, Portable mexicain: 044 55 11 50 43 37 mgagnon@intermonoxfam.org

En savoir plus

Téléchargez le rapport: Efficacité de l'aide. Les clés de Busan

You may also like

Une aide efficace doit avoir un impact concret. Photo : UN
Sommet de Busan sur l'efficacité de l'aide 2011

Au sommet 2011 sur l'efficacité de l'aide, à Busan, en Corée du Sud, les responsables politiques mondiaux devraient prendre de nouveaux engagements afin de garantir que l'aide publique internationale contribue à réduire la pauvreté, en vue des Objectifs du millénaire pour le développement.

3 faits sur l’aide efficace

Permalink: http://oxf.am/SvD