G8: Combattre la pauvreté doit être la priorité de Saint Pétersbourg !

Publié le : 12 juillet 2006

13 juillet 2006 – Saint-Pétersbourg, Russie – Pour Oxfam, les leaders du G8 ne doivent pas gâcher l’opportunité qui s’offre de progresser dans la lutte contre la pauvreté. Même si les questions qui entourent le pétrole et la sécurité dominent les discussions, les dirigeants doivent tenir leurs promesses : envoyer les enfants à l’école, améliorer la santé et éradiquer la pauvreté en mettant en place un commerce juste.

“Les dirigeants avaient fait de belles promesses l’année passée”, note Bernice Romero, directrice du plaidoyer politique d'Oxfam International. “Aujourd’hui, ils doivent donc ouvrir leurs porte-feuilles pour améliorer la santé et l’éducation”.

Santé : le Fonds Mondial est en danger !

Les dirigeants du G8 devraient assurer le financement total du Fonds Mondial de lutte contre le SIDA, la tuberculose et la malaria, afin d’éviter que les plus pauvres ne meurent de maladies évitables.

“Les programmes vitaux du Fonds Mondial sont en danger. Ils risquent de disparaître à cause du manque de financement l’an prochain”, poursuit Bernice Romero. “Pour respecter leur engagement à fournir un traitement aux millions de personnes infectées par le VIH, les dirigeants du G8 doivent prendre des engagements immédiats en faveur du Fonds Mondial. Le temps presse pour des millions de personnes à travers le monde. Chaque jour, rien qu’en Afrique, 6.500 personnes meurent du SIDA et 9.500 contractent le VIH”.

100 millions d’enfants à scolariser

Les leaders du G8 devraient également financer l’initiative Fast-Track du programme “ Education pour tous ” qui permettrait à 100 millions d’enfants d’aller à l’école. Les plans qui se dessinent dans les discussions de Saint Pétersbourg – promouvoir l’innovation technologique dans les classes des pays du G8 et appuyer l’accès aux universités internationales aux étudiants et chercheurs – ne s’adressent pas aux vrais problèmes.

“Les discussions doivent porter sur les problèmes les plus pressants en matière d’éducation : remettre en classe les 100 millions d’enfants actuellement privés d’école. Si les dirigeants veulent vraiment tenir leurs promesses en matière de lutte contre la pauvreté, ils doivent ressortir de ce sommet du G8 avec de réels engagements financiers en faveur de l’initiative Fast-Track du programme sur l’éducation pour tous”, poursuit Stefaan Declercq.

Aboutir à un accord juste à l’OMC

Enfin, les dirigeants du G8 doivent faire en sorte que les négociations tenues à l’Organisation Mondiale du Commerce débouchent sur un accord qui permette aux pauvres de sortir de la pauvreté.

“S’il y a bien un moment où les dirigeants mondiaux peuvent tenir leurs promesses en matière de commerce, c’est ici, à Saint Péterbourg. Même si l’Europe et les Etats-Unis n’ont pas encore montré suffisamment de flexibilité dans les négociations de l’OMC, nous souhaitons de tout coeur que cela change. Les dirigeants des pays riches doivent abandonner leurs demandes excessives à l’encontre des pays pauvres, et vraiment diminuer leurs subsides agricoles”, conclut Bernice Romero.

Les 36 millions de personnes qui ont mené campagne l’an passé pour faire de la pauvreté un reliquat de l’histoire attendent toujours. Et tiendront les dirigeants de ce sommet responsables de l’inaction en matière de santé, d’éducation et de commerce.

Contacts

Pour toute information supplémentaire, veuillez contacter Louis Belanger à St-Petersbourg, +7 917 507 2041

En savoir plus sur :