L’aide européenne à la Palestine gaspillée en frais bancaires

Publié le : 9 Février 2007

Oxfam pointe du doigt le fait que, chaque mois, l’Union européenne paie plus d’un million d’euros en frais bancaires à la banque HSBC pour le transfert de son aide aux 140.000 travailleurs et personnes à faibles revenus de Palestine.

Le paiement de ces gigantesques frais bancaires résulte de la décision de l’UE de contourner l’Autorité palestinienne dans l’aide fournie.

Le fait que la banque HSBC soit payée pour jouer le rôle d’intermédiaire est un vrai fiasco. A cause de ce système bureaucratique, les Etats européens gaspillent des millions d’euros de leur aide à la Palestine. Cette aide est délivrée selon un mécanisme complexe qui entraîne d’irréparables dommages aux services de base en Palestine. “ Les pays européens doivent mettre fin à cette situation et reprendre l’aide financière directe à l’Autorité palestinienne” a déclaré Jeremy Hobbs, directeur d’Oxfam International.

Une atteinte aux services essentiels en Palestine

Chaque mois, l’Union européenne verse une allocation à des milliers de Palestiniens travaillant dans des services sociaux, aux pensionnés et aux familles à faible revenus. Au sein des Territoires Palestiniens Occupés, ces allocations sont versées sur des comptes bancaires individuels. HSBC facilite ces transferts.

Sur base de récents documents de l’UE, Oxfam a calculé qu’entre août et décembre 2006, l’UE a dépensé 3.246.472 euros en frais bancaires pour transférer ces allocation à 140.000 Palestiniens. HSBC reçoit huit euros par transfert.

Par extrapolation, ce système signifie que l’an passé, plus d’un million d’euros ont été dépensés chaque mois en frais bancaires. “La manière avec laquelle l’aide européenne est actuellement délivrée affecte les services de base en Palestine et porte atteinte à une économie déjà très fragile. La Palestine est au bord du chaos et la politique européenne affaiblit les institutions palestiniennes” poursuit Jeremy Hobbs.

Il faut abandonner le Mécanisme Temporaire International

En janvier 2006, l’UE a cessé tous aide directe à l’Autorité palestinienne dirigée par le Hamas et a mis en place un “Mécanisme Temporaire International” en juin de la même année. Une partie de ce mécanisme est destiné à payer des allocations aux travailleurs des services publics, aux pensionnés et aux personnes en difficulté. Les premières allocations n’ont été versées qu’en août.

En 2005, avant l’élection du Hamas, l’UE et les Etats membres ont fourni un total de 513 millions d’euros au peuple palestinien via différentes institutions. Alors qu’ils étaient auparavant soutenus par cette aide, les services de base palestiniens (comme la santé et l’éducation) manquent désormais cruellement d’argent.

Les organisations locales qui collaboraient étroitement avec ces institutions se plaignent aujourd’hui d’être également pénalisées. L’année dernière, l’une des ces organisations (l’Union of Health Work Committee) a annoncé qu’elle était au bord de la banqueroute car le Ministère de la Santé, privé d’argent, lui devait encore un demi million de dollars pour assurer les campagnes de vaccination, les activités chirurgicales et d’obstétrique dans les hôpitaux de Gaza.

Oxfam appelle à l’abandon du “Mécanisme Temporaire International” et à la reprise par les Etats européens de leur financement aux services essentiels fournis par les autorités palestinennes au niveau local et national.

Contacts

Pour plus d’informations :
Stefaan Declercq, Secrétaire général d’Oxfam-Solidarité
+32 476 46 30 53 stefaan.declercq(at)oxfamsol.be