Honduras. Photo : Gilvan Barreto/Oxfam
L’agriculture peut être le moteur de la croissance et du développement.

Thématiques

Les investissements agricoles


L’agriculture peut être le moteur de la croissance et du développement. La manière dont elle contribue ou non à la réduction de la pauvreté dépend de nombreux facteurs. Les investissements agricoles peuvent aider à promouvoir la sécurité alimentaire, à générer plus de travail pour la région, et à réduire la proportion du budget que les familles consacrent à l’alimentation. Les gouvernements peuvent aider en dirigeant les investissements de manière à donner la priorité à ces avantages.

Avec les nouvelles menaces pesant sur l’agriculture en raison du changement climatique, des investissements supplémentaires sont nécessaires pour mettre en place des pratiques plus durables concernant la gestion de l’eau, promouvoir la diversification des cultures et encourager les agriculteurs à mener leurs activités agricoles en d’autres lieux.


L’accès à la terre et aux autres ressources


Pour permettre une agriculture durable, il est essentiel de garantir l’accès sécurisé à la terre et sa distribution équitable. En étant propriétaire de terres, les petits exploitants peuvent accéder au crédit, gérer leurs ressources et obtenir une forme de sécurité sociale. Mais les droits d’accès à ces terres sont précaires, dans le meilleur des cas. Même si elles produisent entre 60 % et 80 % des denrées alimentaires dans la plupart des pays en voie de développement, les femmes détiennent moins de 2 % des terres. Et de nouvelles menaces pour les droits d’accès à la terre se présentent de nos jours, comme par exemple la mainmise sur les terres pour la production de biocarburants (voir ci-dessous).


Les emplois et les salaires


Le travail est souvent la seule ressource dont disposent les petits producteurs et les populations ne possédant pas de terres. Les ouvriers agricoles font partie des populations les plus pauvres des zones rurales. Leur emploi est souvent temporaire, leur salaire est bas et leurs conditions de travail peuvent être très dangereuses. De plus en plus de femmes occupent des emplois agricoles salariés, mais malgré leur nombre, elles sont généralement « invisibles » aux yeux des gouvernements, des donateurs et des institutions internationales. Leurs entreprises peuvent être faibles et leur accès à la sécurité sociale et aux autres avantages minime.


L’accès aux marchés


Lorsque les agriculteurs produisent des excédents, ils doivent les vendre. Mais de nos jours, la situation est plus complexe. Les grandes entreprises compriment les agriculteurs dans leur chaîne logistique, en déplaçant sur eux les risques liés au prix et au paiement. En même temps, l’ascension des supermarchés pourrait donner aux agriculteurs l’opportunité de vendre sur différents marchés, s’ils peuvent satisfaire les hauts niveaux de qualité et prendre des risques, et cela génère davantage d’opportunités pour les ouvriers agricoles salariés sur le marché de l’emploi.


La demande en biocarburants et l’augmentation du prix des denrées alimentaires ont récemment fait toutes deux la une des actualités. Ces problèmes illustrent la manière dont les questions évoquées plus haut se posent dans le monde entier.


Les biocarburants


La planète ayant besoin de trouver de nouvelles sources de carburants, et avec les préoccupations grandissantes concernant les émissions de gaz carbonique, les biocarburants sont déjà perçus comme une fabuleuse alternative aux combustibles fossiles. Mais l’agriculture de plantation à grande échelle étant à la base de leur production, les biocarburants ont été associés à la déforestation et à la dégradation environnementale, à la mainmise sur les terres, à la rareté de l’eau, à la croissance des inégalités et aux abus des droits dans le domaine du travail.


Néanmoins, s’ils sont gérés convenablement, ils pourraient représenter une opportunité pour de nombreux pays en voie de développement de stimuler le développement agricole, créer des opportunités d’emploi et accroître les revenus ruraux des pauvres producteurs et ouvriers agricoles.


Le prix des denrées alimentaires


Le prix du riz, du maïs, et du blé a atteint des niveaux sans précédent au cours des derniers mois, conduisant non seulement à des prix plus élevés mais dans de nombreux pays à des pénuries de nourriture.


Oxfam est préoccupé par le fait que le prix élevé des denrées alimentaires pourrait conduire à une augmentation de l’insécurité alimentaire. Les populations pauvres des pays en voie de développement consacrent déjà entre 50 % et 80 % de leurs revenus à l’alimentation. Cependant, pour ces populations, la hausse du prix des denrées alimentaires pourrait également être l’occasion d’obtenir des revenus plus élevés.

Permalink: http://oxf.am/ZW6