FMI : le mandat de la dernière chance ?

Publié le : 1 Novembre 2007

Ce jeudi 1er novembre 2007, Dominique Strauss-Kahn sera officiellement nommé à la tête du Fonds monétaire international (FMI), après avoir été désigné dès la fin septembre comme prochain directeur général de l'institution, avec le soutien de l’Europe et des Etats-Unis.

Oxfam France – Agir ici rappelle que le Fonds monétaire international (FMI) traverse actuellement la crise la plus importante de son histoire, Rodrigo de Rato - directeur général du Fonds jusqu'à fin octobre 2007 - laissant derrière lui un bilan catastrophique et une institution à bout de souffle.

Dominique Strauss-Kahn aura donc fort à faire pour sauver le FMI d'une marginalisation croissante et réviser le mode de fonctionnement de cette institution qui a besoin d'être réformée urgemment et de fond en comble afin de sortir d'une crise à la fois identitaire et financière.

"Faisant campagne dans le monde entier jusque fin septembre pour sa nomination, Dominique Strauss-Kahn s'était notamment engagé à favoriser la représentation des pays du Sud au sein de l'institution ; il doit désormais répondre aux attentes de ces pays, qu'il s'agisse des pays émergents comme des pays les plus pauvres, et tenir les promesses engagées durant sa campagne" rappelle Sébastien Fourmy, en charge du suivi des institutions financières internationales à Oxfam France – Agir ici.

"Gageons que les pays les plus riches assumeront leurs responsabilités en lui permettant d'assumer ses engagements : Dominique Strauss-Kahn ne pourra en effet rien faire si ces pays, majoritaires au Conseil d'Administration du FMI, choisissent de freiner les décisions qui iraient en ce sens" ajoute Sébastien Fourmy.

La mondialisation économique et financière exige des institutions multilatérales fortes. Le FMI peut jouer un rôle central afin de réguler cette mondialisation et de prévenir les crises financières. Pour cela, le Fonds doit sortir de la crise qu'il traverse actuellement, sous peine de devenir inutile, comme l'illustre déjà la multiplication des alternatives au FMI pour les pays émergents.

Sébastien Fourmy conclut : "Dominique Strauss-Kahn est très attendu, dès sa nomination officielle au 1er novembre, sur les engagements formulés durant sa campagne et qui ont conduit à sa nomination. Il dispose de cinq ans pour mettre en œuvre cette indispensable réforme, c'est bel et bien le mandat de la dernière chance pour le FMI."

Contacts

Contact Presse : Aldine Furio (Oxfam France) / afurio@oxfamfrance.org / 01 56 98 24 45 ou 06 86 92 93 30

En savoir plus sur :