L’actrice Scarlett Johansson soutient le combat d’Oxfam

Publié le : 27 Février 2007

Scarlett Johansson s’est récemment rendue en Asie du sud-est pour visiter les projets d’Oxfam. Elle a pu y découvrir l’absolue nécessité d’investir dans l’éducation et l’accès aux soins de santé de base afin de permettre à des millions de personnes de vivre dans des conditions décentes.

Cela fait de nombreuses années que l’actrice Scarlett Johansson soutient les projets d’Oxfam dans le monde. Ce voyage en Asie du sud-est, elle l’a fait pour mieux comprendre les problèmes rencontrés par les communautés les plus pauvres et mieux cerner les façons de réduire la pauvreté.

La clé de l’éducation

Le voyage a débuté par une journée de rencontre avec les élèves et le personnel d’une école de jeunes filles soutenue par Oxfam International dans un village de l’Uttar Pradesh, au nord de l’Inde. Ce projet a permis à un millier d’enfants issus de la caste des intouchables d’avoir accès à un niveau d’éducation élémentaire. Scarlett Johansson s’est ensuite rendue à Delhi, où elle s’est entretenue avec des victimes de violences conjugales ayant pris part à la campagne de sensibilisation "WE CAN" lancée par Oxfam. Ce projet a pour objectif de lutter contre les violences dont sont victimes des millions de femmes en Inde.

L’actrice témoigne : "En visitant les programmes d‘éducation d’Oxfam, je me suis rendue compte à quel point l’éducation permet aux plus démunis de sortir de la pauvreté et leur apporte dignité et confiance en soi. J’ai rencontré une fille, Gudiya, à l’école des intouchables. Elle était vraiment étonnante, une jeune fille brillante, pleine d’ambition. Quand je lui ai demandé ce qu’elle voulait faire quand elle serait plus grande, elle m’a répondu qu’elle désirait travailler au gouvernement."

"Chaque matin, elle se lève à trois heures pour étudier et accomplir les tâches ménagères avant de marcher pendant une demi-heure pour aller à l’école. Je lui ai ensuite demandé comment elle ferait pour s’occuper de sa famille tout en travaillant au gouvernement. Elle m’a répondu avec confiance « je peux y arriver » ; sa confiance en soi et son envie de réussir étaient des signes évidents de l’impact de son éducation."

Reconstruire sa vie après le tsunami

Au Sri Lanka, Scarlett Johansson a rencontré une survivante du tsunami, Bandawathi Maitipe. Une femme ayant tout perdu au moment de la catastrophe : son mari, son plus jeune fils, sa maison et son activité de couture, unique source de revenus pour elle.

"Le désastre du tsunami a eu un impact terrible sur cette femme et son fils", témoigne Johansson. "Après plus de deux ans, ils attendent toujours d’être relogés définitivement dans une nouvelle maison. En cause : les problèmes engendrés par le propriétaire terrien, qui leur avait loué la maison pendant les cinquante années précédant le tsunami."

"J’ai également visité une communauté de pêcheurs soutenue par Oxfam. Voir de mes yeux ce village qui lutte pour s’en sortir m’a donné une bouffée d’espoir ; c’était une opportunité incroyable pour moi que de pouvoir observer une telle approche participative de la part des organisations non gouvernementales, comme Oxfam, dans le processus de reconstruction de ce pays dévasté."

Un engagement de taille

Jeremy Hobbs, directeur d’Oxfam, constate que l’implication de Scarlett a été très importante pour susciter l’intérêt dans le combat contre la réduction de la pauvreté.

"En soutenant Oxfam, Scarlett prend position et se mobilise aux côtés des millions de personnes qui travaillent pour vaincre la pauvreté dans le monde. Son soutien est crucial pour démontrer que même avec le plus petit des dons, Oxfam peut vraiment faire la différence pour les communautés démunies."