R.D.Congo : Les donateurs et le Conseil de Sécurité de l'ONU doivent agir pour remédier à la situation dans l'Est du pays

Publié le : 13 Décembre 2007

New York / Nairobi / Dakar / Paris – Alors que le Conseil de Sécurité de l'Organisation des Nations unies (ONU) va se pencher dans les prochains jours sur le renouvellement du mandat de la MONUC , Oxfam International a appelé aujourd’hui la communauté internationale à ne pas relâcher ses efforts dans l'Est de la République démocratique du Congo (RDC) et à continuer de fournir aux civils la protection et l’assistance humanitaire dont ils ont besoin dans cette région.

Depuis un an, on compte 425 000 civils nouvellement déplacés dans la province du Nord Kivu. Aux combats incessants dans la région Est du pays, sont venus s’ajouter de nombreux cas de malnutrition, maladies, viols et décès – un an à peine après le tournant historique des élections démocratiques, considérées comme le premier pas concret vers la résolution du conflit.

Un soutien fort et continu de la communauté internationale demeure nécessaire. Sans un tel soutien, les quelques progrès réalisés ces dernières années risquent d’être anéantis, entraînant de nouveaux conflits meurtriers.

Le mois de décembre 2007 est crucial pour les civils de la province Est de la RDC, en raison de deux échéances décisives : le renouvellement, par le Conseil de Sécurité, de la mission des Nations unies pour le maintien de la paix dans le pays (MONUC) ; et le lancement du Plan d’Action humanitaire 2008 de l’ONU (le 11 décembre). L’augmentation de l’aide humanitaire en RDC avait été saluée en 2007, bien que les montants annoncés ne représentaient que 64% de la somme nécessaire. Le plan d’action 2008 répondra à des besoins humanitaires colossaux à travers le pays, et les bailleurs de fonds devront être à la hauteur du défi qui leur est lancé afin de répondre à ces besoins.

Le mandat de la MONUC sera probablement renouvelé. Cependant, s'agissant de la mission de maintien de la paix la plus coûteuse des Nations unies (budget annuel : 1 milliard de dollars), il est indispensable de garantir un financement équivalent à son mandat actuel. Les Etats Unis, le Japon, l’Allemagne et la Chine font partie des bailleurs de fonds les plus importants. Par ailleurs, les casques bleus originaires de plusieurs pays –  dont le Bangladesh, l’Inde, l’Uruguay et l’Afrique du Sud – nécessitent d’être mieux formés, mieux préparés, et de façon plus systématique. Ils ont également besoin d’améliorer leur communication avec les populations locales, en vue de renforcer leurs capacités à protéger les populations civiles des conflits et de la violence – en particulier les femmes, victimes de viols systématiques et à grande échelle.

Il est également urgent que la communauté internationale, dont les bailleurs de fonds et la MONUC, continue de soutenir une réforme urgente de la sécurité en RDC. Sans cela, le gouvernement sera dans l’incapacité de garantir la sécurité de ses citoyens sur le long terme dans des zones comme le Nord-Kivu, actuellement déchiré par la guerre.

« Au cours de la dernière décennie, il y a eu plus de 4 millions de morts, victimes de guerres cruelles dans ce pays. Aujourd'hui, plus de 1,3 millions de personnes déplacées ne peuvent toujours pas rentrer chez elles », a déclaré Greg Puley, responsable du bureau Oxfam International à New York.

Contacts

Interviews et photos :
Aldine FURIO / afurio@oxfamfrance.org / 01 56 98 24 45 ou 06 86 92 93 30